Partagez | 
 

 L'entourage [ réservé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: L'entourage [ réservé ]   Dim 30 Avr - 13:22

La lumière se reflétait de façon éblouissante sur l'aile du jet quand il essayait de regarder par le hublot. En plissant les yeux et décalant les gens ma tête et pouvait apercevoir le sol. Pas le moindre nuage et les plages semblaient être une longue bande continue... parfois troublée par quelques sages grises...

–  Nous entamons notre phase d'arriver pour l'aéroport international de Soléana . Nous vous prierons de regagner vos sièges dans les cinq prochaines minutes.

Phmmm .. Il écartait cette aide hublot pour se réinstaller dans le siège. Il avait espéré ne pas avoir à revenir ici aussitôt et surtout dans ces conditions... Il jetait un bref coup d'œil à la mallette logée entre son siège et celui de Cicéron.

–  Prévu quelque chose quand on arrive ?

Demandez alors le cygne brisant les dernières minutes de silence... L'épaulard soupirait.

– C'est flou, rien de prévu ... juste éviter d'aller trop vite voir les parents...  

Le GUN ne lui avait pas demandé de se dépêcher après tout... et en plus de ne pas aimer l'idée de les revoir, il savait pertinemment que la situation allait être tendue. Avec les très récents événements et les annonces qu'il avait fait... à coup sûr la presse allait se dépêcher de le traquer ... et le faite qu'il soit ici avait été rendu public est loin d'être caché.  

– Je me serais bien passé de cette façon de faire.

–D'ailleurs tu ne ma toujours pas dit pourquoi ...

–Secret défense Cic'.

De sonnerie accompagnée venait les interrompre et mettre un terme à la conversation... le symbole indiquant que l'atterrissage avait commencé s'était éclairé et tout 2 fermait leur ceinture.

–Notre arrivée se fera sur le tarmac dans la partie privée de l'aéroport... un service d'accompagnement nous attendre à la sortie.

Et après cela, la sensation de l'appareil qui descend... tssss ... l'horrible sensation de se rapprocher de quelque chose qu'il aurait voulu éviter.


***

Éblouissement, sensation de l'air chaud qui souffle en sortant de l'appareil... il se tenait sur la passerelle plaçant sa main au-dessus de ses yeux pour un peu mieux voir le temps qu'il s'adapte à la lumière.

Les réacteurs du jet privé tournaient encore... l'invitant à descendre beaucoup plus vite de la passerelle pour s'éloigner de cette source de bruit bien plus inconfortable que la lumière.
En bas la passerelle, Cicéron lui donnait un petit coup de coude pour attirer son attention.

–  Au moins tu auras fait voyager dans un pays où je ne suis pas encore allé.

Il avait peut-être remarqué son attitude un peu agacé... enfin, il n'allait pas pouvoir dans la tête non-stop... tant qu'à faire, autant rapidement échappé à ces deux impératifs et faire un détour pour un peu et repousser.

– On pourrait un peu faire de tourisme dans ce cas. J'ais envie de perdre du temps.

– Ne dis pas ça. Tu ne supporteras pas cinq minutes à perdre du temps...

Répondait alors le cygne en riant un peu. Au moins, il pouvait compter sur lui pour s'assurer que son humeur ne se dégrade pas , Cicéron était vraiment une bénédiction actuellement.

– Jeune maître .

Une voix distinguée, tenu, à la tonalité qui commençait à s'user avait dit ça.  Ne s'attendant pas entendre cela Aubra fut parcouru d'un sursaut et d'un volte-face rapide vers l'origine de la voie. Il pouvait aussi sentir dans son dos un frisson qui ne pouvait venir que lorsque l'on retrouvait quelque chose d'extrêmement familier et pourtant oubliée... incapable de classifier cela.... mais ce n'était certainement pas de la nostalgie.

Face épaulard de se tenais un homme droit dans l'uniforme classique des majordomes de Solana. Il aspirait une image de monolithe. Culminant a 1m  90 mais dont la prestance semblait le faire apparaître comme s'il dépassait 2 m.  Le visage avec les rides marquées dignes de la soixantaine contrastait avec la force de la posture.

Des petits yeux verts derrière les verres carrés des lunettes l'observaient. Le visage habité d'une expression neutre inflexible et pourtant qui n'aspirait pas le même sentiment de sécurité qu'on pourrait trouver dans une armée.... au contraire elle semblait beaucoup plus conviviale

– Wilson ?

Et tout ce que répondait l'épaulard sous la surprise. Cela quoi l'homme répondait par un sourire et un mouvement de respect.
Le majordome de la famille... ça n'étonnait pas le voir toujours à son poste même après qu'il soit parti pour les fédérations... mais la surprise de revoir c'était humiliant devait vite s'effacer car il a réalisé la signification secondaire que venait avec la présence de l'humain.

– haaa ... non ... c'est mes parents qui t'envoient .

Les est-il alors légèrement peinés. C'était injuste, il aurait pu faire chier et obtenir un peu plus de temps avec un personnel de sécurité a mené en bateau.. mais c'était Wilson là ! C'était de la triche !
Il tourné le regard un peu médusé en direction de Cicéron qui pour la première fois été celui qu'il fallait introduire. Et non l'inverse...

–  Vos parents m'ont en effet ordonné d'être présent à votre arrivée..Bien que j'étais supposé attendre dans le terminal j'avais conscience que vous m'auriez causée bien les peines si je ne vous rattrapais pas immédiatement.

Puis l'homme se tournait vers le cygne qui est resté là à attendre en regardant. L'humain se mettait alors à l'évaluer. Avant de lui dire .

–Le terminal est dans cette direction Monsieur  , merci de respecter l'intimité des affaires d'inconnu.

Aussitôt l'épaulard réagissait.

– Il avec moi Wilson  ...  Cicéron je te présente Wilson .

– Majordome de la famille au bras depuis 36 ans Monsieur .

Venait alors compléter l'homme.

– S'il te plaît Wilson... tu me laisserais le droit faire un écart cette fois ?

Demandez alors avec un ton beaucoup plus suppliant et respectueux qu'il avait à l'accoutumée avec les autres gens. Ce qui avait pour effet d'un peu plus largué Cicéron à le voir ainsi réagir et tenter de négocier.

– Ravi de vous rencontrer  ?

Glissait alors le cygne pour tenter de rester un minimum accrocher la situation.

– Je crains que non jeune maître ... vos parents veulent s'assurer que vous reveniez vite et que vous n'ayez pas à croisé la presse internationale .

Au bras soupirait alors. Résigné... essayer négocier avec lui revenait affronter un mur impénétrable. Et le plus horrible dans tout ça été qui n'arrivait même pas se fâcher contre lui... franchement, recours à Wilson était vraiment déloyal...

– Et on va ou dans ce cas là ?

Puis aussitôt en simultané l'orque et l'humain répondait.

– À la maison .

– Au manoir .

En même temps Wilson faisait mouvement afin de les inviter à prendre une direction différente que le terminal standard. Plus loin sur le tarmac attendez une berline... un modèle d'il y a 34 ans du meilleur constructeur de soléana du domaine. Malgré son apparence ancienne, une fois que le majordome ouvrit la portière arrière pour eux il pouvait voir un intérieur parfaitement refait aux meilleures normes.

–  Toujours cette voiture ?

– On ne peut remplacer le meilleur outil pour la conduite la plus fine Monsieur.

–   Je me demande juste pourquoi mes parents l'entretiennent encore.

À cela l'homme ne répondait pas. Mais au bras savait pertinemment qu'il y avait plus derrière... ça faisait des lustres que ses parents utilisaient une autre voiture avec un autre chauffeur ... c'était facile avoir à se les voyer arriver dans les délégations  diplomatiques , quand ils y participaient en tant qu'investisseur.

Ils rentrèrent intérieur de véhicules suivis par Cicéron.... la banquette avait été récemment changée par un nouveau modèle de très haute qualité...

–  Wilson, si tu n'as rien à faire, j'aurais un service a te demandé ...

Le majordome qui venait de s'installer sensible du conducteur et qui venait de démarrer se tourner alors... le moteur ronronnait avec une douceur et en même temps une sorte de vrombissement que l'on ne retrouvait que dans les modèles les plus anciens.

– Oui jeune maître ?

–  On a dû rapidement venir. Je doute que j'ai déjà tout de retour la maison mais... tu pourras conduire Cicéron en ville ? Il faudrait des vêtements.

– Bien Monsieur, ne vous inquiétez pas je trouverais le temps.

Puis au bras tournette de version. Qui le remerciait du regard.

– Pense aussi à prendre ton temps, j'aurais des trucs à échanger avec mes parents. Et j'aimerais mieux que tu évites savoir en premier lieu... ne le prend pas mal.

– Non je prends pas mal,  tu pourrais me larguer de façon bien pire. Là tu me laisses carrément avec un majordome.

Il ne répondait pas. Il préférait avoir à traiter les choses les unes après les autres lieux de tout avoir  à cumulé en une fois.
En même temps, venez sensation de la poussée du moteur alors que le véhicule se met en mouvement pour quitter le terminal par une autre sortie.... là attendez de SUV noir aux vitres teintées ainsi que 2 motards qui se mettaient alors à former une escorte autour du véhicule.
Oui il était vraiment  de retour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Mer 3 Mai - 12:03

La sortie que prenait le petit convoi n'était constitué que d'une grille à l'extrémité du tarmac. Une sortie de service pour éviter le terminal qui en regardant par la fenêtre arrière était à peine localisable par la tour de contrôle qui se détachait comme une tour blanche, étourdi voir de toutes les plus petites structures dans les parties vitrifiées reflétaient la lumière et empêcher discerner les détails de l'architecture.

Pour détourner la tête de la vitre arrière soupirant un peu le SUV noir qui les suivait de près il avait bloqué de la vue du jet des fermiers.
Il tourna alors son attention sur Cicéron, qui commençait à regarder par la fenêtre alors que l'étendue totalement plate asphalte et d'herbe prenait fin pour être remplacée d'abord par quelques arbres sur un terrain bien moins lisse que celui de l'aéroport...  ils étaient aux abords de la nouvelle ville. Qui avait été bâti dans une petite plaine côtière. Avec le temps cependant la ville avait fini par avoir besoin de s'étendre au-delà de cette parcelle naturelle . Ainsi, les installations ne pouvant être trop approché la ville comme l'aérodrome était situé au de zones plus rocailleux...

finalement le convoi gagne l'artère principale... enfin selon les définitions Solana. On est loin des superbes autoroutes à quatre voies des fédérations. Là ce sont des accès de voix, sur un bitume d'une couleur plus sombre que par-delà l'océan.
Au mois se souvenait avoir lu une fois que le bitume entre Solana et les fédérations étaient différents. Là où les fédérations avaient choisi des revêtements faciles à réparer et moins coûteux par souci de pouvoir couvrir tout le réseau . Soleana n'avait concentré sur des revêtements de meilleure qualité. Surtout que le climat qu'il n'avait pas laissé le choix. La multitude de microclimats qui donnaient son caractère au pays pouvaient selon la saison accroître ou adoucir les conditions météo. Tous cause d'épisodes locaux de vent assez intense pour surmonter le relief qui forme une barrière naturelle pour empêcher le débordement de ses climats...  du coup, on ne s'y attendait parfois pas mais Soleana compacte énormément de variétés... on pouvait avoir l'impression plafonnée à fleur pouvait changer du tout au tout en quelques minutes  , là où le paysage semblait au contraire être le même pendant des heures sur le territoire des fédérations.

– Sa ne ressembles pas vraiment ce qu'il y a la télé.

Faisait remarquer Cicéron alors qu'il faisait le doigt sur la vitre.. Ils étaient arrivés à circuler le long de la côte. Et on pouvait voir au loin le long de la courbure de la route, une masse de différentes pleurs. Gris, bleu foncé avec quelques éclats pour son sommet... alors qu'à la base se trouvait de nombreux points de multiples couleurs qui formaient une ceinture maritime qui contrastait d'un côté avec l'intérieur  et le bleu profond  de la mer ...

– Je croyait que la capitale de Soléana était une cité ancienne. Genre il disait que c'était réputé pour ses monuments et tout à la télé  ...  ça semble être le même style ancien que Spagonia  ... ou plutôt des vieux quartiers historiques des   plus anciennes villes des fédérations.

Aubra souriait un peu. C'était vrai que dans les fédérations il y avait un positionnement assez dense des aérodromes. Proche des principales villes... et donc en toute logique ce que l'on apercevait la sur la capitale.... cependant ici c'était la nouvelle ville et l'aérodrome le plus proche de l'ancienne ville est historiquement une base militaire.

– Ça c'est la nouvelle ville, si je me souviens bien, c'était à la base un port de taille industrielle. Qui avait été bâti ici parce que la lagune sur laquelle est bâtie la ne l'ancienne ville est devenue trop peu profonde avec la taille des navires. Et avec le temps, c'est devenus ici se sont regroupés les services modernes et la production industrielle. L'architecture de l'ancienne ville est devenue sanctuarisée ..

Le cygne remuait de la tête comprenant.

–Le gouvernement est très soucieux de préserver le style architectural baroque de la capitale. C'est ce qui distingue la ville du courant classiques utilisés massivement dans les Old Nation .

– Merci Wilson .

S'enfoncer dans son siège, regardant par la fenêtre de son propre côté.  Laisse sur l'extérieur de la voix pour prendre une sortie. Empruntant alors un autre axe qui s'enfonçait au contraire dans les terres. Semblant même un peu revenir en arrière .

– Nous nous dirigeons d'ailleurs vers l'ancienne ville.

Alors que la route avait précédemment été bordée de palmiers. Ceci commençait à laisser place à des oliviers alors que le chemin des chemins. Beaucoup plus nivelée. Passant passant à côté d'anciens paupières toujours utilisées par des voies piétonnes pendant que le bitumé elle empruntée des ponts beaucoup plus récents pour franchir en douceur les vallons.... enfin même moderne, le pointer principalement fait en pierre sur l'ancien style...

Puis au bout de quelques minutes d'euros supplémentaires ils arrivaient à une énorme porte creusée dans le flanc de la montagne, les battants de cette énorme porte construite en faire. Pain de la couleur verte de la royauté de Soleana. Et accompagnée de tous ces ornements... créant une impression de magnifiques décorations.

– Il y a un parc d'attraction dans le coin ?

Demandez alors le cygne prenant visiblement la porte pour une décoration. Et il avait raison, le tunnel qui se trouvait par-delà les portes avait été modernisé. Même s'il trouvait toujours le même aspect de pierre taillée... mais c'était surtout les remblais de sécurité en béton qui de chaque côté de la route rendait désormais impossible à fermer la porte... la condamnant à n'être ni plus ni moins qu'une décoration.

– Si je puis me permettre-vous vous méprenez Monsieur .  Intervenait alors Wilson .  Chacune de ces portes sont placés à tous les accès l'ancienne ville. Y compris des tunnels séculaires... la tradition veut que chaque porte soit entretenue et gardée opérationnelle ...

Le cygne prenait un air perplexe, ne semblant pas comprendre pourquoi garder de telles portes, surtout en vue de l'entretien , comme si leur gravure , dorure et peinture venait d'être fait .

–  Et pourquoi ? Dans les fédérations, tous les signes de séparation du territoire entre humains et mobien ont été au maximum démoli ou transformé en symbole de la fin de l'appareil colonial.

Aubra reste à regarder les lumières artificielles du tunnel. Les lampes éclairants d'une lumière blanche les murs. Permettant de voir leurs roches anciennes qui avaient été taillées... Hélas commençons à être usé par les hydrocarbures des véhicules de passage...  et parfois, le motif carré change. Prenant des couleurs alors que des plaques de marbre gravé étaient présent...  avec le Phénix, le symbole de la famille royale toujours.. mais aussi bien plus.

– Et bien, les portes ont toujours eu la capacité de se fermer mais ne l'ont été dans l'histoire qu'une seule fois... leur fonction première est au contraire de rester ouverte.

– Vraiment ?

La plaque suivante passait devant les yeux l'orque. D'un ancien navire. Arrivant le long des côtes arrive .
Mais avant qu'elle ne puisse voir davantage, il sentait les plumes de Cicéron, celui-ci lui tirait un peu le bras pour attirer son attention...  le doute fermement planté sur son visage... semblant attendre une réfutation des propos sans aucun sens du majordome.

D'ailleurs, à ce moment Wilson réajuster le rétroviseur. Pour regarder les deux derrière... son visage tourné vers la route empêchait de percevoir ces expressions.

– Le jeune maître , vous dira la même chose...

–En effet Cic' les portes de la ville sont faites pour rester ouvertes...  c'est un symbole antique qui date de la création de la ville. C'est pour montrer que celle-ci admettait tous les habitants du pays comme ses citoyens indépendamment de leur vallée... c'est pour ça que tous les tunnels ont été exactement sur la même forme et avec les mêmes portes. Pour créer la grande unité...

- Ces portes sont lourdes de symboles,  c'est pour cela que chacune d'entre elle est traitée avec plus d'attention qu'un autre monument historique.

Cicéron restait alors silencieux à cette réponse. Assimilant vraisemblablement ce qui venait d'apprendre. C'était vrai que ça rampait avec les fédérations. On était loin des photos de ces portes d'historiques check-points des Factory area ...  ou même des structures défensives chargées d'histoire.

On voit retourne alors la tête vers lequel s'apercevant plaque venaient à ce moment-là passer....

***

Sortie du tunnel , la température avait semblé monter de quelques degrés. Un nouveau la mer était en vue. Mais cette fois-ci au lieu d'un bleu profond il s'agissait d'un bleu azur d'une gigantesque lagune ... sur laquelle on pouvait se distinguer la couleur beige caractéristique de la ville de Solana. Avec ses toits d'une couleur bleue vers...  pour les bâtiments officiels et historiques ...  les toits toujours bâtis avec une ardoise seulement présent dans la région. ... Les bâtiments plus pour enlever les bonnes vieilles tuiles rouges , orangers , ondulés  ...

– Voilà la vieille ville...

