Partagez | 
 

 Bring the gun [ Elysha ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 49
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 24
profil +

MessageSujet: Bring the gun [ Elysha ]   Mar 10 Jan - 16:27

C'était une matinée exceptionnellement ensoleillée , pas le moindre nuage dans le ciel bleu de la Station Square  , la fraîcheur agréable de la matinée commençait en conséquence à quitter assez tôt les rues de la cité.

« Le temps ensoleillé se maintiendra pour toute la semaine. Avec un pic de température cet après-midi , encore une fois les autorités côtières vous recommandent de vous protéger la peau lorsque vous allez ... »

Il coupait l'autoradio en ayant assez entendu. Ils n'étaient pas là pour les plages , et il avait encore moins envie d'en coûter les morceaux de musique allait suivre.
À placer pouvait profiter du ronronnement du moteur de la voiture de sport alors que le feu passe au vert et que la voiture repart avec toute la puissance contenue dans son moteur.

Un coup d'œil dans le rétroviseur il pouvait voir que les trois vannes blindés noirs aux vitres teintées suivaient toujours. Bien, il n'avait pas envie d'avoir un décalage ou un retard.

Actuellement était en route pour une affaire importante. Direction la garnison du GUN  de la ville. Il avait une livraison particulière à leur faire , il y a avait des anges derrière qu'il ne voulait surtout pas mettre en péril.

Il regardait affichage leur sur le tableau de bord du véhicule, 9h40 ... ils étaient dans les temps.  

Dans les rues se trouver essentiellement des vacanciers, la majorité des habitants n'avait devant être actuellement à leur travail.
La vie dans cette ville semblait être assez décente et insouciante, mais c'était loin d'être seul. Il pourrait si faire.  Il y avait un certain dynamisme et la vile n'était pas pour autant un espèce de monstre gris qui hébergeait des milliers d'employés de bureau. Après, il se targuait quand même d'avoir de sacrés immeubles... et Dieu il détestait le centre-ville avec leurs autoroutes aériennes. Héritage du programme municipal d'un ancien maire qui avait voulu transformer sa ville balnéaire en chœur économique ... en un certain sens il avait réussi le tourisme était passé à beaucoup plus grand échelle et il y avait maintenant un quartier central des affaires...

D'un autre côté le chaos des autoroutes était légèrement surévalué par rapport au réel besoin de la ville.... mais bon, central City, westropolis ...  même combat .

Les rumeurs d'immeubles commencent à laisser place au hangar puis après encore quelques minutes de route à des terrains vagues... il venait de sortir de la ville.

La commencer apparaître les premiers panneaux indiquant la direction de la garnison. Fort Square ...

L'extérieur de la bas été cerné de hautes grilles surmontées de barbelés. Derrière lesquels se trouvaient encore au moins 200 m de terrain vague avant que l'asphalte reprenne et que l'on puisse apercevoir se détacher une tour de contrôle et deux dôme radar.

Il arrivait à l'entrée et se faisait arrêter par les quatre gardes en poste en poste. L'un d'entre rester à l'intérieur du box qui contrôlait la grille d'entrée. Pendant qu'un autre commençait à s'approcher de l'épaulard.

– Papier  et  autorisation .

- Les voilà.

En même temps l'épaulard lui tendait un passe d'accréditation ainsi qu'un manifeste concernant livraison.

- Je reviens je  vais vérifier ça .

Il se dirigeait vers le box. Pendant ce temps-là les deux autres gardes restant tourner autour des trois vannes blindées à l'arrière. Demandant à ce que chaque fenêtre soit ouverte pour vérifier les conducteurs puis à jeter un œil à l'arrière de chaque vanne .

Les foules semblaient rapide. D'autant plus qu'il entendait les aboiements d'un chien qu'il n'avait peut-être pas remarqué initialement.

Finalement me le responsable revenait de voir lui rapportant les documents.

- Tout est en ordre Monsieur , bienvenu à Fort Square  .. vous êtes attendus au dépôt 42. Continuer tout droit et tourner à droite au premier hangar d'aviation. Vous reconnaîtrez le bâtiment tout de suite.

- Merci.

L'homme s'écartait alors et faisait signe à son collègue d'ouvrir. La barrière grillagée s'écartait alors laissant le convoi reprendre sa route.

Après avoir parcouru les 200 premiers mètres est arrivé au niveau des premiers parkings. Des jeep militaires est égarée un peu partout , essentiellement des véhicules de déplacement. Aucun d'entre eux n'était armé.

La plupart des bâtiment été surmonté de drapeaux du GUN et des fédérations. À plusieurs reprises il pouvait passer devant des groupes en exercice. L'instructeur devant train de donner le pas et les hommes derrière en train de suivre et répéter ce qu'il disait.

Finalement continent il arrivait au vaste tarmac pour les avions. Plusieurs en guerre étaient entrouverts laissant voir les équipes de maintenances qui s'occupaient des nous avions de chasse ou autre appareils alors présent.

