Forum sur l'univers de Sonic the Hedgehog !
 

Partagez | 
 

 Navire sans capitaine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
profil +

MessageSujet: Navire sans capitaine ?   Mer 31 Aoû - 21:24

Étroite, toute en longueur, comme un livre rangé sur une étagère trop pleine, coincée entre deux énormes hôtels particuliers d'une rue tranquille de la vieille ville, se trouve la vitrine de notre petite boutique.

Au premier abord, la façade est belle. Ouvragée, elle se détache du reste par un style décoratif singulier, ronflant, baroque, presque organique. Dentelle de pierre pareille à des lianes tressées, dont l’apothéose est une figure de granit d'un autre temps. Une gueule absurde et béante aux yeux protubérants avec un air grimaçant, gargouille ou bien mobien pas clairement identifié, difficile de trancher. Ça avait dut être à la mode à une lointaine époque. Juste en dessous, comme un cheveu sur la soupe, un écriteau. Récent et en plastique, on pouvait y lire dans une police de caractère ronflante et travaillée : Le noctambule.

Derrière les baies vitrées fraichement lavées et rafraichies, quelques présentoirs avec des livres assez vieux, reliure en cuir, l'air précieux, quelques beaux objets anciens: du compas de navigateur à ce qui ressemble à un vase ancien tout droit sorti du Dragon Kingdom. Une boutique d’antiquités à n'en pas douter. Elle est récente. Le mois dernier, la façade était encore aveugle. Sur la porte un petit panneau de travers, où on peut lire "Ouvert" dans un rose pétard sur un fond jaune canari complétement le désaccord avec le reste.


A l'intérieur on peut assez vite se rendre compte qu'il y a une belle hauteur sous plafond, les étagères en bois sombre couvrent entièrement les murs mais force est de constater qu'elles sont encore à moitiés vides. En même temps, il y en a tellement. Si il n'y avait pas ci et là de petits bibelots décoratifs, on aurait put se croire dans une bibliothèque. Mais une bibliothèque pas très bien éclairée et où tout est à vendre.
C'est vrai que c'est sombre, mais avec cette odeur de vieux papier et de thé à la bergamote qui flotte dans l'air et les épais tapis au sol, ça donne une drôle d'ambiance cosy.


Il y a l'air d'avoir personne ici, ça ne répond pas quant on appelle - la même si on appelle  pas d'ailleurs - mais la tentation est grande de jeter un œil au petit bazar organisé et hétéroclite qui s'y trouve en toute quiétude.
Un vieux tourne-disques avec son grand cornet en laiton laisse échapper un grésillement continu, le disque et terminé depuis probablement plusieurs dizaine de minutes.
N'est ce pas bizarre qu'il y est personne ? Un peu sans doutes. Martyriser la sonnette sur le comptoir ne changerait rien à l'affaire.

[ Hj : bon j’espère que ça te déroutes pas trop et ça te conviendras. =] Si ça te gênes ou ne t'inspires pas en l'état, tu me fais signe et je continue. ^^ ]



* Yawn *

- Théme -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 32
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 27
Localisation : Montpellier
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Ven 9 Sep - 16:53

Soleana, la ville de la mixité, un endroit où quelque soit sa race, son apparence, on peut y trouver sa chance. On aurait pu croire que je serais à mon aise dans cette ville, mais non, il y avait toujours une sorte de tension que je n'acceptais pas. Je ne m'y trouvais pas à ma place, sans vraiment savoir pourquoi. Mais peu m'importait, je n'étais pas là pour trouver un endroit où vivre, mais dans un but bien plus précis, un but qui me menait dans la vieille ville, à une adresse fournie il y a peu par un contact et qui me promettait de mettre la main sur quelques vieilles œuvres pouvant m'être utiles.