Cicéron se penche aussitôt du côté de bras. S'appuyant sur la banquette entre les deux pour tondre le coup et mieux observer par la fenêtre. Captant tous les détails ...

–  Sa ressemble beaucoup plus à ce que j'imaginais.

Autour de la ville principale se situait plusieurs petit îles dont l'une d'entre elles portait le nouveau château royal.... qui avait remplacé celui de Kingdom Valley...  

– Mais comment on s'y rend ?

Faisait justement remarquer le cygne en constatant les nombreux canaux de l'ancienne ville et l'absence complète de Rod bitumé pour des véhicules... mais, soit à lire étaient trop étroites soit il s'agissait de place.

– Nous nous y rendrons plus tard Monsieur ... notre première destination n'est pas encore là.

– La résidence de ma famille n'est pas située dans la ville.

Cicéron hoche lentement la tête, davantage captivé à observer la ville ...  pendant ce temps-là le véhicule passé devant une voix qui descendait vers ce qu'il semblait être un parking et les télécabines qui menaient à l'ancienne ville .

À la place, il continu encore un peu leur voix semblant prendre fin un rond-point qui distribués sur de plus petites routes pour des hôtels situés plus en hauteur...  ceci n'était visible que de près car piégée entre deux formations rocheuses qui les dissimulaient de la vie directe de la ville impact au minimum le paysage...  à la place prenait un chemin différent qui descendait et se mettait à allonger d'autres côtes. Se dirigeant vers un cape .

***

Approche beaucoup plus tortueux, qui serpentait à certains endroits le long de pentes abruptes, maintenus sur des chemins constitués d'anciennes pierres. Et de murer antique du même type, ils arrivaient dans un coin beaucoup plus réservé. Ou se trouver des anciens petits château ils étaient là où historiquement se trouver des familles nobles... dominant sur la baie et sur la ville.... et réciproquement, l'emplacement permettait d'être parfaitement visible. Presque comme s'il était un prolongement de celle-ci.  Les structures au lieu d'être aux allures défensives étaient avec une architecture très fine. En tout point semblable à celle que l'on retrouve dans l'ancienne ville. Savamment gravé et orné...

Cicéron sifflait un peu en voyant la qualité des bâtiments... regardant au bras avec un sourire comme s'il venait gagner au loto...  mais la voiture continuait. Redescendant de la côte et de ses petit castel.

À la place, il finissait par redescendre vers le niveau de la mer ou se trouver un pont. Orné de grilles en fer forgé. Dont les accès été ancien gravé mais aussi massif... enfin, même si on retrouvait le site de Solana était beaucoup moins anguleux et beaucoup plus carré. Solide...  une petite chose de garde se trouvait au côté de la grille, et en portant un peu plus l'attention pouvait remarquer de petites grise formes nichées sur la pierre beige... des caméras de surveillance. Plus loin derrière le pont, une île où se tenait un autre castel bien plus important.. bâtie sur une base en étoile faite de briques décolorées avec le temps...

– Ça c'est chez mes parents... Ile privé ...

Le convoi se rapprochait et ralentissait pour s'arrêter dans la grille.

-  Je t'expliquerai plus tard.  En attendant évident de te fait remarquer... Wilson te fera un peu visiter la vieille ville pour tes emplettes.

– Sûr que tu pourras te débrouiller seul ?

– C'est mes parents...

Il restait silencieux alors que les gris s'ouvraient et que les véhicules commençaient à parcourir le pont. On direction  du petit îlot privé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Jeu 4 Mai - 19:17

Le véhicule remuait un peu sur le pavé ancien Du pont. Ce sur 50 m... bien qu'on pouvait y trouver un certain raffinement dans la façon dont le pavé avait été posé, dont les rambardes étaient en pierre taillée... il n'échappe pas à l'œil, qu'il y avait une différence d'usure et de matériaux avec une structure de base beaucoup plus crue que les ponts dans l'ancienne ville...
au bras savait qu'il suffisait de voir de côté le pont pour mieux comprendre.... sous le revêtement de pierre en surface, la structure porteuse d'origine était toujours constituée de vieilles briques... les anciennes périodes industrielles. Et n'ont pas organisé sur un schéma artistique. Mais sur le plus pur utilitarisme et rigidité.

À ce moment, au bras ouvert les yeux. Comparant l'image de sa mémoire à ce qu'ils voyaient maintenant... toujours la même chose. Sauf peut-être s pour quelques lanternes dont les matériaux simulaient le fer forgé qui avait été racheté... Il était évident qu'il s'agissait de simuler. L'air marin ne pardonnait qu'à la pierre ... à condition que celle-ci soit entretenue... le métal lui faisait bien moins long feu....

– Ça c'est impressionnant...

Disait Cicéron alors qu'il s'était penché pour se placer sa tête entre les deux repose tête des sièges avant afin de pouvoir mieux voir vers quoi il se dirigeait.
Cependant, un dos-d'âne à la faim du pont le forçait à ralentir.... et devant eux un second SharePoint similaire au premier. Sauf pour l'exception que cette fois-ci le portail avait un aspect plus menaçant. .... surmontée d'une arche de pierre ancienne , au barreau beaucoup plus épais et qui s'inscrivait dans la continuité d'un mur qui empêchait qui que ce soit de pouvoir espérer passer par la mère... et là où cette muraille s'arrêtait.... des rochers souvent balayés par les vagues les rendant ainsi particulièrement lisse prenait la place.

Aubra garder un air indifférent les regardant. Malgré que ce périmètre soit embelli de belles pierres blanches, de somptueuses sculptures au sommet de pilier régulier...  aux allures denses avec des leurs ailes de feu... ou d'aigle comme il était courant de les voir en ville...   un mur qui se font dans le décor et se cache derrière l'art qu'il affiche reste toujours un mur. Avec sa fonction...

L'orque tournait la tête vers le cygne. Qui s'était calmé et restait alors muet. Au bras et bientôt demain pour attirer son attention. Lui demander ce qui pensait ... mais il eut la sensation qu'il fallait mieux se retenir sur le moment.

Les deux motards qui étaient toujours restés devant le véhicule s'écarter du passage. Poussant leurs motos vers  un petit parking à l'extérieur des murs ou s'aligner d'autres véhicules du service de sécurité..

Les Grecs en tel qu'on le finissait par s'ouvrir. Et leur véhicule pénètre à l'intérieur. Cette fois-ci  séparée de la totalité de son escorte...

La route qui menait jusqu'à la base du château était constituée de gravillons. Entouré de haies parfaitement taillées.
Et encore derrière, on pouvait voir le début d'un jardin embelli de sculptures récentes, abstraites ... posé au milieu de parterres de fleurs savamment organisées pour former une sorte de prolongement des formes de l'œuvre.

– Wilson .. Depuis quand tout ça est là ?

Demandez alors l'épaulard scrutait ce jardin.. alors que le véhicule continuait à avancer et prenait une petite pente vers un rond point final au pied de la résidence...  quand il était parti, le style était différent. C'était encore une autre phase ?...

– Depuis un an , votre mère a fait beaucoup pour renouveler cette parcelle.

L'épaulard se contentait de soupirer. Pendant que Cicéron observait en fronçant des sourcils les sculptures.

-  Ça ressemble à un truc d'un artiste en vogue en ce moment ... haaa je n'arrive plus à me souvenir de son nom .


– pas la peine de t'acharner pour ça.

Car à ce moment-là, le véhicule s'arrêtait pour de bon , ils étaient arrivés. Le majordome descendu en premier voulant aller ouvrir la portière du côté de l'épaulard , mais Nathan ne l'attendait pas. Et descendais déjà ...

- hmmm

devant lui les longues marches qui montaient  au moins 3 m ... bâtie par-dessus la structure de brie qui formait le plateau artificiel sur lequel trônait le manoir , dont il ne pouvait apercevoir le rez-de-chaussée à cause de l'angle de vue actuelle....

Au sommet des marges, attendez quatre membres du personnel....  

Cicéron s'avança à ses côtés. Observant bien le lieu, non sont très peut-être une pointe de jalousie ? Ce lieu ne se contentait pas de refléter parmi ce qu'il y avait de mieux de l'architecture de Solana.... et en plus il était entretenu avec les plus grands soins. Il assure, cela ne valait pas le château royal. Mais bon, cela relevait quand même le standard un écran supérieur comparé à la demeure de Cicéron. Et pourtant  le cygne pouvait déjà s'en vanter.

– Je pense qu'il va falloir que j'ajoute un ou deux zéro de plus à mon compte en banque pour atteindre ça.


– Je surveille.

Répondait alors du tac au tac l'épaulard ... le cygne avait parfaitement compris à quoi il faisait référence .

Puis commencer à monter les marches. Cicéron se préparait à le suivre mais il se tournait pour lui faire signe de ne pas suivre.

–  j'ai davantage besoin que tu ailles faire quelques emplettes en ville.

Le cygne semblait faire une moue sur les coins de son bec... mais acquiesçait.

– Wilson je consens vous...

Il recommence à monter .

– Je connais déjà le chemin.

– Bien Monsieur .

- À tout à l'heure .

Il se contentait de faire avec cygne de la main tout en continuant à monter. Préférence se concentré sur ce qui allait suivre.

***

Les boiseries et tapisseries n'avaient toujours pas changé. Ni même le bruit caractéristique du marbre.. toujours parfaitement préservé et impeccable.
Cependant ce n'était pas vraiment ses goûts. Ça faisait trop vieux...

D'ailleurs en parlant de vieux... la situation s'était toujours pas arrangée. À part du personnel pour l'attendre personne dense dans l'entrée. Vous parlez de la démolition d'un cliché cinématographique. .. Devant lui, une jeune bien hippocampe membres du personnel avec la tenue classique de servante ... robe jusqu'à mi cuisse, embellissement de dentelle , couleur bleue marine ...  

– Ici Monsieur veuillez attendre dans ...

– Ah... ce salon ?  merci ...

Il savait exactement de quelle pièce il s'agissait.... et bien, si c'était ici que ça allait se dérouler  ...  

Il entrait prestement juste après que la porte lui était est ouverte. En renvoyant aussitôt la jeune hippocampe.... Il n'avait pas besoin de boisson les quoique ce soit d'autre....

Avec un soupirer refermer la porte et se tourner. Faisant face au salon privé...

à l'opposé, trônait une cheminée bâtie en marbre noir , parcouru de veines blanches et grises. Deux colonnes pendant que le haut de la cheminée formait une arche décorée d'une façon similaire à celle des ponts de l'ancienne ville.... l'intérieur impeccable, cela moindre trace de suie ou de noircissement dû à la chaleur indiquait que ça faisait des lustres, des années qu'elle était nettoyée régulièrement sans pour autant qui ne soit utilisée.

Au-dessus, un énorme portrait.... Un orque , droit, une canne à la main et dans la tenue antique du conseil des sages... de la noblesse qui régnait sur la cité avant que le système devient démocratique ...  le pommeau de la canne avait beaux être sculptée comme une tête d'aigle... le regard perçant appartenait quand même aux personnages qui la tenaient. Entouré d'un visage aux expressions solennelles , distinguer... le raffinement idéalisé à l'ancienne.

Voir ce tableau lui faisait grincer des dents. Qu'est-ce que cette source d'erreur foutait la ? Dans ce salon...
Il levait les mains vers le cadre. Le soulevant un peu... se disant de l'enlever. Peu importe les ennuis que celui causerait... mais  c'était juste impossible pour le moment. Le tableau se surélevait beaucoup trop et il n'était pas des plus légers.. en le bougeant un peu, il pouvait voir en-dessous une trace beaucoup plus claire et petite que ce cadre... vestiges de l'ancien propriétaire de cet emplacement..

- phmm .

Il soupirait en le lâchant. Préférant tourner la tête plutôt que regarder ça... cependant tourna la tête sentie ses épaules s'affaissaient alors que la colère qu'il avait passablement habitée me redescendait.

- Ha ici ... au moins ne t'ont pas bougé de la salle...

Un autre tableau, un autre orc. Plus petit avec un cadre soigné et sculpté dans du bois de qualité... mais certainement pas revêtit d'or comme l'autre...

L'orque représentait n'était non pas debout faisant face mais de billet et assis à une table ... Une planche à dessin industriel... son regard était dirigé vers son travail . Il semblait se fondre dans le décor. Donnant l'impression de familiarité , de convivialité ... sans sévérité.

Celui-ci était vêtu comme les industriels de la première heure de l'industrie lourde de Solana, ses manche été retroussé.  La tenue était à l'ancienne. Même si le peintre semble avoir pris plusieurs libertés pour l'étoffer et lui enlever un caractère générique. Par des petites retouches que l'on ne pouvait pas clairement repérer mais dont on ressentait les effets.

– Dans ton salon quand même ...

Il prenait note qu'il aurait quelque chose d'autre aller vérifier. Et finalement il se détachait de ce tableau...   Faisant le tour des murs, les bibliothèques étaient pleines d'ouvrages cependant tellement compressés les uns contre les autres qu'il en était difficile de retirer .... tous avec leurs belles reliures en cuir...

– Pas intéressant...


juste à lire l'un des titres et il abandonnait déjà l'idée d'en prendre un. ..  La politique il préférait mieux l'observer de loin pour s'amuser plutôt que de lire ces traités.

Finalement il revenait au centre de la pièce. Deux sièges du siècle dernier attendaient. En parfait état une table basse entre les deux avec une petite bouteille en cristal contenant un dont la couleur était celui du whisky...

Sans même essayer de regarder l'inscription dorée sur la bouteille il s'asseyait. Croisant les bras de la pointe du pied en attendant.

Puis finalement avec un grincement les portes s'ouvraient.

– J'aurais espéré que tu reviennes par bon sens... mais je me contenterai très bien des conditions actuelles pour espérer le même résultat...  bienvenue à la maison fils .

La voix était grave, légèrement graveleuse ... signe d'avoir était pendant plusieurs années dans les salons la fumée des cigares était épaisses.  Dans le temps il y avait certes une sorte de réjouissance, mais elle n'était en rien à côté du sentiment de gravité et l'autorité qui s'engageait.

Nathan se levait alors calmement pour se tourner vers la porte.

–   Laisse encore quelques années pour le bon sens, j'ai encore bien trop besoin de l'opposé pour mon succès .

Il faisait volte-face pourvoit en face de lui un autre Orque. Son père , dans un costume trois pièces sans manche d'une couleur grise... de son flanc droit provenait une petite chaîne en or qui allait jusqu'à une poche du même côté. La forme laissée parfaitement reconnaître la présence d'une montre à gousset.

–Tu sais, ce jour-là je demanderai à me faire appeler Alphonse junior  Aubra ... ou même Monterebbia ...    Alphonse junior Monterebbia-Aubra.... ça fera le plus beau cadeau d'anniversaire de mariage pour toi et mère .

Il cachait à peine son sarcasme alors qu'il mettait les mains dans les poches et pointer le tableau au-dessus de la cheminée d'un mouvement de la tête.

- J'imagine que c'est l'aurait  rendu content lui aussi .  Enfin,..


Il veuillez au visage de son père que celui-ci loin d'être décontenancé montrais déjà une forme d'agacement.

– Le sujet a déjà été clos la dernière fois...

– Nathan ...

Mais le retournait aussitôt la tête vers son père en entendant ça.

– Ce n'est pas le sujet... et ton actuel succès à au moins pour vertu de me faire consentir à t'accorder un peu de respect pour cette entreprise.

Il parlait lentement, bien plus lentement que lui ...

– Cependant tu dois réaliser maintenant que ça ne  se limite pas à ta volonté et une planche à dessin. Sinon une victoire seule suffirait.

Il faisait remuer sa queue. Il aurait presque eu envie de faire claquer à la mention de ça... Il avait gagné, s'il s'était retiré rester sans parce qu'il s'inquiétait avis des autres... ça avait été une tricherie immonde ... Il ferait juste milieu pour de nouveau les enfoncer.

–  Il faudra bien un jour tu apprennes à faire des choix .

L'orque plus âgés serait est alors la gorge pour faire signe qu'il n'avait pas plus à dire de ces reproches.
Au bras lui restait silencieux un instant tourné vers le cadre doré...  sans pour autant vouloir le regarder.

– En parlant de chois ... qu'est-ce que mère a décidé de faire en ce moment ?


Son père soupirait. Avant de répondre.

– Elle est actuellement en interview  , elle désire ne pas être dérangée...

– Dommage. J'aurais voulu savoir  qui a décidé de ça ...


Et en même temps et pointer le tableau.  Avant de reprendre, calmement mais en laissant comprendre son opposition au timbre de sa voix. Lentement il marchait vers l'autre tableau .

– C'était le salon de Ferdinand Aubra...  pas du compte Monterebbia ...

– Ce sont tous les deux tes ancêtres ...

– Mon arrière grand-père reste toujours celui qui a fondé la compagnie et acheter cette île...  et ton grand-père.

– Ça suffit... ce tableau finira  de toute façon par bougée tu connais ta mère.

Nathan croisait les bras, fronçant les sourcils... rester sans dire un seul mot.

–Toute façon elle n'est pas là. Il n'y a pas de raison pour que cela tournant retrouvailles de famille. Tu sais pourquoi je suis là...

En même temps il retourne auprès du siège ou l'avait attendu ramassant aux côtés la mallette qu'il ne l'avait pas quitté depuis début.

– En effet...  les service secret savent comment profiter de la moindre occasion... Tu va devoir apprendre .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Jeu 18 Mai - 17:32

Il reste immobile dans le salon. Fronçant les sourcils à la dernière remarque de son père... qu'avait-il donc à prendre ? Il avait les dossiers en main et avec savoir technique... il n'y avait rien à discuter sur ça . Même le contexte. C'étaient le GUN ... rien de plus simple .  Genre de personne avec qui son père devait faire quelques parties de golf.

– Sais-tu au moins pour qui et pourquoi ce travail ?

– GUN  ,  évaluation sur une question technique.

Son père s'asseyait dans l'un des deux sièges, prenant avec lui l'un des vers avant de verser de dans l'alcool.... juste un fond...

– Prendre plus serait un gâchis sans glaçons... mais en demander désormais est impossible.

Il sirotait le fond de verre qui s'était servi... pendant que Nathan remet assez nerveusement les doigts d'impatience. Faisant une petite série de bruit sur la mallette...
puis finalement son père reposait le verre. Avant de commencer d'une voix posée, neutre qui ne lui connaissait que pour une seule chose : les affaires.

–  Tu as faux et encore faut . Et c'est bien pour ça que tu as besoin d'apprendre.

Les faits se tournaient alors brusquement vers son père. Sans comprendre mais définitivement avec l'envie de juste sortir et claque la porte. Après tout ce temps essayer encore de l'infantiliser ?

– J'ai lue assez de  fois ce rapport pour savoir de quoi il s'agit et d'avoir mon estimation a proposé... c'est d'une simplicité déconcertante. Juste quelques heures.

– Alors pourquoi crois-tu temps de secret ? Et ce pour seulement un avis ?

Nathan faisait une mois vont s'asseoir un peu contrarié. Son père marquait un point sur ce coup là... mais il ne s'attendait pas à avoir une brillante leçon d'air sale n'est qu'un homme d'affaires, et ça c'est une affaire technologique pas un de ces accords opaques entre les gouvernements et les firmes d'armement comme d'habitude.

–Tu n'as jamais travaillé pour eux...  

– Qui ça ? Si j'ignore tant que ça .

– Il y a bien des noms, mais si tu veux tout rassembler sous une seule appellation... " l'état profond " . Et la première chose savoir pour toi... c'est que pour le moment tu vas devoir ignorer certaines choses...  mais accomplir le premier travail qui a été confié ici.

Je n'ai pas la resté muet, essayant de faire sens de ces premiers éléments mais il était conscient qu'il ne pouvait pas s'agir d'une plaisanterie.... ce n'est pas le genre de son père . Il ne pouvait en être plus sur.

*****

La position de soleil avait bien changé depuis leur arrivée. Depuis la fenêtre du troisième étage regardait la cour. Pensif...  Il voyait la forme noire de la voiture de Wilson revenir vers le castel...

Il soupirait, au moins les choses ne s'étaient pas passes aussi dramatiquement que cela quoi il s'attendait. Mais bonne nouvelle, au moins ignorait pas encore de problèmes pour Cicéron... tant que sa mère ne s'impliquait pas là-dedans. Chose qui ne serait tarder... car beaucoup plus tôt, il avait vu les journalistes repartir.  

Il se tournait, pour descendre faisant face à la salle. Un vieux bureau. Certaines meubles couverts de bâches blanches... une planche à dessin industriel un peu usé... moins rutilante que son équivalent sur le tableau, mais toujours en état et parfaitement capable d'aider à travailler.

– Je doute que Wilson apprécie.... mais c'est toujours mieux d'utiliser cette pièce une nouvelle fois plutôt que de la changer...

Il se tourna alors vers la bibliothèque. Dans un coin...  la regardait quelques instants avant de s'avancer avec une certaine curiosité... il n'avait jamais pensé à regarder quel genre d'ouvrage il y aurait là.

- Voyons ...

Il commençait à passer en revue les ouvrages.... des vieux livres de lois de la physique d'ingénierie. Un peu dépassé mais toujours débat solide.. puis des collections de livres différents. Reliure de cuir usé avec lettres dorées...
cependant des rejetées comme ce qu'il avait pu en bas quelque chose attirait son attention.

– La percée... le choc ... la diversité ... l'encerclement... ?

Regardant plus près, c'était toute une série de bouquins exactement similaires. Seule pour les titres... et l'auteur.

– Attends mais c'est ?

Il se décida alors à sortir au hasard l'un des livres.... l'encerclement.. il y avait très peu de poussière. Et même si le livre semblait vieux il était dans un parfait état de conservation... Il faisait néanmoins preuve une certaine délicatesse après avoir vu la couverture... Il ouvrait pour garder première page pour être sûr de lui.

– La première série d'impressions ?..

Il tourna la tête vers l'ensemble de la collection.

– Et il les avait tous ?

Il aurait à vérifier sa. Faire une rapide vérification sur Internet de tous les titres pour être sûr mais il semblait en avoir tellement. C'est incroyable d'avoir des ouvrages de valeur. Caché comme ça...

– Tous sa du généralissime ...

Il regardait alors à nouveau le livre quitte entre ses mains avant de fermer. Il se préparait à le remettre puis il hésita la dernière seconde...

– Tant qu'à faire... peut-être que je vais les numériser.... une version d'origine.

À la place, à la poser livres sur le bureau. Il aurait à lire davantage plus tard. Pour le moment ... Il avait à craindre sa mère et Wilson...  et aussi prévenir Cic' des différents arrangements...
enfin, il pouvait presque avoir des sur froides en pensant à informer Wilson.

Il se dirige alors vers la vieille porte ... il essayait une fois de l'ouvrir, mais il se trompait de sens ou tourner la poignée.... Il était tellement habitué au poignet moderne où il suffisait juste d'appuyer. Il avait un peu de mal avec celle-là. Qui était une tournante.... surtout qu'au lieu d'abord et tourné vers la droite il fait la tournée vers la gauche...

Finalement il ouvrait. La porte de chêne épais grinçait un peu dans ses gonds...  dés qu'il avoue verrait pouvait entendre quelques discussions dans le couloir. Deux servantes en train de préparer les chambres d'amies nécessaire qui se trouvent au même étage...

Lui refaire lui sortait refermer derrière lui avant de descendre.

******

Cicéron et Wilson se trouvait dans le hall d'entrée. Lui descendait rapidement l'un des escaliers de la grande salle dont le plafond est ouvert à hauteur du deuxième étage... Cicéron avait avec lui quelques sacs venant de ces différentes emplettes... cependant le cygne faisait une légère moue d'insatisfaction.

– Ça c'est bien passé ?

– Tout à fait Monsieur.

– Ça va, ça aurait pu être mieux.

L'épaulard levait un sourcil interrogateur... en regardant Cicéron puis était ensuite frappé par la réalisation de ce qui avait dû se passer. Il avait oublié de prévenir de certains petits détails.

– Tu as quand même trouvé des bons vêtements c'est le plus important.


– À peine, Soléana a beaucoup de bons designers , réputées pour leur style unique et tout... assez pour ne pas être éclipsé comme tout le monde par Spagonia ... mais bon sang, pourquoi c'est aussi restreint ?


Un peu embarrassé, Wilson s'excusait d'un mouvement de la tête .

– J'ai essayé de lui expliquer Monsieur .

– C'est ma faute, ne t'excuse pas.


–J'espérai pouvoir enrichir la garde-robe que j'ai à grande Metropolis... mais y'a rien, à part du prêt-à-porter basique dans les boutiques des marques étrangères... et pourtant il y en a partout de ces boutiques artisanales et tailleurs et tout et tout.


L'épaulard gloussait un peu en voyant la complainte du cygne. Certes, ce n'était pas la situation il voulait voir le cygne. Mais il y avait quand même quelque chose qu'il l'amusait un peu.

– Excuse moi, j'ai oublié de te prévenir de ce détail... toutes les boutiques de tailleurs de Soléana , le design  des vêtements n'est par defaut que pour la morphologie humaine et demi-humain.

– Humain et Mobien aquatique... à part ça y'a rien ! Mais veulent même pas l'écrire clairement.

Wilson sera qu'un plat gorge alors que au bras soupirait à devoir expliquer ça... disons qu'il avait plus ou moins vécu la situation opposée aux fédérations lui.

– à Solana, Mobien aquatique est qualifié de "mi-humain" . Parce qu'il n'y avait que sa essentiellement. Et c'est ... un peu complexe, laisse-moi trouver mes mots.

Il hésitait quelques instants, pendant que le cygne se calmait. Maintenant plus désabusé que irrités.

– Pour expliquer, populations initiales de Solana étaient constituées d'humains et de Mobien aquatiques uniquement... pendant que le mot "Mobien" a été créé sur le continent. Le développement de Solana a adopté l'appellation mi-humain. Comme il n'y a pas eu de différenciation de statut de notre histoire.

– M-Mais y'a pas que ça ... il y a les hérissons, loups, lapins , chat , ourse et j'en passe ...

– Disons que Solana a une relation très particulière avec les terrestres.

Il faisait note mentale qu'il avait utilisé le terme "terrestre" ... à les habitudes ont la vie dure. Dire qu'il lui avait fallu beaucoup de temps pour arrêter dire ça dans les fédérations.

– Ça va être long, il faudrait que je trouve le temps pour expliquer ça. Peut-être documentaire...

le cygne hoche la tête. Signifiant qu'il n'était pas prêt à lâcher histoire ... Aubra se doutai que  n'était juste pour sa qu' 'il était irrité... c'était pour la façon dont l'avait dû être reçue ... enfin, il en causerait un peu plus tard. Il se doutait que le cygne évitait dire ça en présence de tout le monde.

– Sinon Wilson ... heuu ..

Il hésita avant peu avant de parler. Mais se retrouvaient alors couper par le bruit des talons hauts sur le carrelage.... rythme distincte de quatre pas d'affilés normaux alors que le cinquième faisait un petit bruit de frottement sur le sol.... c'était elle.

– Je me serais attendu à ce que tu viennes me voir de toi-même fils.

Des escaliers, sa mère et regarder. On aurait pu croire une statue de l'Antiquité... à la fois son corps auxquels on ne pouvait pas dénier grâce et beauté, un visage la moindre ride, d'une perfection presque effrayante avec ses yeux bleus purs. Regard perçant,... fixe comme une statue.

– Je crois vous étiez occupée mère.

Celle-ci commençait à descendre lentement d'escalier. Ne disant mot... elle ne gardait que quelques instants les yeux sur son fils avant de les porter sur le Cygne qui se trouvait derrière lui. Elle descendait, sa main droite sur l'arme, dans sa main gauche un éventail.  
Sa tenait est constitué d'une robe rouge. Accompagné de long en gant de la même couleur qui allait presque jusqu'aux les épaules.   Le tout était complémenté par quelques  plumes dans le plus pur style de la noblesse de Soléana... la noblesse conservatrice.

Wilson ne semblait pas temps perturbé, il restait humble mais reprenait sa posture millimétrée...

Cicéron lui ne semblait pas bougé. Ou du moins ne faisait aucun bruit mouvement difficile pour Nathan de le savoir sans se tourner...  mais pouvait être sur qu'elle devait bien sentir le regard de sa mère.... elle était en train de le juger.  Vite il fallait  éteindre les braises avant que cela foute feu au lac de napalm...

– C'est  un mes proches conseillers. J'ai besoin de lui pour gérer mes affaires  mère ...

Disais ça pour faire revenir sur le regard. Il était impossible pour lui d'évaluer ses émotions... elle avait toujours semblé avoir un contrôle absolu... presque surnaturelle sur le moindre petit muscle de son visage.

– Maîtresse Angadrême.

Dit alors Wilson quand elle fut enfin descendue...

– J'espère bien.

Il pouvait voir ses eu rapidement se décaler vers les sacs de Cicéron... Il était inutile de  jouer le bluff avec elle... elle devait déjà avoir ciblé chaque petit détail. Il n'y avait pas plus minutieux qu'elle.

–Wilson il faudrait que quelqu'un est rangé de salons après le passage mes invités... je vous charge de l'affaire ou de le confier d'autres.  Vous pouvez disposer...

–Bien Madame.

Et Wilson laissait alors seul. Face-à-face... enfin il y avait toujours Cic' ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Ven 19 Mai - 18:57

Nathan restait silencieux pour quelques instants. Il n'avait pas envie de commencer à parler de quoique ce soit avec elle. Il était très loin de l'apprécier et il imaginait que le sentiment était réciproque.

– Excuse nous , j'ai du travail...

Il se préparait déjà à la quitter, se disant qu'il allait en rester là. En espérant que ce serait juste une glaciale cohabitation pour quelques jours. Il se préparait déjà dira Cicéron devenir mais se faisait couper directement dans son élan.

– Tu ne bouges pas d'un pouce .

Elle avait dit ça sur un ton tranchant, alors qu'elle s'était avancée. Visiblement déterminé à ne pas céder. Il ne voulait pas tout de suite faire dégénérer les choses, mais ce n'était pas l'envie de désobéir qui manquait.

– Regarde-toi, une honte ! Je ne t'ai pourtant pas fait élevé comme ça...

- je ...

– Silence ! Dois je te rappeler qu'il y a un devoir de dignité envers une lignée ?

– Lignée ? Disait alors à demi-mot Cicéron qui ne s'était pas reculé d'un seul pouce.

– La noblesse n'est qu'un statut superflu ... et ..

Il ne terminait pas sa phrase apprendre se voir une claque cinglante de sa mère. tsssss ... ça faisait mal...

– Aussi impertinent qu'a ton départ .

Nathan se contentait de se frotter la joue, le côté droit du visage parfaitement qu'elle pendant que le gauche était animé d'un spasme régulier. Trahissant le bouillonnement interne...

– Donc il n'y rien dire. Considère moi comme un étranger qui est juste là pour affaires.

Il tourna la tête, voyons aussitôt Cicéron qui avait lâché les sacs. Visiblement très à réagir physiquement si un autre coût voulait. C'était gentil de sa part. Mais inutile ... plus à lui attirer davantage de problèmes que de choses.

– Allons poser ses affaires et on sortira ensuite.

– tu n'est pas pour autant libre de ses mouvements,..

– Je suis majeur.

– Nous avons des invités ce soir.

Il roule les = yeux un instant avant de les élargir réalisant parent décrit ce que ça voulait dire. Pas pourquoi ça, elle avait prévu ça ? Ça devait être un truc prévu...

– Et bien bouclée moi dehors dans ce cas là. Je trouverais bien quelque chose à faire !

Puis rapidement il pouvait cesser on verra sorti. Ne voulant pas en entendre davantage ... Cicéron était un peu surpris par une telle précipitation tout d'un coup . Et il ne savait pas trop quoi faire des sacs qu'il avait avec lui.

Aubra arrêtait de le pousser avant de prendre les sacs assez vite. Il ne tournait même pas la tête pour voir ce que faisait ça mère en réponse. Il n'a l'entendait pas bougé.... et il ne voulait surtout pas en continue confrontation qu'il risque de perdre.

Rapidement, il tendait les sacs un membre du personnel qui se trouvait l'entrée.

– Amener cela au chambre d'amie et dites à Wilson que je suis dans le jardin s'il cherche des explication.

Puis il ouvrait assez précipitamment la porte avant de sortir....

*****

De l'autre côté du château il y avait toujours des jardins. Des chemins terrassés serpentaient le long de différent plateau aménagé.. le sujet a été beaucoup plus classique.... ce n'était pas une extrémité du jardin qui était généralement montré... ainsi il restait comme il avait été taillé à l'ancienne.

Cela rendait cependant beaucoup plus , sobre en comparaison du reste. D'abord quelques bosquets et de la pelouse mais une absence de fleurs ... puis à mesure que l'on descendait la pelouse se faisait moins parfaite, signe que l'entretien était légèrement différent car on entre dans un coin pour le moins de "surplus" .. et aussi que l'acidité du sol augmentant à cause du sel était beaucoup plus difficile d'entretenir ici.

– C'était vraiment trop demandé de juste l'éviter ?

Elle grondait encore un peu d'énervement. Juste à repenser à ça.

– Je pense qu'il faudrait que tu te calme .

Intensément les poser la main sur l'épaule pour l'arrêter. C'est vrai l'avait raison il fallait qu'il se calme,... ce ça qu'il allait trouver que ce soit pour supporter l'actuelle statu quo .

–Je ... faudra que tu m'explique ...

– Précise quoi ?

– Là plutôt tout ... j'ai raté un épisode et les feuilletons dramatiques c'est pas mon truc.

- hmmm .

Il soupirait avant de se tourner, par où commencer quoi dire ? Il y avait tellement...

–En version expéditive, ma mère ... Angadrême Monterebbia Aubra ... enfin.

Il recommençait avec un ton assez cynique. En faisant les guillemets avec ses doigts.

– La comtesse Angadrême De Monterebbia Aubra ... on n'est pas dans les meilleurs termes.

– Ça j'ai vu... tu avais déjà dit tu portes pas vraiment tes parents dans ton cœur mais la.

– C'est une manière de contrôle des traditions et de l'honneur et de bla-bla ...

Il commençait accélérer le rythme quand il parlait. Laissant éclater toutes ses frustrations.

– Et voulait son petit héritier sur-mesure, enfant qui respecte parfaitement les étiquettes qui perpétuent les règles de la noblesse de Soléana alors que c'est plus qu'un titre honorifique. Et bien sûr pas le droit de désobéir ou de choisir par soi-même. L'intérêt du nom avant tout.

Il soupirait pour se calmer.

– Franchement je me demande comment est-ce que la relation entre parenthèses être aussi stable. Tssss , remarque des conflits d'intérêts ils ne doivent pas en avoir des masses...

– Hé . Tu recommençais à t'énerver là... calme.

Une grogner un peu avant de se tourner pour regarder sur les niveaux plus bas. Regardant plus bas des parcelles de béton légèrement veillé par les mauvaises herbes. Et d'autre végétation qui effaçait une antique présence.

– Et que tu sais ce que tout le monde dit, on ne choisit pas ses parents ... enfin tu sais c'est les phrases clichés.

Être resté sans aucun mot continue à fixer l'océan...

– Et puis, au moins ce coin charmant. Digne d'une carte postale ...

Il tourna alors la tête se souvenant de ce qui voulait lui dire plutôt.

– J'espère que la parole de la carte postale t'a pas trop déplu par contre. J'aurais dû prévenir qu'il y a encore des vieux antagonismes.... enfin pas vraiment signe que ça...

– arf ... c'est pas comme si ça avait été offensant ou agressif... c'est jusque ça fait bizarre. Le même regard surpris à ma demande dans les boutiques... quand je disais qu'il fallait que ce soit fait rapidement. Alors qu'à côté à plusieurs reprises ça allait comme une lettre à la poste pour les autres Motbien aquatiques.