A mon arrivée à Soleana, le soleil commençait déjà à décliner à l'horizon. J'aurais pu m'arrêter à un hôtel histoire de me reposer avant de m'y rendre le lendemain matin, mais j'avais un bon pressentiment, et décidais d'y aller dès à présent. Suivant les indication, je déambulais dans des rues d'abord larges et pleines de vies avant de me diriger dans des quartiers de plus en plus calmes, tout du moins d'apparence, car devant chaque fenêtre, sous chaque balcon, se dégageait l'odeur de la bonne cuisine, et même si la vie était moins présente à l'extérieur, il devait faire bon vivre dans les habitations locales. Mais je n'était clairement pas dans un de ces quartiers ouvert au tourisme, pas un restaurant visible, pas un magasin mis à part la petite épicerie au coin de la rue, et autre commerces de proximité. L'ambiance ici était bien différente de celle que j'avais eu à mon arrivée en ville, bien plus calme, plus posée, un peu comme si le temps s'était arrêté. Avec un léger courant d'air, c'était plutôt agréable finalement, et je commençais à un peu vagabonder, sans pour autant perdre de vue mon objectif.

Les lumière de la nuit venaient de s'allumer au moment où j'arrivais enfin à la devanture de la boutique que j'avais recherché. Une petite bâtisse, qui tranchait avec les deux énormes habitations qui l'encadrait. Tranchant par la taille, bien moins imposante, mais aussi et surtout par l'apparence, bien plus "vivante" si l'on puis dire, et aussi paradoxalement plus ancienne. Ce bâtiment devait être là depuis bien plus longtemps que les autres autour, à en croire la différence architecturale. La gargouille qui surmontait la façade avait un air bien menaçant, mais c'est bien là ce que l'on demande d'une telle œuvre. Le panorama aurait put être parfait s'il n'y avait pas, sortit de nulle part, et sans la moindre cohérence avec le reste, un écriteau de plastique avec, écrit de façon fort pompeuse, "Le Noctambule". Je vérifiais l'adresse à nouveau, c'était bien ici que je devais me rendre. Je pris le temps de regarder un peu la vitrine, tout cela était effectivement attrayant. Des antiquités, des livres anciens, venant d'endroit fort variés, ni une ni deux, je m'engageais vers la porte d'entré, non sans m'être presque brûlé la rétine en regardant le panneau "ouvert" qui était bien peu élégant. Heureusement que la nuit commençait à tomber, un rayon de soleil renvoyé par ce panonceau et c'était la cécité assurée! Je ris intérieurement à cette pensée bien stupide avant d'ouvrir la porte et de pénétrer calmement l'endroit.

Bonjour?

Pas de son de clochette à l'ouverture de la porte, étonnant, mais le comptoir avait sa sonnette donc il y avait de quoi prévenir le tenancier. Tenancier qui était visiblement absent, m'étais-je tromper et avait-il oublié de retirer son panneau? Qu'importait pour le moment, l'endroit semblant me happer. Une délicate odeur de thé flottait dans les airs, se mariant agréablement avec celle du vieux papier, malgré l'absence de réponse, je décidais de rester un instant regarder ce que me proposait ce lieu, et profiter aussi de cette ambiance fort bien venue.


Mike River
https://www.youtube.com/watch?v=ZgO_H9cOyjI

Merci à Kana pour l'avatar, et à Crystal Scorpio pour la couleur^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.altera.wikia.com/wiki/Wiki_Altera
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Dim 11 Sep - 21:15

Le corbeau avait put profiter de plusieurs longues minutes seul. S'il y avait eut des mouches, on aurait put les entendre voler.
Un calme olympien régnait ici. Personne pour le surveiller ou lui reprocher quoi se soit, même s'il mettait ses doigts sur quelques objets fragiles et précieux. Le calme plat. Terriblement plat. Une mer d'huile. Un navire sans capitaine. Malgré l'ordre qui semblait régner dans la pièce, quelques petites irrégularités, pouvaient attirer l'attention sur les étagères:

Certain livres anciens semblaient avoir été mis délibérément à l'écart. Pas tout à fait cachés, mais arrangés telle façon qu'ils n'attiraient pas autant le regard que d'autres, comme une petite réserve.

Au détour d'un guéridon, on pouvait également trouver une petite tasse à café à moitié pleine et encore tiède à en juger par le peu de vapeur qui s'en échappait. Une Relique précieuse, preuve qu'il y avait bien une forme de vie qui hantait ce paysage lunaire. Une âme un peu sourde de la feuille sans doutes, car personne n'avait répondu à la salutation du corbeau tantôt. On pourrait presque commencer à s'ennuyer.

Et là, quelque chose qui n'avait pas exactement sa place entre ses murs. Un peu plus en hauteur, probablement pour qu'on ne le remarque pas, une couverture flambant neuve, jaune et noire, elle évoquait quelque chose d'assez familier. Quelque chose que l'on a déjà vu. Si on s'approchait des étagères et qu'on levait la tête pour déchiffrer le titre de l'ouvrage on pourrait décrypter " Le Commerce pour les Nu..."
- Bonsoir...

Le silence se brise tout à coup.
Sans tambours, ni trompettes, l'heureuse propriétaire était à présent là, plantée derrière le corbeau, apparue comme aurait put le faire un esprit frappeur. Sans aucune forme d'introduction que le souffle de sa voix fluette dans les plumes de son cou, il y avait de quoi être surpris. La chauve-souris était également un peu trop proche de lui sans doutes, a peine Mike se retourne et s'il retrouvera nez à nez avec ce qui ressemble beaucoup à une insomniaque sous anti-depresseurs.
 Les mains croisées dans le dos, stoïque, les paupiéres alourdies de fatigue, quoi qu'elle eut les yeux légèrement plus ouvert que de coutume, Morwena lui offrait un petit sourire qu’elle s'efforçait de rendre le plus avenant possible. Il était difficile de croire qu'elle c'était déplacée aussi silencieusement que cela en veillant à ne pas se faire remarquer. Pourtant, tel était bien le cas grâce aux épais tapis qui jonchaient le sol.

- Bienvenue dans ma boutique, en quoi puis-je vous être utile?


* C'est donc vrai, les clients arrivent souvent au moment de la fermeture. Essayons de vendre quelque cette fois-ci. *



* Yawn *

- Théme -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 32
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 27
Localisation : Montpellier
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Mar 13 Sep - 22:02

Le temps semblait s'être suspendu dans la petite boutique. Depuis mon arrivée, il n'y avait toujours pas eu le moindre bruit, pas la moindre présence. Pourtant, cette ambiance n'était pas oppressante, au contraire, je profitais de la tranquillité du lieu, et en attendant qu'une quelconque personne daigne venir à ma rencontre, j'observais tout ce qui m'entourait. Avec un peu plus de marchandises, on se serait cru dans un paradis pour antiquaire. Il y avait un peu de tout, et d'à peu près n'importe où, du plus antique au moins vieux, sans pour autant tomber dans le récent à proprement parler, presque un échantillonnage en fait. Mais tout les vases et tout les artéfacts présents ne m'attirait que par l'aspect archéologique, mon regard se tourna bien vite vers l'autre centre d'intérêt de ce commerce, les étagères peuplés de façon éparses d'un certains nombre de livres anciens. Il y avait pas mal de curiosités, mais ce qui attira le plus mon œil se trouvait un peu mis à l'écart. Posés là pour ne pas attirer l'attention à coup sûr, pourtant j'y vis plusieurs manuscrits de première importance, notamment un sur l'histoire de Downunda, sans compter plusieurs œuvres reliées dont les titres, bien qu'usés par le temps, avait tout pour attirer n'importe quel féru d'histoire et de littérature.

Pour le moment, je ne faisais que regarder, ne touchant à aucun livre malgré mon envie de les feuilleter, préférant attendre l'arrivée l'hypothétique propriétaire. Au détour d'une étagère, j'avais remarqué une tasse de café d'où s'échappait une légère vapeur et une indélicate odeur de café bien trop serré à mon goût, tranchant totalement avec le fumé de bergamote qui flottait. Cette tasse était bien le signe qu'un quelconque propriétaire n'était pas très loin. D'un autre coté, il pouvait très bien être derrière moi que je ne l'aurais pas remarqué, n'entendant pas mes propres pas sur les épais tapis qui recouvraient le sol de l'endroit.