– Je sais... pour te dire, si tu voulais vraiment de la grande ouverture c'est plutôt la nouvelle ville... la les gens sont habitués à travailler sur des services qui ont un lien avec l'international. Dans l'ancienne ville s'essentiellement les touristes et les habitants... ouais je sais c'est bizarre c'est l'opposé de l'idée d'une ville musée comme le reste.

Cicéron s'asseyait alors sur une pierre dans un coin, dégageant un peu de lierre il réalisait qu'il s'agissait autrefois d'une pièce de béton. Un peu de traces de rouille sur le flanc indiquait qu'il avait été armé... et depuis longtemps laissé à l'abandon...

–J'en ai assume pour aujourd'hui pour ne plus m'étonner. J'ai compris Solana ça ne marche pas comme dans ses films d'amour Spragonia ... ou ses plages de fête réputée de Apotos . C'est bizarre....

– Pas tant que ça ... Enfin pour toi oui . Tu sais bien que le monde était divisé en continent qu'il n'y a qu'une cinquantaine d'années. Sauf que Solana a été coupée du monde depuis le début une ils vivent en autarcie depuis le début.

– Autarcie ?

–Yep ... tu trouves tous les climats sur cette île. Du coup il n'y avait absolument aucun besoin du monde extérieur... et surtout qu'en parallèle les navires ne servent à rien pour un monde où il y a une seule masse de terre. Enfin jusqu'à ce qu'on découvre que le navire permet de faire circuler des trucs très lourds et très gros lot des comptes ou des anciennes mères qui étaient cernées par des Landes de terre...

– Juste ça ?

– Et plein de choses ... enfin c'est pas que les gens sont méchants détestent. C'est juste que ici... tu peux venir en touriste aux travailleurs invités... mais tu seras jamais considéré comme un habitant. C'est pas pour rien qu'on n'a pas de naturalisation standard.

–– Si tu le dis, enfin ça commence à faire beaucoup la... ça dirait passer autre chose ? C'est pas pourquoi son envie de regarder une de ces vieilles séries d'il y a environ 20 ans...

– Les dessins animés au doublage foireux ?

–Tu sais ce dessin animé ultra abusé d'époque , tellement que s'en devient con... Mais doublage foireux ?

L'épaulard Surya sont là. Avant de glousser..

– on parle de la même chose, mais t'as pas idée de la façon dont le doublage local massacre ce genre de choses.. crois-moi tu as des perles.

Il ne pouvait s'en empêcher de sourire de toutes ses dents pointues. Juste des pensées il se sentait pris d'un fou rire.... c'était tellement excellent jour de choses là.

– Ça c'est un visage qui me dit qu'il faut que je regarde absolument.

–OK, toute façon je n'avais rien de prévu ce soir.

Puis Cicéron se relevait. pendant quelques instants pour enlever poussière son pantalon .

–Vous voilà donc.

Enfin Wilson était là. Aura perdait son sourire aussitôt même s'il ne prenait pas pour autant un air négatif... il se préparait juste pour ce qui risquaient de suivre.

– À Wilson j'ai oublié de te prévenir que j'ai demandé à utiliser son bureau...

Le majordome regardait alors avec un air sérieux. Cicéron au milieu qui regardait s'attendre à avoir un nouveau une guerre éclater. Puis d'un seul coup venait les détentes alors que Wilson souriait.

–Voyons, ce n'est pas parce que vous utilisez dans votre ancêtre que je vais être dur... si je peux parler librement.

– Bien sûr .

– Je préfère beaucoup mieux vous voir l'utiliser de la même façon que votre ancêtre plutôt que les projets saugrenus de votre père de le transformer en salle de billard ou de votre mère qui voulait y installer une harpe.

Nathan était sur le coup soulagé. Il s'attendait quand même au pire.... disons que autant sa mère et son père était des présences qu'il n'appréciait pas autant... Wilson était la figure d'autorité de son enfance.

– Ça rassure... je sais qu'elle. Vous n'aimez pas qu'on touche aux affaires de Ferdinand...

– Voyons, vous n'êtes juste plus un enfant aussi destructeur qu'avant.

–Enfants destructeur ?

En même temps Cicéron laisser échapper un ricanement pris d'un sursaut de rire en entendant ça. À l'embarras ..

– Toi destructeur ? Jamais vu quelqu'un prendre autant soin des objets...

– enfin on peut passer ça... j'aurais encore besoin de ton aide Wilson .. s'il te plaît ? Il me faudrait une voiture... n'importe laquelle, j'ai envie d'aller dîner en ville.

– Je me ferai bien un Burger ...

Ajouter Cicéron qui commençait à se remettre de ses crises de rire.

– Ça va, ça va, tout le monde a eu le droit d'avoir une période enfant terrible.

– Désolé ses juste que .. ouf ... j'avais du peiné à te faire jeter le moindre truc. Et la moindre assiette c'était une tragédie....

Maintenant c'était Wilson qui levait les sourcils en entendant ça. Le regardant avec un regard interrogateur..

– Non, assez l'histoire pour cette fois.

– Entendu... je suis néanmoins rassuré que vous ne soyez pas isolés. Aussi,...

Ce dernier lui tendait alors un livre... l'encerclement.

– Je l'ai vu sorti. Je me suis dit qu'il faudrait mieux qu'il vienne à vous... votre votre mère est déjà en train de tout faire organiser. Il ne sera donc plus possible de rentrer sans passer par elle pour un certain moment... votre père m'a cependant demandé de vous avertir qu'il attend votre présence pour vos devoirs dit-il...

Il prenait livre. Sur les un peu avant de remercier Wilson d'un mouvement de tête.

- D'accord, et merci pour livre ... heuuu ... je serai et à côté du garage . En attendant vous apporter des clés d'un véhicule.... prenez celui que vous voulez. J'ignore quel est l'actuelle collection.

Wilson acquiesçait avant de les laisser.... l'épaulard lui se tournait vers le cygne.

- Bon tu viens Cic ? Refaire un tour le plus intéressant... plutôt qu'être ici.

– OK.... sinon c'est quoi ce bouquin ?

– Un truc de mon arier grand-père... l'encerclement. C'est un ouvrage fait par quelqu'un d'assez important sur l'île...

–C'est genre une comédie romantique de ses pièces de théâtre que l'on peut voir au collège ? Ces trucs-là qu'on fait par un Apotos y a plusieurs siècles... les... les tragédies ! Je me demande toujours pourquoi ce qui mettait des conclusions aussi déprimantes alors qu'ils avaient le soleil chez eux.

Aubra haussait alors les épaules.

– nan ... et qu'est-ce que tu veux que j'en sache ? ses Apotos .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Sam 3 Juin - 16:58

« Pour comprendre l'encerclement, il faut d'abord comprendre l'essence du concept. Alors même que l'idée semble naturellement, instinctivement comprise par les êtres doués de raison ainsi que par les bêtes , du moins si nous observons les exemples pratiques nous donnent la nature qui nous entoure.

Cependant, avec la raison qui rendit. L'encerclement semble perdre sa simplicité animal ... il n'y a pas seulement une guerre de l'esprit avec un ennemi qu'il comprendra et cherchera à vous contrer... il y a aussi une guerre avec soi-même sur la compréhension de la chose.

Mon plus grand succès. Bâti Sur une définition solide. Une fondation indispensable à la tactique... Il faut savoir faire une grande différence entre l'encerclement et l'entourage... les terrestres ont commis l'erreur de confondre les deux. Solana n'était pas encerclée d'eau... elle était entourée . Car seul un ennemi peut encercler. »


******

–Autant de voiture que ça ?

Dans un an, se dressait quatre rangées de trois véhicules chacun. Tout s'installait dans un garage un peut à l'écart de la demeure. Dissimulé derrière un mur végétal et plusieurs arbres...  au salon intérieur les voitures de la famille. Non pas celle utilisée pour la sécurité qui se trouvait au point d'entrée.
La deuxième voiture été recouvert d'une bâche blanche. Cependant, à sa forme et ne laisser aucun doute qu'il s'agissait du véhicule que Wilson avait précédemment utilisé.

–C'est pas parce qu'on est sur une île que les plus riches se privent.

Il jeta un coup d'œil aux différents véhicules. Se demandant lequel il allait pouvoir utiliser, cela allait d'un énorme 4x4 aux allures d'un véhicule blindé. Un mastodonte en termes de taille d'allure renforcée au châssis et dont les roues semblaient dire que ni la route la plus impraticable et sauvage qui soit , ni les intentions les plus basses est agressive ne pouvait stopper l'engin.

Cicéron lui était en train de regarder des quatre décapotables qui y étaient stationnés. Quatre marques différentes toutes des fleurons mondiaux dans les véhicules de sport et de luxe.   On pouvait bien voir d'un côté les véhicules venant des Old Nation . Qui savent allier dans leur style la modernité à des courbes adoucies, pourrait-on même dire sensuelle ? Et en même temps une forme d'agressivité quand on les observait de plus près. .. Nul doute que celle-ci semblait attendre de montrer leur véritable nature à la sonorité du moteur.
Pendant que les modèles venant des fédérations étaient bien plus larges, avec des courbes clairement agressives ... dans leur forme, elles étaient aiguisées. Les entrées d'air comme celle d'un avion chasse. Placé pour donner une impression de force et de performance... un design qui était là pour inspirer la nervosité l'envie de déchaîner tout ce que pouvaient donner moteurs.


Après, les voitures qui restaient et différents types de berlines  sur celle-là il n'y avait pas grand-chose tardé. Peu importe constructeur semblaient toutes sortir du même moule vitres teinté noir, couleur noire à peu près les mêmes dimensions,... difficile de faire une différence entre elles. On pouvait juste classer comme des véhicules de personnalités importantes. C'est il n'y avait pas de questions sur comment les différencier du véhicule de Monsieur tout le monde... cependant elles semblaient montrer une absence d'exubérance... à part pour quelques timides détails. Mais sinon elles semblaient toutes les mêmes tout avec la même sobriété.

–La plupart ne sont pas vraiment mon goût. Mais je dois reconnaître qu'ils sont de la gamme au dessus à ce que j'ai à grande Metropolis.  

–Crois-moi, si une seule de ces voitures était à moi je n'oserais même pas les conduire en ville... je ne veux même pas connaître le prix pour une rayure.

–Elles sont déjà indirectement à…

– Désolé de vous interrompre.

C'était une petite voix. Une servante se tenait à  l'entrée. Celle-ci avait , dans sa voix ,  une expression un peu timide. Et semblait vraiment jeune c'était sans dans son premier travail et elle devait avoir commencé que très récemment. Elle s'approchait doucement. Quittant le contre-jour qui venait de la porte permettant alors à au bras de mieux l'identifier ...  c'était une jeune mi-humaine  , une exocet  ou poissons volants plus communément.

–  Monsieur Wilson m'a demandé de vous apporter ces clés...

En même temps et lui tendait la main avec les clés voitures qui pendaient. Le porte-clés était seulement une plaque rouge avec le logo du constructeur dessus.

En lui prenant la clé, au bras pouvait voir les petites membranes semblables à des petites ailes en dessous de ses bras. Transparente et fine, elle pouvait presque être prise pour une parure de soi si on les regardait avec la correcte lumière. Cela a donné non seulement une certaine grâce à la jeune femme. Mais il s'agissait aussi d'un très bon complément à ses charmes actuels. L'épaulard ne pouvait s'empêcher de la trouver mignonne....

– Merci... autre chose que j'aurais besoin de savoir ?  Va vous haver l'air un peu gêné. Espère ce n'est pas ma mère qui vous met mettre la pression.

– Non ... je veuillez me pardonner pour cela... mais est-ce que je pourrais avoir un autographe ?

L'orque levait un sourcil surpris à la demande.

– enfin j'ai pas vraiment de quoi écrire...  

répondit-il un peu gêné entre-temps derrière la tête.  La petite sorte alors une poche cachée de son uniforme un petit carnet. Et lui tendis.... avant que quelque secondes plus tard ce soit à la main de Cicéron tenant un silo qui se trouvait juste à côté.

– Allez une jolie signature pour ?

– Céline Sheffield Monsieur...

Sans dire mot est un peu gêné Aubra  prend le stylo et réalise l'autographe. Ce n'était pas vraiment une habitude. C'était plutôt l'opposé c'était la première fois...

– Voilà.

– Merci ! Et aussi avant que j'oublie. très impressionnant pour votre course . Vous avez bien est remis l'empire à leur place.

– Ce n'est rien... j'aurais préféré que cela se finisse mieux.

Sans un mot, elle acquiesçait et ressortait. Assez précipitamment car l'étalon de ses chaussures à clefs un peu contre le sol.

– Je t'avais dit que tu devient célèbre.

– Je suis pas vraiment habitué à sa.

Puis avec un gloussement Cicéron  saviez contre lui. Lui passant le bras gauche autour du cou pendant qu'il était pris de fous rires.

– Alors tu vas pas du tout aimé ce qui t'attend. T'as même pas idée de ce que tu vas voir à grande Metropolis.... ou peut-être même ici.

–  heuuuu ... à l'aide ?

– Désolé mais c'est ton combat ...

En même temps, le signe tendait la main pour lui prendre des clés en un éclair est joué avec la télécommande d'ouverture des portes.

– Alors lequel on a eu ? Que ce soit la voiture de sport rouge !

En même temps, avec le bruit des serveurs de portières qui s'ouvraient l'un des véhicules avec les phares qui clignotaient deux fois... c'était l'énorme 4x4...

– Au moins il est rouge... bon je conduis .

– Dommages je voulait la décapotables...


******


La lumière bleue commençait à devenir orangée alors que le soleil s'approchait de l'horizon. De notre reflet sur les eaux de la marina... au-dessus. Nombre de voiles multicolores des différents voiliers venait s'ajouter au tableau... multitude de petits bateaux. Les plus gros yachts se trouvaient beaucoup plus loin dans le port....

lui Cicéron était assis sur un banc en granite parmi tant d'autres le long de la jetée de la nouvelle ville...  derrière eux. Une autre marée, nombre de personnes aux habits multicolores où se mêlaient de nombreuses espèces, les habitants et les touristes....

Et pendant ce temps-là rentrée l'épaulard et le cygne se trouvait sac en carton dont il sortait les hamburgers et sodas.

–La vache. Un peu plus et on aurait mangé dans le véhicule. Je serais senti beaucoup mieux derrière les 30 mm de blindage...

–  Je te l'avais dit. On ne n'autorise que les celles-ci convient trop de monde... écoutons ton commerciale .

– Mais c'est pas de la pub !

Et en même temps il prenait une bouchée de son hamburger. Et commencer à mâcher en regardant la mer.

– Oui mais ça règle numéro un de ceux qui ont du succès la télé...

–  phmmmmmm .

Il continue à mâcher. Il aurait dû s'attendre que la nouvelle ville Elias davantage de personnes pour lui demander quelque chose. Surtout qu'il y avait nombre de touristes des fédérations... et surtout ici en ce lieu de collecter il y avait beaucoup plus de monde qui avait suivi avec intérêt les derniers événements.

– Enfin, vue que l'on est au calme...

– Ce qui est déjà surprenant.

– Il n'y avait même pas de journalistes. Sois heureux..

– hmm .. et la question ?

– Ah oui combien de temps est ici ? Va falloir qu'on contacte Helena  , voir comment est-ce qu'on gère les affaires. Il va quand même falloir que tu continues à te montrer... les dernier événement été traînement riche qu'il faut capitaliser sur l'attention et s'assurer qu'elle ne retombe pas en premier pour les éléments positifs.

– hmm hmm

– C'est pour ça que faudrait que tu te montres journaliste et que on avance un peu plus autour des nouveaux produits.

–  Je m'en doutais. Et de façon je pense que c'est couvert.

– Ooook ...   et pour combien de temps ici ?

–Difficile à dire quelques jours seulement je pense... je dois mettre son boulot dès demain...  toi tu pourras  te changer de travail un peu sur la pub en attendant.  Il faut trouver un autre moyen de faire une démonstration de IDream ...

–Je vais réfléchir. Si je trouve un truc les frais envoyés par Helena ..

– Parfait.

Et en même temps, roulé en boule emballage usait de son repas et le remet dans le sac bolivien. Essuyant les mains avec une serviette qui connaît le même sort quelque seconde plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Dim 3 Sep - 18:03

« Un encerclement réussi doit remplir deux conditions. Premièrement il doit limiter la mobilité de l'ennemi et l'enfermer. Deuxièmement il doit être capable de maintenir cet ennemi dans l’espace de confinement.

Il y a encore récemment , la première tâche était facilitée par la fortification. L'ennemi se retranchant dans une forteresse abandonne de lui-même sa mobilité... c'est pour cela que ce genre de situation est qualifié de siège plus que d'encerclement.

Cependant les temps changent. Au-delà de l'horizon de la nation, sur les terres alors tourmentées du continent de nouvelles machines de guerre assez lourde pour pilonner de façon impitoyable les fortifications et suffisamment mobiles pour le faire dans des délais records a vu le jour.

Il commençait déjà à être évident que ce ne serait pas avec un mur obsolète que la nation pourrait se protéger. »

********

Le soleil avait presque disparu lorsqu'il s'était de retour à l'entrée de la petite île. La sécurité avait été renforcée et un ballet de voitures luxueuses traversait un cordon de sécurité pendant que d’autres en ressortaient.
Au milieu de tout ça, le véhicule tout-terrain ,  surélevé faisait figure d'anomalies avec sa couleur rouge bien plus criard et son apparence massive qui ne pouvait être davantage opposée aux silhouettes fine et raffinées des autres voitures.

Ne voulant pas attendre pour rentrer Aubra donner quelques coups de volant pour rapidement se glisser dans des espaces libres afin de pouvoir grappiller quelques places et par extensions quelques secondes sur cette file de véhicules qui entrent au compte-gouttes. À chaque fois, stoppez pour une vérification d'invitation.