Ayant terminé mon rapide tour des lieux, je commençais, toujours patient, à regarder de plus près les étagères, surtout l'une d'entre elles qui portait, sur son plus haut plateau, un livre qui n'avait rien à faire ici, tout du moins il m'avait semblé. Une couverture jaune et noire, brillante, cela me faisait penser à cette série de livres pour les nuls, mais que venait-il faire là. Je m'approchais donc, curieux, pour mieux en lire la couverture. Je n'arrivais pas à croire ce que je lisais, et comme pour m'assurer de ma lecture, je le lis en chuchotant.

Le Commerce pour les nu... ... Croâ!!!

Comme sortit de nulle part, un "bonsoir" d'une voix faible vint perturber le silence du lieu, suivit de mon croassement de stupeur. Je me retournais d'un coup, sans pour autant sursauter, mon cri aurait déjà réveillé tout les morts du lieu. La main gauche portée à hauteur de ma poitrine, l'autre ballante sur le coté, j'observais rapidement la source de mon étonnement, rien à craindre finalement, et je me détendais aussitôt après cette terreur digne d'un mauvais film de zombies.

C'était donc la propriétaire, une chauve-souris grise aux cheveux et aux yeux violets, que l'on aurait pu qualifier de glauque au premier regard avec les cernes qui entouraient ses yeux fatigués. Pourtant, je décelais un énorme effort de sa part pour paraitre accueillante et sourire à ce qui semblait presque être son premier client. Les bras croisés dans son dos, elle me proposais son aide, se présentant comme la gérante. Je souris à mon tour, calmement, un peu en coin, tout en remettant mes lunettes en place après qu'elles aient un peu chuté suite à ma surprise.

Et bien, bonjour, et merci pour cet accueil peu conventionnel!

Malgré l'air sérieux que je semblait avoir, ces mots avait bien là un but humoristique, et l’intonation ironique de mon phrasé devais bien le démontrer.

Pour le moment j'en suis encore à faire le tour des objets présents, mais je vous avouerais être intéressé par quelques ouvrages que j'ai pu apercevoir par là-bas.

Je pointais la direction des livres placés un peu à l'écart, même si d'autres choses m'intéressaient dans ce lieu, c'était bien ceux-là les principaux.


Mike River
https://www.youtube.com/watch?v=ZgO_H9cOyjI

Merci à Kana pour l'avatar, et à Crystal Scorpio pour la couleur^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.altera.wikia.com/wiki/Wiki_Altera
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Jeu 15 Sep - 19:29

- Et bien, bonjour, et merci pour cet accueil peu conventionnel!

Clignant des yeux à une lenteur extraordinaire et faisant légèrement pivoter sa tête d'un air interrogatif, Morwena ne semblait absolument pas saisir le trait d'humour ou d'ironie de son interlocuteur. Elle, au contraire, trouvait sa salutation des plus conventionnelles.

* Quel drôle d'oiseau. *

- Pour le moment j'en suis encore à faire le tour des objets présents, mais je vous avouerais être intéressé par quelques ouvrages que j'ai pu apercevoir par là-bas.



- Très bien,
répondit-t-elle, alors qu'elle tournait doucement, très doucement, la tête dans la direction qu'il pointait du doigt. Quant ses pupilles couleur grenadine quittèrent son client pour se poser (enfin) sur les étagères qu'il désignait, ses paupiéres se soulevèrent et ses yeux s'arrondirent légèrement. Elle laissa échapper un petit et monotone:

- Ho.

Alors qu'elle découvrait avec horreur que c'était le dernier endroit qu'elle aurait aimé qu'on lui monte. Car il ne s'agissait pas  là de n'importe qu'elle rayonnage, non. C'était celui où les ouvrages n'avaient pas encore de prix. Un peu cachés par rapport au reste qu'elle s'évertuait de mettre en valeur et vendre - le commerce pour les nuls, chapitre 6 - leur absence d'étiquetage n'était pas innocent. Et c'était pour une seule raison : elle ne les avait pas encore lus. En effet, la motivation principale qu'elle avait eut en choisissant ce métier plutôt qu'un autre était justement de pouvoir lire des ouvrages rares et précieux.
Morwena se hate de faire sa meilleur face-de-poker. Avec un peu de chance, l'oiseau ne remarquerait rien.

- V-vraiment ? Pourtant ils... ne sont pas ce que j'ai de mieux. J-je... vous laisse finir de regarder le reste tranquillement et je reviens. J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup plus intéressant...


Elle fait demi tour calmement, une fois hors de vue derrière un meuble elle se dépêche de trottiner jusqu'à son arrière boutique, il peut même l'entendre se "hâter".

Il était vital, nécessaire et urgent au premier degré, qu'elle trouve un moyen de le faire changer d'avis, qu'il détourne son attention des ouvrages. De ceux-là précisément du moins. Mais en écho à ses pensées coupables, résonnait les souvenirs du Chapitre 1 de son livre d'apprentissage : 1/ Tout est à vendre. 2/ le client est roi. 3/ soignez l'accueil. Refuser l’accès aux livres serait compliqué et contre productif, bizarre même. Pire, il pourrait même mal le prendre et lui faire de la mauvaise publicité. Non, elle ne pouvait pas se le permettre. De plus, elle voulait bien les vendre. La semaine prochaine par exemple. Pourquoi ne les avait-elle pas mis ailleurs? Si seulement elle pouvait l'inciter à dépenser son argent sur autre chose.

* Ô rage ! Ô désespoir ! Ô marchandage ennemi ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? Vendre ou lire... Un simple choix, est déjà je suis aux abois. Que la vie est compliquée parfois. *


Au milieu de son arrière boutique, elle commençait à se ronger nerveusement le bout d'une griffe quand soudain, dans un éclair, une idée lui vint.
Il était un corbeau et que dit-on des corbeaux ? Qu'ils aiment ce qui brille. A moins que cela soit les pies ? Peu importe, pourvu qu'il ne soit pas lui-même un merle.
C'était parfaitement cliché, mais bon, dans l'urgence de son dilemme intérieur elle n'avait pas trouvé de meilleure idée. Attrapant un tiroir en bois plein de médailles de guerre, boutons de vestes métalliques, broches anciennes, d'épingles à cheveux, de boutons de manchette et breloques de tous poils qu'elle n'avait pas encore triées, elle les ramena dans la pièce principale et trottinant toujours. Ce qui devait donner à Morwena une vitesse de déplacement presque normale. Passant à côté du corbeau, elle dépose son fardeau sur le comptoir, certaine que ça ferra diversion au moment critique.



* Yawn *

- Théme -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 32
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 27
Localisation : Montpellier
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Mar 20 Sep - 19:23

Alors que je montrais les quelques œuvres que j'avais trouvé la chauve-sourit pivota lentement la tête en direction de l'étagère, très lentement. De mon coté, je restais immobile, conservant un air souriant, pas impatient pour deux sous. Après tout, je n'avais rien d'autre à faire. Une statue figée regardant un automate dont on pourrait presque entendre les grincements. Quelle situation singulière. Avec un publique, on aurait pu se croire en plein spectacle de guignol, ou encore à une quelconque performance artistique démontrant la futilité du système administratif transcendant la vision de notre propre spiritualité et vice et versa...

Quand enfin la tête de mon hôte atteint sa butée, je vis alors ses yeux s'ouvrir à un tel point que pour elle ils devaient être ronds comme des billes. Les paupières s'étaient donc relevées de quelques millimètres dans un étonnement d'une incroyable sobriété. Pourquoi un tel étonnement, je l'ignorais, mais à la vitesse où ça allait, j'aurais peut-être ma réponse avant demain matin.

Après cette stupeur d'une rare extravagance, son visage repris lentement une allure neutre. Comme pour cacher les sentiments qu'elle avait eu juste avant. Et à cet instant, elle commença à... Comme tenter de me dissuader d'acheter ces livres en argumentant qu'elle avait bien d'autres objets plus intéressants... Elle fit alors spontanément demi tour, retournant à son rythme vers l'arrière-boutique. Elle me demanda humblement de regarder le reste en attendant son retour avec bien mieux à m'offrir.