Quand ce fut finalement au tour de l'épaulard, et l'ouvrir nonchalamment  l'épaisse vitre du véhicule pour juste regardait l'agent de sécurité qui devait lever la tête pour croiser son regard. Juste avec un coup d’œil ses réglé et l'humain lui fait c'est un signe d'avancer en secouant le bloc-notes avec les listes d'invités en direction du pont... et l'épaulard redémarrera...

– Tu parles d'une ambiance lourde ...  

–  hmm ?

Répondait alors l'épaulard levant un sourcil avec un regard interrogatif sans vraiment comprendre pourquoi Cicéron commentait cela. À part le sombre portage de sécurité, l'image de la résidence qui les attendait derrière était bien plus vivante que leur première arrivée.  Éclairage extérieur, de nombreux convives, quelques tables disposées à l'extérieur pour profiter de l'agréable fraîcheur avant qu'elle ne devienne inconfortable... dans l'ensemble, il y avait de la vie tout autour...

– Tu n'as pas dit un mot depuis la moitié du trajet.

– ha sa .. je sais  que je vais pas pouvoir esquiver sur ce coup-là.

Et avec un soupir ils divergeaient pour amener au garage le véhicule. Retournant pour quelques minutes à l'écart de l'animation mondaine qui s'est commencée à se former.

– Je t'ai pourtant connu plus sociable.

– J'aime juste pas être forcé. D'ailleurs, si tu veux je m'arrange pour tu puisses t'extraire a  tout ça.

– Ça ira, j'adore me faire de nouveaux amis. Et puis tu m'as demandé de chercher des idées. Et rencontrer les acteurs du coin fait partie des besoins.

Répondait alors le cygne avec un sourire à assurer au coin du bec. Peu importe les environnements, Nathan n'avait encore jamais vu Cicéron réel difficulté pour se frayer un chemin dans le tissu social. Pour sur le cygne réussirait à étendre ses réseaux de connaissances ou au moins rester dans quelque mémoire.

– OK...

Et le duo prenait la route pour retourner au manoir... quand ils arrivèrent au premier convive. Ils passèrent déjà inaperçus. Leurs vêtements ne les faisant entrer dans aucun des deux groupes déjà présents : le personnel et les invités .

– Je vais peut-être d'abord retourner à ma chambre pour me changer...

– Quand tu veux, moi par contre ... juste pas envie de découvrir ce que le tailleur a dû préparer sous-ordre de ma mère.


Et sur ce qu'elle continuait à avancer interpellant un des membres du personnel qui passait alors à proximité pour lui demander de guider Cicéron qui n'avait pas encore pu être introduit à la chambre d'invités ou ses achats de la journée devaient attendre.
Aubra lui continuait traînant un peu des pieds tant qu'il était encore sûr de la pelouse avant de reprendre une démarche plus normale quand il arrivait au bout du gazon sur les graviers qui cernaient la demeure. il était inutile de laisser des traces dans le sol et de se fait remarquer ainsi. Il avait passé l'âge d'ainsi bouder.

Enfin, après l'ascension démarche et le zigzag entre quelques convives devant la porte d'entrée. Il retrouvait le bien plus étoffé que son départ. Comme pour l'extérieur, tout était dressé avec faste. Et les discussions des invités remplissaient la structure.

Instinctivement, il cherchait du regard l'étage supérieur. C'était là qu'il aurait plus de chances de trouver sa mère... et bien entendu et n'avait pas besoin de réellement cherché avant de tomber sur le regard fixe de sa mère.  Le faisant aussitôt détournez du regard pour réaliser qu'il commençait à tirer sur lui quelques regards curieux .

Peut-être qu'il était encore temps pour trouver une solution pour sortir de tout ça. Après tout.... Il pouvait peut-être jouer la table de billard. Esquiver le plus gros... mais était-ce judicieux ?

Lorsqu'il retournait son regard nouveau verre l'emplacement de sa mère celle-ci n'était déjà plus. À la place elle descendait des escaliers alors qu'à chaque marche descendait davantage de personnes tournait son attention vers elle. Ici, elle était l'organisatrice, le personnage principal de cette soirée. C'était par son œuvre que les choses s'étaient mises en route et par sa volonté que tout se déroulât selon ses désirs... ou presque.

Et à mesure qu'elle descendait Aubra lui sentait  l'angoisse en se disant qu'il avait peut-être surestimé sa marge de manœuvre. Il était face à une inconnue , jamais sa mère n'avait laissé les choses dévier... ceci par une intense prévention... mais maintenant il était fait. Alors qu'elle se rapprochait toujours plus retardée seulement par quelques mains serrées et des compliments.

–  C'est une chance que tu es pu venir Fils .

Elle avait dit ça cela moindre teinte d'énervement de déception ou d'autre animosité dans la voix. Alors même que ces quelques mots avaient été prononcés de façon distincte bien plus haute pour percer les conversations alentour et attirer l'attention. Pour Nathan, la situation venait de changer... Il n'était plus dans un milieu étranger... il était maintenant plongé dedans. Pouvait voir et sentir que maintenant l'attention venait de se centrer sur eux. Et il n'aimait pas ça... il ne sentait aucune maîtrise sur la situation et il n'arrivait pas à prédire la suite sa mère l'ayant quelques mots dérober de tout ressort.

- J'avais espéré que tu puisse faire profiter nos les invités de ta présence. Après tout, même si tu fais rayonner notre famille bout du monde , tu ne restes pas un fils au succès exemplaire ici , le digne héritier de l’audace de tes ancêtres.

Il avait du mal en voir où il venait en venir. À chaque foi elle attirait davantage d’attention. Mais pas sur elle. Sur lui...  et c’était très inconfortable. C’était une attention qu’il n'avait ni désirée ni contrôlée.

– Qui eux-mêmes à l'époque partaient établir leur comptoir dans les terres inconnues.

D'un mouvement habile, presque fantomatique, car il ne l'avait presque pas  remarqué. Elle avait attrapé une coupe de champagne sur un plateau à proximité. Tenant l'objet comme s'il avait été toujours là... puis le levai . Avec un air triomphant .

– C'est pour cela que j'incite tout le monde ici a lever son verre au plus heureux fait de cette soirée. Le succès et le retour de l'héritier de la famille.

Quelques secondes plus tard, une ola de ver se levait accompagnée de la reconnaissance de Nathan pendant que ceux qui avaient les mains vides applaudissaient brièvement quand les verres redescendaient.

– Cette soirée est tienne .

Lui disait alors sa mère qui se reculait pour aller se fondre dans le cercle qui se rétrécissait autour de lui. Plusieurs personnes voulaient alors lui serrer la main. , certains commentaient avec amusement et étonnement qu'il avait ramené avec lui de l'exotisme en plus de ses expériences des fédérations... clairement un moyen d'essayé de bien se faire voir sans critiqué son décalage vestimentaire . il n'était pas dupe .

C'est d'abord les plus anciens avant que viennent les plus jeunes. Jeunes filles de son âge. De différentes races de différentes tenues uniques, mais il avait déjà perdu le fil de qui passait depuis le début. Le fond ne semblait jamais s'interrompre. Jusqu'à ce qu’une main familière se pose sur son épaule... Il n'avait presque pas reconnu Cicéron qui était parfaitement fondu dans le style vestimentaire de la soirée. Et lui tapoter deux fois sur l'épaule.

– On dirait que tu as besoin d'un peu d'air.

Et c'est alors qu'il remarquait comme assez côté il y avait deux femmes. D'un côté une jeune Mobiene une raie, richement habillée quoi que peut-être plus sobre dans sa tenue... mais au visage bien plus éclairé que le défilement confus de différence qu'il avait vue précédemment.  Il devait vraiment avoir perdu le fil. Bien qu'il avait l'impression que cette jeune noble devait apprécier la compagnie du cygne.
L'autre femme qu'il accompagnait était la membre du personnel qu'il avait rencontrée plutôt dans la soirée. Céline Sheffield ...

– Tiens montrer lui ou se trouve les rafraîchissement, le membre d'honneur ne devrait pas être privé des victuailles don tout le monde profite.

Il adressait à Aubra un dernier clin d'œil puis d'un mouvement de la main il ainsi poussait légèrement la servante pour qu'elle lui permette de se faufiler entre les convives et de s'extirper du défilé sans fin.

- Merci...

–C'est surtout votre ami qu'il faudra remercier .
répondait elle un peu gêné avant d'ajouter. Vous devriez peut-être aller voir du côté de la salle de billard. Votre paire si trouvait avec quelques invités... ça sera toujours plus calme .

Que s'incliner un peu en s'excusant qu'elle devait le laisser. Puis repartait. Le laissant la... Il attrapé rapidement un verre sur la table, faisant mine de vouloir le voir avant de commencer à se déplacer  vers la sortie de la salle avant que l'attention ce retourne vers lui. Utilisant son verre comme artifice pour ignorer quelques dernières prises de contact.

Il n'était pas très enchanté de maintenant aller voir ce que faisait son père. Mais c'était toujours mieux que rien. Il ne pouvait y rester ici ni s'absenter trop longtemps... pour sûr pendant quelques minutes quelques-uns posant des questions pour savoir où il est et s'il n'y avait pas de réponse sa mère enverrait sans doute quelqu’un le chercher.

Le billard semblait donc un pari équilibré... et puis qu’est-ce qui pouvait arriver de pire ? À part qu'il ne savait pas jouer au billard... il savait que son père n'aimait pas être gêné par une large foule. À coup sûr il n'aurait qu'à un cercle rapproché autour de lui. Donc à part un groupe de vieux...

Il lançait un dernier regard sur la salle avant de la quitter. Apercevant sa mère qui lui faisait dos alors qu'elle discutait... pendant que Cicéron lui semble déjà s'être constitué un petit groupe qu'il semblait captiver d'histoire et divertir bien plus que le reste de la soirée.

Et c'était mieux comme ça. Il n'aimait les foules qu’à distance. Avoir autant de contacts en même temps le rendait toujours aussi mal à l'aise . S'il fallait être personnel ,Il préférait largement les petits groupes. Le moins il y avait de l'échange... les masses, c'était juste... être confronté au narcissisme des autres. Vous n'avez que quelques brefs instants avant de passer à personnes suivantes et en si peu temps on a juste le temps d'approuver. Et le pire ses que l'on devait faire avec le sourire permanent.

Enfin le pire était littéralement derrière lui alors qu'il se tournait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Dim 17 Sep - 18:26

Les bruits produits par les invités étaient très vite étouffés à mesure qu'il avançait dans le couloir. Jusqu'à n'être plus qu'une subtile perturbation à peine audible et dont la présence ou la disparition était quasi identique.
Le retour du calme lui permettait de souffler. De sentir immédiatement la différence de température entre la grande salle et ce couloir. Pendant un instant, l'idée de juste restait là lui passer par l'esprit. Après tout, ce lieu était suffisamment calme... et cette tranquillité semblait largement valoir le temps qu'il y perdrait. Cependant, ne pouvait pas s'en contenter. Après tout il avait juste à toléré pour une fois les semblances et règles de ces cercles sociaux.

Il doutait encore un instant, pour être du chemin à prendre. Le billard et par extension la salle qui était dédiée faisait davantage parti de l'univers de son père que du sien. Et par extension il n'a jamais été du genre à aller s'aventurer de ce côté. Pour lui, ça se résumait à une porte close avec comme il I 'imagine une table de billard derrière.

Cependant, à sa première surprise il entendait au tournant le bruit distinctif du claquement des boules. Même sans y avoir joué, connaissait au moins le bruit... le bruit était clair. Car un peu plus loin devant lui se trouvait une porte ouverte d'où venait de la lumière est très vite quelque discussion à aux sonorités courtoises.

Aubra hésite alors quelques instants, ne sachant s'il devait vraiment s'avancer davantage. Il n'y avait aucun signe pour dissuader d'approcher, ou détournés qui que ce soit. Mais en même temps, il ne se sentait pas à l'aise à l'idée d'approcher. D'entrer dans la lumière et de regarder qui était en présence. La même sensation qu'être en face d'un abîme.

L'épaulard soupir un instant. Pour faire taire ce pressentiment. Il n'était plus un enfant, il n'avait pas éprouvé les mêmes peurs à se sentir être là où il ne devait pas. Il n'avait plus à se plier aux mêmes règles, il était responsable de lui-même.

Il reprenait alors son approche, avant de légèrement passer la tête et d'observer préventivement ceux à qui il aurait à faire.

Comme il s'y attendait, au centre de la salle prenait l'énorme table avec la surface verte où étaient disposées les différentes boules. Les différents les angles étaient richement décorés de gravures taillées dans le bois qui constitue le cadre... au-dessus, un ventilateur de plafond tournait lentement tout en émettant l'éclairage de la pièce.

Les abat-jour des lampes. Les tapisseries et plus généralement tout ce qui ne semblait pas être une boiserie ancienne s'accordait de la même couleur verte que la surface de jeux. Et par dessus, quelque tableau venait embellir de quelque couleur de plus la vision. Avec leurs descriptions de scènes que Nathan n'arrivait pas a reconnaître.

Quelques sièges occupaient les recoins de la pièce. Quand il ne s'agissait pas d'un meuble pour tenir les cannes ou d'autres accessoires pour jouer. Leur nombre est différence de taille ne faisait guère de pour lui. Elle semblait toute revenir au même .

La première personne qui attirait son regard dans la salle était bien entendue son père. Il trônait à l'opposé de la porte. Dans un fauteuil de cuir sa propre queux de billard dans sa main droite.  Celui-ci détachait en un instant son regard de la partie actuelle des qu'il avait semblé percevoir son fils à l'angle de sa vision. Mais son expression restait la même , observant Nathan avec la même concentration que le jeu qui se déroule actuellement.

Avec ce regard il se disait encore quelques instants. Ne sachant pas s'il était vraiment bon de rentrer.

Puis raisonner un nouveau claquement des boules alors  que l'une d'entre elles disparaissait à l'un des angles de la table. Suivi quelques secondes après par la montée des commentaires des autres personnes en présence.

Mais les commentaire été de courte durée alors qu'à tour de rôle les invités remarqués la présence du nouvel arrivé.

C'est alors que son percevait. Attrapant le bleu sur une table basse adjacente prend remettre un peu sur le bout de sa canne.

–Je me doutais bien que tu viendrais après avoir donné un peu de ton temps à ta mère.

Nathan n'osait pas répondre et rester sur le pas de la porte.

– Allez entre, ce n'est pas comme si tu es un étranger... enfin je ne suppose que ça ne dérange personne que mon fils nous regarde jouer.

Les six des sept autres personnes en présence faisaient non de la tête. Tous au-delà de la cinquantaine mais aucun ne lui disait que ce soit. Le dernier qui n'avait pas réagi comme les autres s'enfonçaient légèrement dans son fauteuil. Croisant les jambes... un mobien tortue une mer ...Visiblement plus ancien.

De l'autre côté, son père lui adressait un court regard. Donc il n'arrivait pas à apercevoir la signification .

– hmm enchanté ...

Aux alors dire Nathan , il n'avait pas du tout à faire à cette étrange atmosphère.  En face il y avait quelques réponses mais pas de tous. Au moins, j'avais l'impression que le sentiment d'inadéquation était réciproque.

–  Allons, nous sommes amis  depuis des années déjà ... ne me faites pas de  la peine à manquer de respect à mon fils.

– En effet Alphonse ...

C'était la tortue qui prenait la parole. D'une voix lente et un peu cassé par l'âge.

–C'est bien quatrième génération de ta famille que je vois dans ma longue vie... je t'ai conseillé toi et ton père.... mais je vois bien que ton fils n'est pas vraiment sa place ici.

Nathan ravalait lentement sa salive alors qu'il se sentait l'envie de reculer un peu.

– Léonard... tu sais très bien ce que mon père penserait une telle situation.... il prendrait extrêmement mal  le manque de respect à son sang.  Mais je suis bien moins réactif que lui... j'en éprouve pas moins peine.

–Jamais je ne t'ai manqué de respect. Il s'agit juste là d'un autre conseil. Je pense que ce n'est pas  une place pour ton fils.

Puis un silence commence à s'installer. Nathan se contentait de Regarder autour... cet environnement, n'était pas le sien. C'était un groupe clairement tenu par une étroite connaissance et un respect qui liait tous ses membres... de choses qu'il n'avait pas.

– Il a justement quelques années d'apprentissage attraper.

Son père lui adressait alors un nouveau regard. Cette réflexion faisait grincer des dents à Nathan. Ces "quelques années" , était son choix, de s'éloigner tout ça. Maintenant il savait clairement pourquoi il ne se sentait pas à l'aise. Cela faisait parti des choses qu'il avait toujours voulu éviter ...

printemps qu'elle ce chuchotement les autres membres en présence se faisaient entendre. Visiblement divisée sur ce qui se passait.

– Je sens qu'il n'en a pas besoin...

Il en avait assez entendu, on parlait lui mais de toute façon le choix ne semblait pas pour autant lui appartenir. Alors autant qu'il tranche..

– Je vais vous laisser toute façon, il ne s'agissait que d'un passage et je ne connais rien au billard.

Puis il prenait sur lui faisait volte-face pour quitter la pièce. Retournant rapidement dans le couloir...  
tssss ... Il n'avait pas envie de se mêler à ça. Et en plus maintenant il se retrouvait sans échappatoire. Il n'avait pas non plus envie de retourner du côté de sa mère.. il commençait un peu à s'éloigner ...

Ne détestait genre de choses-là. Son père son grand-père avait sens commun. Leur cercle de connaissances proches. C'était totalement opaque...

Un mi-chemin s'appuyer contre mur. Se disant qu'il allait patienter la quelque minute... Il faisait légèrement teinter les clés de voiture qui était toujours dans sa poche...

Bon sang, il avait oublié son livre dans la voiture ! ... Il ne fallait surtout pas qu'il le laisse là. Ça risquait de l'abîmer et Wilson ne lui pardonnerait pas. Il pourrait toujours passer par l'entrée personnelle. La personne ne viendrait l'embêter et ça sera bien plus rapide.