Et bien étonnez-moi, je serais là à attendre.

Dès qu'elle fut sortie des allées, je retournais vers mes cibles. Après une rapide vérification, je compris ce qui n'allait pas. Contrairement au reste des marchandises présentes, ces livres n'étaient pas étiquetés. Quelle bourde, j'avais fait paniqué, si je puis dire, cette malheureuse en réclamant des objets qui n'étaient pas en vente. Il y avait fort à parier qu'elle cherchait en ce moment même une solution pour me faire changer d'avis sans pour autant perdre la face... Et ne pas me "décevoir"...

J'entendais de l'agitation provenir de l'arrière boutique, enfin, autant que cet endroit puisse être agité. Une série de tintements alors que mon regard se perdait sur un vieux globe. Je regardais rapidement les endroits que j'avais pu visiter, remarquant au passage qu'il manquait les Cocoa Islands. Si j'avais un endroit où déposer mes bibelots, j'en aurait bien fait une décoration de buffet...

La propriétaire finit par me rejoindre, passant à coté de moi, pour finir par déposer une petite caissette remplie de breloques brillantes en tout genre. Des épingles, des broches, des médailles... Des boutons? J'avouais ne pas comprendre à cet instant, et pris un air bien interrogateur avant de commencer à comprendre. Ce devait être les fameuses choses "plus intéressantes" dont elle me parlait, elle devait penser qu'en tant qu'oiseau, ce genre de choses pouvaient m'attirer. Mais bien qu'il pouvait m'arriver de chanter, je n'en étais pas pour autant une pie... Et finit par éclater de rire, un rire franc, pas condescendant ou hautain pour deux sous.

Un bon fou rire après, je repris mon souffle, avant de reprendre la parole.

Veuillez m'excuser, ce n'était pas très distingué de ma part.

Je respirais encore une fois, essuyant une larme de mon œil gauche.

Je suis désolé, je n'avais pas remarqué, mais les œuvres que j'avais vu ne sont pas à vendre, c'est cela?

Mon calme revenu, je réajustais mes lunettes, avant de regarder à nouveau la marchande, reprenant un air sérieux, mais toujours bien souriant.

Si tel était le cas, cela ne poserait pas le moindre soucis, après tout, je ne pense pas pouvoir trouver certains de ces livres ailleurs, donc rien ne m'empêchera de revenir soit les consulter, soit attendre qu'ils soient enfin en vente.

Je ne savais pas trop pourquoi c'était ces œuvres ci qui avaient étés choisies, elle ne semblaient pas plus anciennes ou récentes que d'autres, pourtant, c'était mis de coté... Quoi qu'il en était, cette boutique m'avait l'air de prime intérêt, je n'allais pas la laisser pour si peu, et si, alors qu'elle venait visiblement tout juste d'ouvrir, elle avait de telles marchandises, il y avait fort à parier qu'il y aurait bien plus d'ici quelques mois ou quelques années.


Mike River
https://www.youtube.com/watch?v=ZgO_H9cOyjI

Merci à Kana pour l'avatar, et à Crystal Scorpio pour la couleur^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.altera.wikia.com/wiki/Wiki_Altera
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Lun 26 Sep - 18:59

Pendant que le corbeau se tordait de rire, Morwena contenait son embarras du mieux qu'elle pouvait. Elle tentait vainement de trouver autour d'elle quelque chose pour expliquer  la soudaine hilarité de l'oiseau. Regardant à droite, à gauche, d'un air confus. Elle rougi, honteuse sans savoir pourquoi. Il ne semblait pas avoir de réponses rationnelles à sa question. Le corbeau avait beau ne pas le faire méchamment, la chauve-souris se sentait extrêmement gêné et avait vaguement l'impression que c'était d'elle dont il se moquait. En même temps, il n'y avait personne d'autre. Baissant un peu la tête et tapotant nerveusement ses index l'un contre l'autre, elle attendit qu'il retrouve son calme.

- Veuillez m'excuser, ce n'était pas très distingué de ma part.


- (Ceci est une ligne de dialogue parfaitement incompréhensible.)

Elle bredouilla quelque chose d’incompréhensible en guise de réponse, quelque chose qui ressemblait beaucoup à "Ce n'est rien".
Continuant de tripoter ses mains nerveusement elle le laisse poursuivre.

- Je suis désolé, je n'avais pas remarqué, mais les œuvres que j'avais vu ne sont pas à vendre, c'est cela?


- ( Hé biencommentdirec'est ... ... ... compliquéparceque.... ... ... voyezvousenfaite ilsetrouveque...)

Entre le couinement de souris et le message télégraphique, un second babillage lui explique surement quelque chose d'important sur cette étagère. Mais elle est trop gênée, sa voix est trop ténue et ses chuchotements trop incompréhensibles.
Fort heureusement, le corbeau la rassure un peu ensuite. Il pourra peut-être y comprendre quelque chose.

- Si tel était le cas, cela ne poserait pas le moindre soucis, après tout, je ne pense pas pouvoir trouver certains de ces livres ailleurs, donc rien ne m'empêchera de revenir soit les consulter, soit attendre qu'ils soient enfin en vente.


- N-Non. Je veux dire... oui. Ils sont à vendre mais.... Je les ais pas encore...lu...
Elle disait ça comme si c'était plaisir coupable.
...Ils ne sont pas encore en vente. En effet...Je... Je doute que vous les trouviez ailleurs. Ce sont de vieilles éditions.

Elle attrape un bouton de la boite qu'elle a ramené à l’instant, lui met à proximité du bec pour qu'il l'examine et lui explique le plus sérieusement du monde:

... par contre je peux vous proposer cet authentique bouton de veste d'officier de la Battle Bird Armada qui date de l'époque du battle Kuku VII... ça ne vous intéresse pas ? Vous en êtes bien sur ? Pourtant il est très finement ciselé... Et en si bon état, ce n'est pas commun. Il scintille comme un sous neuf. Si vous m'en prenez deux, je vous offre le troisième... J'ai le même en argenté si vous voulez...


Par son regard que l'on pourrait qualifier de déterminé, toutes proportions gardées, Morwena tentait de le convaincre que ce bouton était tout sauf risible. Pire, par la simple force de la pensée, elle essayait de lui suggérer par une force télépathique aussi hypothétique qu' inexistante que ce bouton était a-bso-lu-ment génial.
...
... Après un soupir un peu résignée -car tout ceci n'était à n'y rien comprendre- elle abandonne son petit exercice et lui demande simplement.

-Qu'est ce qui vous intéresse au juste ? ...Apparemment pas les bibelots. Vous cherchez... un type de documentation précis ?



* Yawn *

- Théme -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neutre
avatar
Neutre
Messages : 32
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 27
Localisation : Montpellier
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   Mer 28 Sep - 1:55

Je ne m'en était pas vraiment rendu compte sur l'instant, mais mon rire avait visiblement mis mal à l'aise. En même temps, ce n'était vraiment pas très fin de ma part, bien que j'ai présenté mes excuses immédiatement après... C'était assez inhabituel, en général, même si j'étais à l'aise en société, j'étais rarement si expansif, et j'essayais toujours de faire en sorte de mettre à l'aise mon interlocuteur, mais là la chauve-souris passait son temps à tripoter ses mains par nervosité tout en balbutiant des choses à chacune de mes paroles. Un "ce n'est rien" peut-être, ou encore quelques explications gênées.

Je compris tout de même qu'en effet, ces œuvres n'étaient pas encore à vendre par ce qu'elle ne les avait pas encore "marmonnement"... Il y avait sans nul doute une très bonne raison derrière cela, mais il semblerait que ce soit une raison plutôt honteuse, ou une raison qu'elle pensait honteuse en tout cas. Mais elle me confirma la rareté de ses marchandises, mon œil ne m'avait donc pas trompé.

Et bien dans ce cas j'attendrais que vous ayez "numuné" ces œuvres avant de les acheter. J'ai encore du temps devant moi, et je pourrais rev...