*****

– Je n'arrive pas à croire que tu puisses même fait ça de toutes les personnes ici présentes , ne me fait pas craindre que ton âge n'est fini par te rattraper. Ne plus pouvoir te faire confiance est une énorme perte.

–Je ne t'ai jamais manqué de respect, et cette soirée encore moins...  toujours est-il... que malgré que je sois centenaire... ma mémoire est toujours intacte... Et je ne pourrai m'y tromper...

La tortue de mer marque une pause ,  attrapant une qu'un user qui était posé à côté de son siège pour ensuite se lever prenant appui sur celles-ci...

–Je sais que j'ai vu le fantôme de ce vieux fou....

*****

En se dépêchant peu, il tombait sur Wilson, visiblement il  avait est envoyé pour le chercher... car celui-ci fronçait les sourcils en voyant se balader sur un chemin qui ne lui permettait pas de retourner vers les invités.

–Monsieur...  votre mère .

–S'il te plaît Wilson  , j'ai juste oublié le livre dans la voiture. Ça serait pour aller le récupérer ...

Le majordome relevait un peu les sourcils à une réponse vive et hésitait un peu avant d'insister. Attrapant dans l'épaule droite l'épaulard. Le tenant fermement

– Donnez-moi les clés du véhicule je vais aller le récupérer... ça ne sera qu'une fois de plus...  par contre je crain que vous ne puissiez faire attendre longtemps votre mère.

– J'ai déjà été présent, qu'est-ce qu'elle désire encore ?

– Et bien je..

À la surprise de Aubra le majordome semblait pour une fois montrée difficultés à exprimer sa réponse.

– Je crains que votre mère ne voulait vous présenter ... des jeunes femmes qu'elle voit comme d'éventuelles...

Aussitôt Nathan coupé.

– Elle....  à vraiment ... fait ça ...

Et il avait une grimace d'énervement. Car là c'était vraiment la goutte qui faisait déborder le vase. Mais quelle époque se croyait-elle ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Lun 21 Jan - 17:04

Passer quelques instants de stupeur, énervement et surtout d'envie de juste tout laissait tomber , retourner dans l'halle pour tenter de retourner une table dans les halles , comme un acte de rebellions immatures... option heureusement extrêmement difficile à cause de leur taille, des victuailles encore entreposées dessus... et du faite le bois de chêne n'était pas le plus léger... en faite même en soustrayant tout ce que les convives avaient déjà potentiellement mangés.
Bref , rien de mieux calcul pour voir que quelque chose est infaisable... et perdre du temps.

Surtout que ce temps perdu était le temps nécessaire pour sortir de l'aveuglement colérique et se rendre compte que la solution n'était pas là. Une temporisation vraiment nécessaire pour Aubra qui avait en cet instant plus que jamais besoin de regrouper ses moyens.
La grimace d'énervement se calmait, l'agitation des mains cessait ... et ça qu'une critique une seule fois pour canaliser le sursaut d'énervement.

Nathan prenait une grande inspiration , il faisait signe Wilson de juste partir.

- Allez-y... merci d'avoir porté la mauvaise nouvelle,  je m'en charge.

Malgré ces paroles, l'orque n'affichait absolument aucune intention de bouger de suite. Ce qui lui valait un froncement de sourcils de la part du vieux majordome qui ne laissait pas son humilité entraver sa fidélité aux devoirs.

– Oui juste quelques secondes.

Rajoutait-t-il alors dès qu'il ressentait la pression de ce regard. Il n'avait pas le loisir de juste se cacher... ou de jouer sur la chance pour se dérober à ce rebondissement. Le problème majeur est que ça mère et une experte de la communication... un talent naturel doublé d'une longue expérience faisait-elle une personne chevronnée pour la maîtrise des situations en société.

- tsssssssssss ....

Aubra ... n'avait rien de tout ça par contre. Certes il savait se donner en public. Mais c'était très différent... si on devait comparer il était plus un amateur, un acteur de stand-up dans la rue qui jouait au culot de l'improvisation en ajoutant des pétards et beaucoup de couleurs. Il était soit l'expert technique qui maîtrisait son domaine soit l'orateur qui essayait de faire aussi vite que percutant . Il imposait son rythme.

Sa mère... Angadrême ... était un tout autre niveau. Elle était à elle seule la combinaison du metteur en scène,  du scénariste, de l'orchestre et des machinistes. Elle maîtrisait et dirigeait avec aisance son entourage. Elle faisait de son public ce qu'elle souhaitait mais dirigeait avec brio les situations.

– À ce rythme elle va réussir à me faire accepter quelques sans même que je puisse parler.


Attention et les dents. Il avait usé de son seul recours Cicéron.. Il n'avait nulle autre échappatoire ou allié en ces lieux. Confronté à une situation qu'il ne peut pas tordre son avantage.

Avec un dernier soupir de résignation et commençait à se rediriger vers l'entrée.  Sortant l'IDream de sa poche pour vérifier l'heure ... et estimé combien de temps durerait cet enfer personnel.

-Toujours à l'heure de Grande Metropolis.

Et constater ça avec un peu de mécontentement. Il avait oublié de le resynchroniser... jusqu'au il avait besoin de connaître l'heure ... Il était quand même à savoir que  "chez lui" Il était 14 h... pour sûre Helena devait passer un moment plus agréable de travail.

Puis s'étaient aussitôt le déclic. Il réalisait à cet instant son arme secrète. Sa bouée de sauvetage.

__________________________

Le flot incessant de paroles et de discussions n'avait toujours pas faibli... les échanges entre les convives produisaient encore ce bruit anarchique dont il ne pouvait faire sens. Avec l'exception que le rythme vocal et maintenant ponctué de fluctuations du volume.  De temps en temps quelqu'un levait la voix pour s'esclaffer à une remarque ou affichait une véhémence de salon ce qui conduisait tout le monde monte la voix, puis après quelques instants d'intenses discussions courtoises le volume retombait tout comme l'énergie.

– Certains ont pris peu trop de courage liquide.

Marmonnait alors Aubra  en regardant quelques nobles dont les pommettes avaient pris des couleurs et dont les mouvements commençaient à mettre un peu de désordre dans leurs parures ou coiffure. Bien sûr au milieu d'un tel groupe, entre apercevait Cicéron qui enchaînait des mimiques exagérées pour un petit groupe qui semblait victime d'une crise de fou rire presque étouffant.

Pour un instant il était tenté de les rejoindre... puis l'orque tournait la tête pour apercevoir à l'opposé une ambiance beaucoup plus posée.   C'était presque une courtoisie solennelle que sa mère était en train de jongler entre plusieurs discussions . Au  centre de son groupe, tel un arbitre  Angadrême tempérait les opinions de chacun , et ramener dans la discussion ceux qui s'éloignaient à cause de l'attente. Tout en conservant une sorte de distance et l'adresser à chacun des sourires et petites remarques qui étaient récompensés par la confiance de chacun.

Nathan hésite puis se décider de se rapprocher du groupe de sa mère. Aubra devait faire son mieux pour ne pas traîner des pieds. Son ressenti lui criait de faire volte-face et de s'éloigner ... non seulement il ne voulait pas être mêlé à tout ça mais il commençait activement à craindre ne serait-ce de prononcer un mot.
Et jeter un rapide coup d'œil pour tenter d'identifier les autres participants... d'autres jeunes femmes de son âge, accompagnée la plupart de moins un de leurs parents ...  et surtout, l'atmosphère bien plus sérieuse. Ici, Nathan en était presque sûr... on parlait affaire sans le dire.

-J'ai été prévenu qu'on me demande ..  et enchanté à ceux que je n'ai pas encore vus.


Aussitôt il commençait à lever la main direction du premier convive pour les séries. Voulait ainsi essayer d'un peut s'imposer et forcer la discussion a recommencé pour en saisir la nature .

- Nous attendions justement avec impatience Nathan . Je vais te présenter des connaissances qui pourraient t'intéresser et qui avait aussi hâte de te rencontrer.

Puis il commençait à présenter à tour de rôle des familles en présence.

-D'abord les Rocvel , des amis qui sont des piliers inestimables de l'entraide avec leurs fondations humanitaire et leurs importants dont à d'autres organismes comme les pacemakers.

Face Nathan se tenait alors un requin, l'orque pouvait presque se voir dans le reflet de ses petites lunettes carrées alors qu'il lui serrait la main. Habillé d'un costume trois pièces aux apparences standard mais qui se distinguaient par les boutons dorés chacun serti d'un saphir.

- Enchanté , et ne nous donnait pas trop de mérite ne faisons que rendre ce que le monde donne.  Nous sommes aussi les possesseurs de " SubCom "  ..

- Les cables sous-marins .

Au bras finissait la phrase. Il connaissait la compagnie ... l'un des plus larges constructeurs exploitant des câbles de communication sous-marins.

– Et derrière vous ?

– Évelyne ma fille .

– Enchanté .

Et lui serrer la main son tour. Il remarquait que sa poigne était beaucoup plus forte que celle de son père, malgré qu'elle guerre des majoritairement silences .

– Ensuite nous avons la jeune Karen Acaran , avec qui je regrettais l'absence de ses parents.


– J'ai tenu a venir en raison de leur absence , ils avaient a fair un déplacements dans les fédérations..

Celle qui venait de s'exprimer et qui avait été interpellé était une jeune humaine. Rousse , de taille moyenne ... particularité peut-être d'avoir des yeux de couleur vert... vers à droite.. marron à gauche. Elle tendait la main avant lui...

– Voyage d'affaires ?

– Oui , pour le groupe médical Bio Azur .

Pour ce réponse l'épaulard hoche la tête . Ça faisait déjà 2 poids lourds...  c'était certain que sa mère cultivait un réseau très puissant.

– Et pour terminer des amis très proches et aussi collaborateurs de ton père ,  La famille Chell .


Cette fois-ci... ils étaient trois le père la mère et la fille. Pas question de ce côté-là... trois Mobien  ..
la mère une mouette pendant que le père et la fille...  Il avait du mal à me souvenir de l'espèce. Des mots bien poissons... mais dont les motifs des écailles rappelaient comme un zèbre.

– Des collaborateurs ? Je présume donc que vous devez être à la tête d'un groupe important.

Il leur serrait la main. À l'exception de la moitié essayer de faire la bise avant de rire et de s'excuser avec un fort accent... elle devait venir de Apotos ...

– En effet nous sommes les propriétaires historiques du groupe Crimson Line , autrefois la compagnie commerciale de Solana avant sa privatisation, nous sommes armateurs et propriétaires de port.  

Au bras hoche la tête pensivement il n'arrivait toujours par trouver non l'espèce.. jusqu'à ce qu'il est le déclic. Manquant presque de rater le nom de leur fille.  C'était des poissons pilote !

- ... et voici notre chère fille Ariel .

Nathan tourne alors à nouveau son regard vers sa mère. Ils devaient au moins lui reconnaître les efforts en termes des personnes qu'elle avait regroupées.  

–Ton retour était une opportunité pour te les présenter. Ça fait déjà quelques temps que tout le monde ici s'intéresse à toi et c'est bien dommage que tu restes ainsi isolé et aveugle a tout les opportunité .  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Mar 22 Jan - 16:47

Face à cette " révélation " Nathan reste calme. Ou plutôt impassible comme à son habitude quand quelque chose l'ennuie. La frontière entre les deux était difficile à évaluer de soi-même... et généralement la réaction des gens était un bon signe de ce qu'il affiche plus sur le moment... le problème, c'est qu'ici il n'avait que des sourires invitant.

– Et bien en effet c'est intéressant. Je suis bien plus familier avec d'autres investisseurs.

L'orque croisait les bras avant de lever les yeux pour éloigner son regard de tout ce groupe. Essayant de réfléchir aux différentes choses à dire.

– Excusez-moi c'est juste que j'ai l'habitude de rencontrer des exécutifs dans d'autres circonstances et encore je m'entretiens beaucoup plus avec les échelons opérationnels.


– Droit au but donc .

C'était le requin qui avait répondu au plus vite.

–Je reconnais bien la le style pragmatique des fédérations. Comme de l'huile avec de l'eau. Le travail se doit être sérieux.

Nathan baissait alors les yeux. Ce que remuant un peu alors qu'il avait une réponse beaucoup plus proche de ce qu'il connaissait.

–  C'est la vie dans les fédérations qui doit déteindre. De bonnes conditions de discussion restent toujours bienvenues. Mais par habitude la séparation est bien marquée au milieu.

– C'était juste une mauvaise interprétation.


Sa mère glissait cela pour l'interrompre. Même si la coupure avait été subtile et idéalement placée pour sembler naturelle.

– J'ai cru que vous étiez allés voir Alphonse enfin votre père . J'espère que vous faire venir n'a pas interrompu une partie je sais quel point il déteste laisser une partie inachevée.

Cette fois-ci c'était autour du poisson pilote tenter son approche. Dans le sillage de l'action de requins.

–Non je vous rassure le billard n'est pas pour moi et je les avais déjà laissés avant.

L'héritière pharmaceutique laissait échapper un gloussement.  Aubra  lui n'appréciait juste pas la situation.

–Ceci étend, je suis ravi de l'intérêt porté. Même si je ne suis actuellement que de passage.

– À peine revenu dans notre nations que l'aventure te manque déjà ?

– Juste une question d'affaires , les activités de la famille sont ici et les miennes sont à grande Metropolis.

– Et des plan d'expansion ?

Monsieur Rocvel soulever la question pendant que le trio des jeunes filles semblait commence à discuter entre elles un peu à l'écart..

–Je ne vois pas encore d'intérêt en dehors des fédérations.


– Pourtant plein d'autres des fédérations voient beaucoup plus loin. Les réseaux s'attendent plus vite que jamais aujourd'hui. Et nous nous  adaptons en conséquence. Vos compères de grande Metropolis sont particulièrement gourmands d'ailleurs.

D'un coup d'œil il remarquait que sa mère se met en retrait... et sans grande conviction le répondait alors au requins.

– Tout veux faire des vidéos en ligne aujourd'hui.


–En effet mais ils veulent bien plus que du volume.

Et aussitôt Monsieur Chell venait renchérir.

–Pour sûr ils arrivent même à mettre en concurrence des milieux insolites. Je ne dois rien vous apprendre mais aujourd'hui Solana joue énormément sur les projets data Center sous-marin pour diminuer les coûts de refroidissement.

–Je vois,.. c'est vrai que Aubra industrie ne fait pas dans la télécommunication.

Pendant un instant il semblait y avoir une compréhension mutuelle avec les invités, surtout alors que l'orque sortait son Idream .

– Après, s'il y a des offres... je préfère faire ça à la façon des fédérations.

il commence à allumer son IDream. Saisissant l'opportunité qu'il avait maintenant pendant qu'il s'était laissé isoler des discussions anodines.

– Nous pourrions remettre ça jusqu'à demain continué normalement.

– Ne vous inquiétez pas je ne compte pas vous imposer affaires tout de suite Monsieur Rocvel ....  mais j'aime que ce soit fait en bonne et due forme .

Puis aussitôt il lançait un appel sur le bureau. Passant l'appareil en visioconférence et laissant apparaître la projection holographique. Posant le mur de lumière entre lui et les autres

– allô ? Helena ?


Pour l'instant le seul affichage était "chargement en cours" .  Puis aussitôt après l'image translucide d'une humaine entre le buron apparaissait. Les lunettes un peu abaissé et de mèche qui dépassait ...

– Aubra ? Enfin je commençai à penser que Cicéron avait encore oublié.

– Ils a sans doute dû oublier . Attends j'ai besoin de tes services je bascule en multiples vues.


Il tournait son regard en direction des autres personnes présence.. visiblement la surprise de l'Idream commence à diminuer... c'est vrai qu'avec le nombre d'unités vendues qui augmente. Il pouvait encore espérer un peu de surprise... après tout n'été même pas encore généralisé à l'ensemble des fédérations et encore moins à l'étranger.

–Je vous présente Helena Week  , c'était ce qui s'occupent de l'aspect direction de mon entreprise. Pour tout ce qui est l'ordre d'entretien merci passer par elle .

–Enchanté .

Déjà elle saisissait un agenda prêt à noter tous les détails nécessaires.

–Et en face sont respectivement les représentants de Crimson line    ainsi que de Sub Com .

Et enfin le tourne la tête en direction de sa mère.

–J'espère que ça ne te dérange pas j'invite à distance une personne. Elle est extrêmement importante. Elle gère avec excellence les affaires. Je suis sûr que grâce à elle que je ne vais pas rater les occasions que tu m'as données.


Et ils étaient partis pour une combinaison qui est extrêmement rodée avec Helena ... Il gérait l'aspect technique et elle maîtrisait l'aspect management.... il ne manquait plus que Cicéron dans l'équation. Mais en ce moment ses talents étaient bien trop utiles à d'autres.

______________________________

La fatigue était intense... rattrapé par le décalage horaire son horloge biologique lui faisait regretter de s'être crue tout aussi énergétique que sa collègue à l'autre bout du monde. Au moins, ils avait eu à l'usure les autres.

Il ricanait leur qu'il retirait sa veste maintenant tranquille dans la chambre. Il s'était absenté en laissant sa mère s'occuper des derniers convives qui partaient. Quant à son père devait être en train de terminer une partie... ou peut-être de faire quelques dernières discussions.

Cicéron lui avait failli partir avec le flot... un peu trop de vin et il se faisait emporter par quelqu'un. Heureusement qu'il avait remarqué ça... pas sûr que ses parents le personnel fasse attention à ne pas laisser partir.

Enfin... de façon surprenante il s'en était bien tiré . Il faut dire aussi que sa mère avait tenu occuper les autres pendant qu'il parlait affaires... tant mieux, la dernière chose qu'il souhaitait est qu'elle tente de s'impliquer dans sa gestion. Quoique de ce côté-là Helena fait office du parfait rempart.

Wilson avait aussi dû passer car il avait retrouvé le bouquin posé sur la table de chevet avec les clés de la voiture. Quelques pensées d'empathie lui arrivaient alors qu'il réalisait qu'il devait encore être debout. Même si son âge commençait à peser. Wilson reste toujours en charge.

– J'espère que je pas avoir trop de travail demain.

Il se fonde sur le lit. Rebondissant une ... avant de se relever d'un coup et de vite regarder  des deux côtés du lit.

- Oh non je l'ai mis ou ?  

L'orque recherchait rapidement la mallette du GUN .. le seul truc à ne pas paumer.  Elle commence alors à réellement paniquer à l'idée de ce qui pourrait arriver. Avant qu'il ne tape son pied dans l'objet perdu. Posé sous une  chaise qui venait r de rapidement déplacer .

- outch ... haaaa  .... au moins c'est trouvé ! gnnnnmm  .


Pour sûr c'était l'objet. Et son pied lui faisait mal... c'était toujours moins pire que ce que Sheridan aurait pu lui faire. En ce qui me retournait sur le lit avant de se tenir le pied.. le maçon jusqu'à ce que la douleur disparaisse.

– au moins le  plus important est sauvé.

Il se redressait un peu pour voir que les volets étaient encore ouverts. Pour un instant il les fixer à la recherche d'une manivelle.... avant de réaliser qu'il n'y avait pas de store. Seulement des volets extérieurs ...

De l'autre côté il n'y avait que le néant des ténèbres. Cette fenêtre est dans la direction opposée à la vie... aucune lumière ne permet de distinguer ce qu'il y avait l'extérieur. À part peut-être pour le clignotement de quelques lueurs... des lampes de position d'avion.

–Je ne me souviens pas que les vols commerciaux passent par là.

L'emmener s'alors qu'il se levait pour ouvrir la fenêtre et finir par fermer les volets. Il devait se reposer un minimum pour demain. Les affaires allaient reprendre. Et il avait besoin toute sa tête pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Mer 30 Jan - 18:06

Le réveil était plutôt difficile.  Aubra se sentais encore pâteux alors qu'il s'étirait dans le lit. Le décalage horaire l'avait encore attrapé.  Il levait les yeux vers le plafond ou ce qui devait être le plafond car tout était égal dans les ténèbres. Il se frottait lentement les paupières avant de se tourner pour chercher la lampe de chevet.

- hmmmmm .


Sur un patient ne se rectangulaire....  du cuir..  un livre, il va y un peu essayant de chasser l'instant d'indécision et de confusion. Passant sa main sur toute la table pour ne rien trouvait d'autres .. faisons aussi tomber les clés qui tentent d'un seul coup sur le sol . Le sursaut du bruit le fait émerger. .

– ... Pas chez moi.

L'orque Réalise qu'il ne faisait que réutiliser les mêmes gestes de chaque matin. L'automatisme routinier pour un autre lieu.

- Super... ou est l'interrupteur déjà ?

Il marmonnait sa pour quelques instants ce retournant pour aller chercher de l'autre côté. J'avais si longtemps qu'il ne se souvenait même plus où était l'interrupteur ici. Mais il serait mentalement il se relevait. Prêt à chercher entretenant la porte. Cinq glissaient le long du mur à la recherche d'irrégularités ...

– Voilà.

Poussin soupir de soulagement alors devait trouver la porte. Après quelques secondes extrêmement à Il finissait par ouvrir et laisser enfin la lumière filtrée. La salle maintenant un peu éclairait lui permettait de repérer l'interrupteur . Sans attendre il allumait avant de refermer la porte... puis remarquer que lumière venait non seulement d'une lampe au plafond mais aussi du sol....  Il réalisé qu'elle en de chevet qu'il avait enserre c'était par terre. La protection de l'ampoule était un peu tordu signe de sa chute. L'épaulard réalisé qu'il avait dû renverser ça durant la nuit.

Neuf suivant été de chercher son portable. Pour vérifier l'heur ... et bien sûr le synchronisait sur le bon fuseau horaire. ..  10 h 21   .
L'épaulard repose alors l'Idream . C'est tirant un peu plus. Sentence serait légèrement craqué .  La face suivant été d'ouvrir les volets. Donnons enfin sur le jour et le jardin.... la lumière du soleil se reflétait sur l'océan .

- phmmm ..  

Quelques secondes à chercher avant de se tourner pour aller ouvrir sa valise. Il est lavé le reste de la matinée pour la nostalgie. Et l'hygiène personnelle ne devait pas attendre.

__________________

presque 11 heures. Il descendait dans l'entrée. il avais hésité à aller voir Cicéron mais.... c'était ravisé se disant qu'il avait envie d'aller voir quelque chose avant. Le personnel finissait de lustrer le sol juste en bas de l'escalier. Pour effacer toute trace de l'activité d'hier.

-  Excusez-moi !

L'orque faisait des enjambées un peu maladroite en essayant de passer par les zones où le sol avait séché ou pas encore nettoyé. Il voulait éviter de gâcher le travail d'autrui.

– Bonjour Monsieur. Ne vous donnait pas tant de peine .

Une membre du personnel s'écartait en souriant pour éviter qu'il ne la heurte.  

– Wilson nous a demandé de vous prévenir que le déjeuner est à 12h30 .  Et qu'il souhaiterait sous insistance de vaux parents que vous ne soyez pas en retard.

–Merci ,  Passé une bonne journée !


L'orque pivotait alors sur un pied avant de finir à reculons sa démarche de sortie. Il pivotait à nouveau sur le pas de la porte pour descendre les marches et commencer à faire le tour de la demeure.
Il avait un peu temps pour être tranquille. Et surtout à éviter ses parents.

La configuration déjà été complètement refaite. On s'éloigne du cœur de la propriété. Il se souvenait que la végétation était déjà dense et ça n'avait fait que s'aggraver. Le côté océanique de L'ilot était rocailleux , difficile entretenir et la végétation qui s'est développée prenait du temps à pousser.... les pins tordus par le vent avaient quand même un certain charme. Et permettait de cacher le béton. Et les piliers de rouille.

–  En effet ... ils ont toujours pas bougé .


L'orque baissait la tête pour regarder la tranchée de béton en contrebas,  et d'où montait trois vieux obusiers fixes que rouille rongeait depuis déjà des décennies . Il y avait bien au moins 3 m de dénivelé depuis son perchoir.
Le vent venant peser remue les différentes branches des pains qui poussaient à flanc rocheux et qui éventuellement finirait par occulter cette fissure artificielle .  
Avec une bourrasque plus forte un bruit morbide s'est levé d'en dessous des pieds de l'épaulard. Difficile de voir de sa perspective. Il se doutait depuis longtemps qu'il devait exister une entrée mal scellée  dans laquelle l'air s'engouffre. Mais il n'avait jamais eu l'occasion de vérifier la descente était risqué et remonter impossible...  

L'orque s'asseyait alors sur le rebord pour un peu profité de la tranquillité. Le lieu semble toujours être le même après toutes ces années. Les obusiers rouillés lui paraissaient beaucoup plus simples qu'autrefois. Le nom des pièces du venait naturellement et l'absence de ce de composants critiques lui apparaissait. Tant de choses démystifiées.

–Toujours aussi mort...

Il attendait écoutant le bruit. Essayant de nombreuses années auparavant de se faire une image mentale de ce qu'il ne pouvait avoir dans ce proto bunker aujourd'hui abandonné. Le manoir avait été bâti sur la forteresse centrale... c'est canon lourd d'abord utilisé sur des navires avant d'être immobilisé en batterie côtière avait été réincorporé sur les navires de la marine avaient eu besoin de nouveaux bâtiments. .. Pour finalement aujourd'hui reposer quelque part dans le lagon environnant comme récif artificiel une fois que leur dernière plate-forme avait perdu sa valeur.

Par contre, les fondations de béton n'étaient pas parties comme les tourelles. Elles étaient le recouvert de briques sur lequel était bâti la demeure.... ce niveau inférieur avait partiellement servi de sous-sol. Pendant que le reste réseau à la forme inconnue avait été muré....
ça l'avait toujours rendu curieux de savoir quelle forme avait cette face immergée.  Un simple pouvoir avec quelques dépôts vers cet avant-poste ? Ou un réseau tentaculaire ou attendait plus de vieilleries.
Enfin c'était si l'ensemble de s'été pas effondré avec l'érosion du temps.

Il restait perché à se détendre jusqu'à ce que le vent change de direction. Portant avec lui des poussières de multiples reprises manquait de lui arriver dans les yeux. Agacé il se protégeait d'abord avec sais-tu avant de finalement abandonné. Se relever pour rentrer l'épaulard remet encore une fois sa curiosité un autre jour.

Alors qu'il commence à rentrer en direction du manoir il secouait un peu sa chemise. Enlevant quelques aiguilles de pin logé dans le col de sa chemise. Poussant un soupir d'agacement quand il revenait à la pelouse , puis au jardin millimétré.

C'est en arrivant à la lisière son portable lui rappelait sa présence avec la sonnerie informant qu'il avait reçu un message.  Sans arrêter il ne sorte sa poche regarder.... faible réception et un message de Cicéron... il n'y avait pas pensé mais il semblait que cet îlot projetait une ombre dans la couverture réseau....  il se demandait alors que ce qu'il avait raté ouvrir rapidement le message.

" Parti pendant tu étais absent . Repartir en ville avec un membre du personnel . Je n'avais pas l'air d'être le bienvenu pour ce midi.... pas grave quelques visites aujourd'hui. Opportunités recueillies hier... racontera plus tard. "

L'épaulard soupirait le voilà maintenant seul... quoi que celui semblait stupide aurait dû s'en douter. Ils n'étaient guère plus qu'un employé à la vue de ses parents.... alors il y avait peu de moyens de justifier sa présence prolongée par qu'il avait besoin de ses services.
D'un autre côté, il se demandait quel genre d'opportunités de signes  pouvait bien parler... quel genre de plan avait encore monté. Nathan ne s'était pas trop de l'immense marge de manœuvre du cygne. Et voir son indépendance et sa double casquette pour des activités annexes.... de récente expérience lui avait appris à se méfier il y a au moins être un peu plus regardant.

– Attention !

L'orque levait la tête de l'écran alors qu'il n'était juste devant les marches à la base des fondations de la maison.

–Excusez-moi j'ai cru que vous n'aviez pas remarqué...

Il levait la tête pour voir un mi-chemin sur les marches la même domestique que plutôt. Alors que celle-ci avait changé son uniforme pour une tenu prêt-à-porter.

– Ne vous excusez pas.  

Et commence à monter les marches lui passant à côté.

–  Passer un bon après-midi plutôt .

– Merci Monsieur.

Plus haut, d'autres membres du personnel étaient en train de quitter la demeure.... après la nuit dernière où ils avaient été mobilisés et le rangement de la matinée leur grande majorité devait maintenant être en repos... se laisse donc un personnel minimum pour le reste de la journée.

Et derrière lui laisser un sol reluisant premier jour dans l'entrée.... parfaitement polies et reflétant la lumière de l'entrée au point d'en être éblouissant.... cela forçait l'orque l'orque à lever les yeux  , c'est bien pour cette raison qu'il préférait un carrelage terne à du marbre blanc....

Les rambardes l'étage était désertes et il poussait un soupir de soulagement se disant que peut-être...

– Nathan.  

En faite non. Elle arrivait juste du couloir donnant sur l'aile droite du rez-de-chaussée.

– Bonjour mère .


Il retenait envie de rouler les yeux avant de diriger son regard vers elle. Devant plisser les paupières pour ne pas être aveuglé par la lumière. Il avança encore un peu pour changer d'angle et rendre ça plus confortable. Porter une robe bleue , d'une seule pièce jusqu'aux genoux et qui semblait bien plus banal que hier. Un collier de perles, des lunettes de soleil large monture blanche un chapeau de la même couleur venait compléter l'ensemble.

–Tu tombes bien , mais juste quand j'ai fini mon bain de soleil.


Mais retirer ses lunettes de soleil avant de les placer sur l'autre son chapeau.

– Je reste ponctuel. C'est la première des politesses.

Sa mère faisait une moue qu'il n'arrivait pas à déchiffrer avant de lui répondre.

–J'ai parlé à ton père à propos de ton attitude hier , et nous allons en discuter. Ton attitude sans être déplacé a quand même mis à mal et rendu inconfortable quelques invités.

Nathan se stand à quelque chose de plus dur sur le moment.

– Cependant, tu peux remercier l'ouverture d'esprit nombreux invité.... cela t'épargne de l'embarras  immédiat même des choses sont à remédier en toute urgence...

–  Désolé de pas avoir été à la hauteur des espérances. Mais je ne pouvais pas faire plus au milieu d'une foule inconnue.

Sa mère ne semble pas porter la moindre importance à sa réponse.
La place de baisser les yeux sur une petite montre à son poignet.... regardant les dernières secondes avant 12h30.... quand les aiguilles étaient exactement arrivées alors une petite clochette se faisaient entendre.

– Il est l'heure,  et je ne t'ai fait aucun reproche immédiat...  Compte tenu de mes attentes. et redresse toi , tu es courbé .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Mar 12 Mar - 12:01

La salle à manger était toujours aussi grande que dans ses souvenirs. La table n'avait pas changé, l'énorme buffet de bois rempli de porcelaine et d'argenterie non plus . Son côté ancien ne s'était que renforcé... tout lui semblait encore plus daté.

En portant le regard sur la table il pouvait déjà voir les dispositions découverts. Rapprochés à une extrémité pour raisons pratiques. Utiliser toute la longueur de la table serait bien inutile à part s'il fallait mettre de la distance... de la distance qu'on lui niait actuellement.  

Son père était déjà installé et finissait de feuilleter ce qui semblait être un magazine pendant que sa mère elle s'approchait pour réclamer la place en face de son mari. Posant très lentement la main sur le dossier de la chaise pour clairement proclamer sa place.  Ce qui ne laissait Nathan extrémité de la table. Entre les deux .

– Bonjour père.

Le bruit du papier glacé qui se frotte et se plie été la première réponse  alors que l'orque plus âgée AVC son magazine et regardait son fils , puis il refermait complètement le magazine . Nathan de fait plisser les yeux à la réverbération sur le papier glacé lui revenait directement dans les yeux. L'éblouissant quelques instants .

–  Bonjour fils .


Pour quelques instants le silence s'installa alors que Aubra s'attendait à une période de blanc prolongé . Le bruit ne fut rompu que par un murmure qui attirait son attention en direction de sa mère.  Celle-ci lui faisait rapidement signe en direction de la place vide. Elle ne s'était toujours pas installée .

–  hmmm .

Entraînant un peu le pas qu'il allait rejoindre sa propre place. Salaire décidant enfin–sa chaise pour s'installer .

–Nous revoilà enfin en famille, cela faisait bien  quatre ans que nous n'avions pas eu une telle opportunité.

– En effet c'est agréable, nous avions bien trop perdu de vue ces moments traditionnels.

–Traditionnels en effet.

Nathan commence un peu remuer sur sa chaise. Se mettant au moins plus à l'aise dans sa position... c'était le minimum qu'il pouvait faire sur le moment. La salle était trop grande l'ambiance et le bruit était absent... il se sentait oppressé. À moins que ce soit la sensation préventive qui lui revenait.

– Nathan ta posture. Redresse toi et ne va surtout permettre mes coudes sur la table !


L'injonction de sa mère était directe alors qu'il se redressait pour pollue minuscule devait faire.. le jeune orc hésite un instant avant de se décider à concéder ça. Même s'il se sentait presque grincer des dents...

– Oui voilà .

–Je ne sais pas comment tu te comportais aux fédérations mais ici nous devons quand même respecter un minimum de bienséance et de politesse.

–À vrai dire fédérations l'habitude est d'avantage de manger au niveau de cuisine et avec la télévision. Certains dises c'est une mauvaise pratique pour le tissu familial mais c'est intéressant pour d'autres types de discussion.

Répondait alors Nathan de façon neutre provoquant un soupir de mécontentement de sa mère. Son père lui se contentait de déplier lentement sa serviette de table avant de s'exprimer.

–Très intéressant. Mais si nous ne sommes plus aux fédérations, et tu n'es pas étranger.  Alors nager avec un peu plus de dignité et sans aucune excuse.

–J'en prends bonne note.

Sa mère serait clé la gorge afin de pouvoir les arrêter. Un membre du personnel arrive avec un plateau transportant trois dossiers. Nous assortiment de fruits de mer avec de la salade. Un plat qui était beaucoup plus léger que ce qui avait été proposé hier. Sans doute adapter en conséquence du repas tardif .

–Merci.

On doit laisser échapper ne veut sont automatiques remerciements quand on lui posait l'assiette. De la même façon que quand il est au restaurant.... c'est à peu près la même chose avec une ambiance différente... là ce n'était pas les enfants de huit ans de la table d'à côté qui venait agacer tout le monde.

–Donc... heuuu ...

Il hésitait un peu alors qu'il prenait une de ses fourchettes essayant sera plus parmi les trois qui se trouvaient laquelle était la bonne... Il obtint pour aller parcelle qui lui semblait le plus approprié.... par instinct peut-être qu'il y avait une part de souvenir dedans ou juste parce que celui semblait être la mieux dimensionné. Auquel cas il ne relevait pas des yeux pour contempler le jugement de son choix.

– ha oui ... elle m'a prévenu que vous aviez tous les deux discuter. À mon sujet... juste par curiosité. Et pour renouer un peu plus à cette table.


Puis tient dans un morceau de chair orangée. Se demandant s'il s'agissait de crabes ou de homard. Seul le goût lui permettrait de le savoir.

– En effet c'était au sujet de ton comportement hier. Alphonse tu désires que je commence ?


–Laisse-moi commencer ,  Angadrême .

–Je suis tout ouïe. J'ai besoin d'enregistrer aussi  ?

– Nathan ne pense même pas sortir ce portable. C'est une affaire privée .

Il relevait la tête pour voir le regard acquisition de sa mère. Et le mouvement de tête approbateur de son père dans l'autre côté. Il se doutait bien des doubles sens. Ses parents ne voulaient sont tous pas qu'il ayant encore recours à quelques appels. Maintenant il n'y avait même pas Cicéron.
Décidés de répondre avec la Twingo sont relevant les mains comme s'il était désarmé.... sauf pour les couverts

–Bien, c'était juste pour être sûr.