Avant même que je ne termine de parler, elle se jeta presque sur moi, me plaçant sous le bec un bouton superbement ouvragé, et à la valeur historique certaine, mais malheureusement, je ne pouvais pas vraiment me permettre d'user de mon argent pour de telles futilités. De toute façon, je ne saurais pas où le mettre. Mais elle insistait, à l'entendre, elle me vendait quelque chose d’absolument inestimable! Enfin, c'était me semblait-il ce qu'elle tentait de me faire comprendre, à la manière d'un présentateur de télé-achat... Non mademoiselle, je n'en ai pas besoin, désolé, arrêtez d'insister!... Je sentais bien qu'elle désespérait à me vendre quelque chose mais ça, je ne pouvais pas. Je secouais la tête, mais conservais un air chaleureux.

Désolé mademoiselle, mais je n'ai pas d'intérêt pour ce genre de bibelots... De toute façon, je ne suis pas vraiment sédentaire, où pourrais-je les ranger!

Je gardais le sourire, mais plus encore, je me retenais d'éclater à nouveau de rire, pas de moquerie, mais parce que cette situation était digne des pires séries télévisées de mon enfance... Mais la situation revint à la normale quand elle repris son air normal... Enfin, il n'y avait pas tant de changement, mais sa voix et son regard avaient perdus ce soupçon de panique que j'avais pu constater juste avant. Elle me demanda alors, après un soupire probablement là pour se remettre les idées en place, ce que je voulais plus particulièrement. Nous allions enfin pouvoir commencer les choses sérieuses, et mon visage repris serin, presque sévère, alors que je remettais mes lunettes en place une nouvelle fois.

En fait, je recherche actuellement de la documentation sur Downunda dans le but d'y mener prochainement une expédition dans le cadre de mes recherches...

D'autres documents présents représentaient un intérêt certain, mais pour le moment, c'était bien Downunda mon principal objectif, et même si je pouvais être patient, je débutais juste mon travail de recherches, la moindre information était importante...

Alors que je parlais, j'effectuais aussi de nombreux mouvement avec mes mains, comme si je décrivais tout ce que je disais. Il en était toujours ainsi quand je parlais de quelque chose que me tenais à cœur, en particulier quand je prenais des manies d'enseignant.

Si vous souhaitez des précisions, je ne peux pas vraiment en donner cependant... Non pas que cela soit privé, mais bien car je m'intéresse à toutes les périodes historiques. Heureusement que l'endroit est plutôt désertique, ça m'évite de me perdre dans tout les lieux dignes d’intérêt et je n'aurai probablement pas un plan de route trop complexe!

Je souris à cette remarque, comme si accumuler les kilomètres me dérangeait, et comme si je pouvais réellement me perdre. Bien entendu, tout risque ne serait pas écarté, mais on fini toujours par retrouver sa route quand on ne panique pas, surtout quand on est bien renseigné!

Par contre, ce serait principalement les œuvres géographiques, de tout temps, et les études culturelles et historiques, que ce soit d'époque ou rétrospectives, qui seraient de prime intérêt. En bref, des livres bien poussiéreux sur la région.

Cela en faisait des quantités de livres à consulter pour avoir toutes les informations que je souhaitais, heureusement que j'avais loué un petit bureau à Spangonia le temps de faire quelques achats, mon pauvre sac de voyage ne m'aurait pas permis de me déplacer avec tout ces bouquins!


Mike River
https://www.youtube.com/watch?v=ZgO_H9cOyjI

Merci à Kana pour l'avatar, et à Crystal Scorpio pour la couleur^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.altera.wikia.com/wiki/Wiki_Altera
Contenu sponsorisé
profil +

MessageSujet: Re: Navire sans capitaine ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Navire sans capitaine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ewen Legoff un capitaine rebelle....
» Journal de Bord du capitaine Mage jaune.
» Capitaine Flam
» Le tueur Sans-Visage - Le retour
» Une rumeur, un murmure sans nom...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mobius Chronicles :: Mobius :: Soleanna :: Ancienne Ville-