Il prenait graphiquement chez de la chaire de crustacés se trouve au bout de sa fourchette.... c'était du homard.

–Ta mère te l'a peut-être déjà dit mais ton attitude a été mal reçue par certains convives.

Sa mère qui essaie d'acquiescer avec un murmure pour confirmer.

–Ce genre d'attitude te nuit énormément. Et tu es agi comme si tu n'en avais pas conscience. Je sais que tu es un garçon intelligent et tu manquerais pas de comprendre l'importance de bien se comporter.

– Je n'ai pas manqué de respect à ce que je sache. Et j'ai agi selon la situation. Et peut-être un peu le style des fédérations.


La salle introduisait un petit bruit de craquement alors qu'il essayait de la couper. Il regardait directement son père jusqu'à son couteau grâce un peu contre l'assiette par manque d'attention. Cela aux une grimace d'un confort de la part de sa mère qui détestait ce genre de bruit.... enfin tout le monde déteste ce genre de bruit.

–Le "style" des fédérations n'est pas le minimum d'efforts . Ou de mettre mal à l'aise les autres.

– J'ai regardé dans les yeux et parler distinctement.

–Sans sourire ou faire attention aux autres.

Aubra  rouler les yeux alors que la critique revenait.  C'était une autre chose qui n'avait pas changé dans cette salle.  Avec une automatisme teinté d'ennuis pour témoigner d'une réponse longuement répétée et usée.

– Je ne suis pas à l'aise avec ...

– Pourtant tu réussis as très bien faire un grande Metropolis. Lors de la soirée des sociétés qui contribuent au développement de la ville.

Nathan Relever les sourcils à en repensant ce moment avec une teinte d'amusement et aussi de surprise à ce que ça lui soit rappelé. Son père semble rester concentré

–C'était une allocution un monologue, pas vraiment une discussion... et sa portait sur les aspects techniques...

–Justement tu doit faire beaucoup plus court sur sa, tu avais pourtant réussi as plutôt bien synthétisé.

– Avant la forme il y a le font aussi , Angadrême.

Nathan était en train de se servir un verre d'eau levant un peu la main gauche l'index levé pour faire signe de temporiser le temps qu'il puisse boire. L'assaisonnement de la salade était bon mais lui donner un peu soif.
Il prenait quelques gorgées. Fronçant peu les sourcils avec le goût de l'eau... beaucoup trop minéralisée. il avait oubliez la préférence de sa mère pour les eaux de table comme ça.

Je suis très content que vous ayez regardé ce que je faisais de loin . Mais la situation de la soirée était vraiment différente.

– Suffisamment différentes pour que tu essaies de te murer ? Tu as quand même été en présence de nombreuses personnes importantes. Une opportunité rare pour former les réseaux de relations vitaux.

– Je ne suis pas muré.

– Mais tu n'as pas fait d'effort non plus.

– Est-ce que c'est pour le billard ?

Il se retenait pousser doucement. Se disant que peut-être son père prenait aussi assez mal qu'il se soit toujours montré particulièrement désintéresser concernant son activité fétiche. Mais bon ça ne pouvait certainement pas être quelque chose d'aussi puéril. Nathan savait bien que c'était peut-être son désintérêt pour les autres convives pour les intérêts de ses parents.

– J'ai déjà fait mon deuil pour ça... tu sais très bien de quoi je parle. Tu n'as même pas essayé de nouvelles contacts ou même de poser des questions.

–Je n'étais juste pas à ma place au milieu d'une salle où je dois faire la moitié de la moelle de l'âge moyen.  Au pire mettons ça sur le timidité. Après tout, qu'il n'est pas impressionné par les vénérables qui détiennent autant d'influence ?

Son père. Le regard vers sa mère comme pour lui passer le relais. Sa mère avait certainement beaucoup plus de munitions.

–Même avec les jeunes de ton âge Nathan.

Aubra  essayait de répondre. Mais sa mère ne lui laissait pas , un simple durcissement de son regard suffisait à lui laisser la suite.

– En échangeant avec ton père nous avons très vite remarqué que tu avais si est isolé tout le long de la soirée. Et sache que cela te fait passer pour quelqu'un d'étrange au mieux.

– Je n'allais juste pas  me forcé à...


– Ne va pas me dire tu étais passif. D'abord avec ce Signe puis après à ignorer certaines personnes... Te rends-tu compte de la mauvaise impression que tu as donné auprès de  nombreux jeunes filles ?


–J e ne m'isoler  pas , j'étais en pleine discussion concernant des affaires. J'ai même structuré les choses pour ne rien en perdre. Ce n'était donc pas le but ? Avoir des opportunités.

En bref de répondre avec un ton faussement naïf , mais ça ne passait pas. Personne à cette table n'était assez naïf. Il n'y avait pas d'illusions, juste du déni ou un rejet de la problématique jusqu'à ce que quelqu'un ose avouer la réalité. Il voulait s'assurer que ce soient les premiers à avouer leurs intentions.

– C'est toi qui as transformé de simples présentations en les discussions techniques.

– Ce n'est pas de cette façon-là dont on se constitue des connaissances. Les gens attendent qu'on s'intéresse davantage leur personne.

– Quel intérêt ? Je ne compte vivre avec aucun d'entre eux que je sache.

– Nathan.

Sa mère avait monté la voix. Elle semblait perdre sa patience pour son refus de coopérer.  Son père restait quant à lui toujours maître de lui-même. Il n'avait pas la même façon d'obtenir ce qu'il voulait. Il avait toujours été du genre d'autorité passive mais inévitable.

– Dites le juste alors  !

Il levait la voix son tour en réponse à sa mère. Il semblait surprise pour un instant et de façon extrêmement déplaisante. Il était très rare qu'il osait le contredire et encore moins s'opposer de ce genre de façon en face d'elle. Et encore c'était il y a plusieurs années.... Il avait eu son temps pour changer.

–Avant que je parte c'étais contrôle ceci contre cela. Les relations sont avant tous moyens de diriger les gens vers un objectif. C'est simple ces crues et n'allez pas me faire croire que ça marche autrement avec vous.


Sa mère devenait un peu rouge sans doute profondément vexé ou outré par les modes son fils.

–Et donc peu importe les objectifs je n'ai pas envie de m'y associer. Tout ça à mes yeux c'est un château de cartes et je déteste les chateau de carte. J'ai pris ma vie en main que cela plaise ou non.


–Nathan , baisse d'un ton avant de commencer à crier...

Son vers le coupait assez sèchement, il avait posé ses couverts mais repousse alors son assiette pour poser ses mains sur la table.

–Tu as des responsabilités et un nom qui t'impose de les suivre que tu le  veuille ou non. Cela implique des règles à respecter sans quoi personne ne travaille ensemble. Et toi de façon irresponsable tu essayes de saboter tout ça. Les relations et influences sont beaucoup plus difficiles à créer et entretenir qu'une entreprise.

–Et donc je suis supposé aussi ajouter ma part ce sacrifice ? Et j'imagine que le bénéfice ne sera pas immédiatement pour moi .

Nathan se levait alors. L'orque faisait grincer sa chaise contre le parquet. Il ne s'en occupait pas trop. Son désaccord avec la logique familiale accaparée déjà son esprit. Certains disaient que les chefs des hausses entreprise ce sacrifier leur vie pour leur carrière. Quelle bande d'optimistes...

– Rassit toi tout de suite nous n'en avons pas fini.


–  Justement j'en ai fini mon assiette vide , mais pour ce qui est du dessert je serais moi-même choisir.


Il reposait la chaise à sa place. Une a juste pas envie de continuer sur cette lancée il ne voyait bien que la situation ne pouvait qu'escalader. C'était peut-être à son avantage ou ce qu'il serait mieux. Mais actuellement il n'en avait pas l'envie. Ça serait perdre du temps sont quelques choses d'infertile. C'était la sensation que ça lui donnait.... Il savait bien que il devait réfléchir à deux fois. Mais c'était une de ces situations où il préférait faire confiance son instinct.

–Et. Synopsis de la suite , le sourire , débridé des conversations , laisser les autres parlers d'eux-mêmes , dire oui ...  on n'y repassait déjà des centaines de fois. Je les connais par cœur....  alors laisse-moi le choix de quand les utiliser.

Puis il se tournait. Marchant vers la sortie. Pendant qu'il entendait sa mère commencer à fulminer et l'ordonner de revenir. .

– Je suis intelligent je trouverai bien moi-même.  Je n'ai pas besoin quelqu'un choisisse pour moi les relations. J'ai déjà fait deux suffisamment bon choix.

Dans une telle situation la seule issue était pour le moment de camper. Son père devait avoir atteint la même conclusion car il ne levait pas la voix mais semblait se concentrer sur qu'elle est sa mère. Comment il allait faire ne l'importer pas et toute façon au bras avait déjà refermé la porte en sortant.  
Le plus frustrant était que les formations toute cette discorde lui était encore obscure. Les racines bien enfouies sur lesquels il n'avait pas réussi à se refléter. Une incompréhension basique  , il ne pouvait supporter ce que ses parents poussaient tellement. Cette forme sociale ... et pour quel intérêt  ? Comment un moyens pouvait être une finalité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
Aubra Nathan
Gardien des Nations unies
Messages : 56
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 25
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   Ven 15 Mar - 22:51

Dire qu'il était irrité était un euphémisme. Non seulement la conversation à l'éternelle répétition que quelques années de suspension n'avaient pas effacée.... mais le pire était qu'il avait eu à sacrifier le dessert. C'était bien ce qu'il affectait le plus. Ce qu'il voulait admettre... ça faisait bien longtemps qu'il avait fait une croix sur de la reconnaissance.

Aubra pousse un soupir en s'arrêtant au milieu du couloir, il se demandait ce qu'il allait pouvoir faire maintenant. Sa mère ne risquait pas de le lâché de sitôt.  ce n'était juste qu'une question de temps pour  qu'elle se  calme , réorganise son planning et finalement reviennent à la charge. Mais avec son père derrière il avait un impondérable... Alphonse savait comment attendre son heur.

Celui des sept donc une certaine marge de temps.... autant mettre cette période  à profit pour un peu se changer les idées. Il hésitait à la démarche à suivre. Il pouvait bien rester ici essayer de faire quelque chose, peut-être reprendre de la lecture... ou bien récupérer des affaires et aller faire un tour en ville... mais encore une fois qu'est-ce qu'il faut aller y faire ?
Les couloirs déserts et silencieux l'inspiraient pas non plus. Avec le personnel au service minimum tout lui semblait être bien trop calme, léthargique... la situation a invité clairement à la lecture...

Il traînait un peu le pas en rentrant dans sa chambre. Refermant derrière lui sans plus de zèle dans sa délicatesse avec la porte. Je sente actuellement comme un prisonnier... de l'ennui et de sa chambre... au moins qu'il se sentait impatient de pouvoir passer au travail sur les affaires qui l'avaient amené ici. Mais bon, avec des données spéculatives un compartimentage sur la base du strict minimum.... il ne pouvait pas s'empêcher d'être rebuté... ce n'était pas sa façon travaillée et les conditions de sécurité n'encouragea pas l'optimisme.

Il passe à côté de la mallette faisant un pas de côté pour éviter de se la prendre dans les jambes encore une fois... un peu plus loin "l'encerclement"  l'attendait posé sur le bureau la vieille couverture de cuir attendant à nouveau de retrouver la poussière.

– Nous y  revoilà ..

Il marmonnait sa lui-même alors qu'il prenait le livre et commençait à le feuilleter aléatoirement pour voir l'état des pages a l'intérieur.... le papier était plutôt bien conservé signe qu'il n'avait pas été usé outrance depuis... et qu'il avait été conservé dans de bonnes conditions. Cependant, un autre problème bien plus ancien lui apparaissait.

– Est utilisé pour des devoirs scolaires  ?

Il levait les sourcils avec surprise car de pratiquement toutes les pages sur lesquelles il ouvrait au hasard comporter des notes supplémentaires. Des commentaires éléments soulignés , ça manquait de couleur. .. Ce devait être l'encre d'époque.

– Maintenant c'est une qui a piqué ma curiosité.


Il gloussait un peu avant d'avoir un déclic. Il avait oublié Cicéron... compte tenu de la situation actuelle il fallait mieux le tenir en dehors des affaires de famille. Même s'il aurait été une aide bien appréciée , Aubra  savait pertinemment que les affaires privées devaient le rester.  

Il il lâchait le livre de sa main droite commençant maladroitement essayer de le remettre à la première page de l'autre main ...  Il avait besoin de rapidement envoyer un message.  Sortant l'IDream de sa poche il commençait à fermer ce rapide.

<<  Désolé que ce soit a l'improviste. Essaie de trouver un hôtel ... niveau pack surprend reste chez moi . Affaire de famille. Compliqué.  Cette vitre a beaucoup d'ennuis...  je payerai le surcoûts. >>

Il pressait rapidement la touche envoyer puis repose l'appareil sur ledit pour enfin s'occuper de tourner les premières pages récalcitrantes. Il grenier un peu car il avait fait remonter trop loin et est retombé sur l'arrière de la couverture...

– Ferdinand ? Au moins le coupable signe ...

Non c'était véritablement d'époque. Lui qui avait toujours été curieux de son ancêtre.... peut-être qu'il allait en apprendre un peu plus ?

Il tournait rapidement les pages commencer à dire le début....   bla-bla-bla encerclement... ça faisait mémoires génériques d'un héros de guerre. Enfin, rien de surprenant du généralissime. C'était juste un tout petit peu difficile de lire avec des petites notes griffonnées.

– "Comment reconnaître un ennemi ?" .. Une bonne question rhétorique...

Il se levait aller s'asseoir sur son siège. Ayant aussitôt le réflexe de pouce avec ses jambes pour faire glisser la chaise comme celle de bureau à grande Metropolis.... et à la place il vacillait et manquait tombe en arrière sous sa propre pulsion.

- tsssss  .

Il fait rapidement à table de justesse. C'est que faisait aussi appui pour ne pas partir avec la gravité.

–C'était moins une ...

Aussitôt il se redressait en reposant le livre .   Ne faisant pas le moindre bruit il attendait un éventuel bruit de réponse aux grincements non intentionnels. Et au bout de quelques secondes il se relâchait se sentant soulagé d'avoir uniquement le silence

Calmement il rouvre le livre pour reprendre la lecture. Le gène entre les commentaires et les écrits d'origine étaient bien plus intéressants que prévu.. même s'il n'arrivait pas encore à comprendre la raison des commentaires...

– On passe de la critique philosophique a de l'analyse....

alors que prenait le temps lire quelques pages avant de refermer le livre de façon pensive.

- hmmm Wilson n'a pas fait un choix anodin...


Il se demandait si le majordome avait lu tout le contenu et avait prédit la situation... celui semblait pas incongru. Les thématiques lui semblent assez proches de la situation familiale qui se réitère.

Mais le contenu d'origine suffisait seul. Les critiques supplémentaires étaient une valeur ajoutée très distrayante mais qui diverge du propos seul du livre.

- Clairement il y a plusieurs analyses dedans.  

Nathan commence alors à ouvrir les tiroirs du bureau.... ça faisait des années qu'il n'avait pas été là et il espérait qu'il restait toujours du papier peut-être un ou deux stylos dont l'encre n'aurait pas séché.  

- Et bien sûr rien ..

Toute devait éviter bien entendu... autant pour avoir de quoi faire quelques schémas spontanés. Et autant il pourrait tout faire avec des outils de son IDream... Il n'avait pas vraiment envie d'y mettre autant de structures... le papier restait médium privilégié pour ne pas se prendre la tête.

–Par contre je me demande s'ils ont vraiment tout vidé....


I se vante chez et commencer à tirer au maximum  un tiroir pour le retirer... le jeune il avait compris qu'il y avait un espace vide derrière tiroir.... l'endroit parfait pour cacher les choses loin des regards indiscrets. Un peu de poussière suivait lorsqu'il déloge la pièce de bois... bon signe.

- Et pourquoi autant d'espoir ... depuis le temps...


Il enfonçait que son bras au plus profond pour essayer de chercher rester quelque chose. Il avait quelques appréhensions... des fois qu'un insecte s'y soit logé... mais il était d'abord et compenser par le craquement reconnaissable d'un  emballage plastique.  Vraiment ils avaient toujours pas découvert ?

Il empoigné alors l'objet Il tirait aussitôt. Ramenant avec lui une encore plus de poussière.

–  ... Périmé mais nostalgique.

Dans ce le bonbon qui datait  d'il y a déjà quatre ans.... le sachet n'était pas ouvert mais il n'allait surtout pas essayer de les prendre. C'était des bonbons artisanaux , une petite étiquette dorée fermait un grand paquet en plastique renfermant intérieur les petits morceaux de sucre rond multicolore et chaque emballé.

–Comme quoi....

Il regardait l'étiquette avant de la retirer. Avec un sentiment de nostalgie... à l'abri de la lumière et au sec elle avait été parfaitement conservée.... l'adresse de la confiserie était encore intacte.

–Je me demande s'ils sont toujours ouverts ?

Son premier réflexe était d'aller vérifier sur le net... mais il se ravisait dès qu'il avait saisi son portable. C'était une excuse pour aller faire autre chose. D'un autre côté... ils pouvaient encore continuer de lire.. cependant ça serait gâché une excuse idéale pour ignorer ses parents.

- hmmm autant sortir. Je n'aurai peut-être pas d'autres opportunités.

Sans compter qu'il avait un dessert à rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
profil +

MessageSujet: Re: L'entourage [ réservé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'entourage [ réservé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réponse du Royal Entourage
» [Question] Doublon Lord/Lady et Entourage Royal (résolu)
» Table réservée "Manoir Tudor"
» Titre et billet d'avion réservé aux français ?
» Salles de travail réservée à l'Evesque M4DBORIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mobius Chronicles :: Continent libre :: Mercia :: Soleanna-