Il prenait la trajectoire indiquer un peu plus tôt et commence à rien rater chaque bâtiment tout portaient en larges caractères sur leur devanture un numéro. Tous parfaitement agencés dans une pure symétrie et un quadrillage impeccable que l'on pouvait voir à toutes les bases militaires. Rapidement les hangars avion s'arrêtaient, et à la place continuer des garages pour véhicules d'intervention ou de guerre. Puis d'autres dépôts.

Il commençait à ralentir l'allure en raison d'un étrange panneau qui semblait au même pour dire attention chevreuil mais avec un véhicule blindé dessus....

- C'est pas si dangereux que ça ... HOOO  puuu ..

Il freinait assez brutalement alors qu'un croisement un véhicule blindé passé. Et pourtant c'était lui qui était supposé avoir la priorité...
avec un soupir Il reprenait, regardant les numéros finissant par arriver aux dépose 42.

Il semblait s'agir d'un centre de triage car une partie de son architecture à l'inverse des autres était semble-t-il dédié à la réception du camion ainsi qu'à la présence de bureau. Ça faisait sens, ça devait être ici que tout ce qui arrivait était redirigé vers un autre hangar.

Rapidement il se dirige vers la première garant sa voiture... en sortant il pouvait légèrement déplorer la poussière sur la carrosserie. Mais il n'était pas là pour chipoter.

Les autres véhicules blindés venaient s'arrêter même et ses employés en descendaient pour commencer à ouvrir et décharger leur contenu. Plusieurs dizaines de caisses de matériel.

-  10h05 , ça fait cinq minutes de retard gamin  , cinq minutes à te botter le cul si tu étais dans l'armée !

Il sursauta en entendant la voix autoritaire que seule pouvait avoir les officiers d'expérience. Ou les sadiques d'instructeurs... le genre de personne qui pouvait vous crier dessus à longueur de journée . Et continuer à vous crier dessus à longueur de nuit sans même avoir la moindre perte de voix.

Rapidement les épaulards se tournaient pour faire face à un homme en costume d'officier. Les cheveux grisonnants au niveau des tempes , et le visage dur.

- Je suis colonel Bradley, 31e de logistique .

- Bonjour .  


 Répondait alors l'orque qui essayait de reprendre son calme après un tel accueil. Par réflexe tendait la main pour lacérer mais l'homme répondait seulement par un salut militaire bref.

- Le QG m'a chargé de m'assurer à ce que la livraison soit complète à l'arrivée et qu'elle le reste .

Il levait un sourcil légèrement surpris. Il ne s'était pas attendu à un tel accueil , et surtout pas à une telle attention à ce que cet investissement du GUN  soit aussi surveillé... bon d'accord ce qu'il avait apporté était relativement coûteux.

- Il devrait y avoir un agent d'évaluation non ?

-  Il vous attend a intérieur , alors bougez-vous !

Il nous est même pas dira oui et se dépêchait aussitôt d'aller vers le bâtiment. Franchissant les portes s'entendant ce souffle de l'air climatisé .. la température commençait vraiment remonter à l' extérieur il n'en s'en était pas rendu compte.

Le hall d'entrée était assez modeste, sol carrelé, avec le logo du bataillon au centre. Des guichets où les soldats années déposaient les heures de réquisition ... de trois plantes vertes et une fontaine d'eau dans un coin ..

Et surtout au centre un homme  , droit dans ses bottes qu'il attendait l'uniforme gris impeccable  des officiers du renseignement .  
Il devait avoir au moins la quarantaine mais n'avait pas l'air aussi strict que sa première rencontre. Juste à le voir aller à sa rencontre avec de grandes enjambées qui faisaient résonner ses talons sur le carrelage... c'est donné une impression inexplicable de pression en sa présence.

Le lui tendait alors la main.

- Lieutenant Sheridan. Renseignements centrale du GUN .

- Aubra Nathan ...  j'ai été prévenu que vous serez responsables de l'évaluation .

- En effet, le GUN attend que les prototypes soient la hauteur de leur prix et des spécifications livrées.

- Aucune crainte de ce côté , je vous garanti.

Puis il demandait un peu naïvement , c'était la première fois qu'il avait amené une telle affaire , et que Helena n'avait pas pu être présente avec lui... d'autres opérations commerciales qui ne pouvaient attendre a grand Metropolis l'avaient retenu ...

- Vous allez essayé vous-même les prototypes ?

Un temps par quelques mouvements il faisait comprendre qui lui paraissait que l'uniforme d'officier n'était pas vraiment adéquate pour l'exercice.

- Non je supervise serais uniquement. Nous avons recruté un indépendant pour effectuer les tests, son expérience devrait fournir une meilleure critique de larmes. Elle devrait bientôt arriver.

- Donc plus qu'à attendre .

Puis il sortait de sa poche son Smartphone. Ayant gravé le nom " IDream " dessus comme Cicéron l'avait proposé il y a quelques temps a  grand Metropolis. Il tenait le dispositif dans sa main gauche alors qu'il activait la projection  et que de sa main droite il faisait défiler l'écran de lumière au-dessus , comme s'il était tactile ... pas de mail.
L'officier lui regardait avec un air circonspect le dispositif de l'épaulard. Sans dire un mot , jugeant silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 18
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 20
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Mar 7 Fév - 1:47

4h45.
Elle avait dormi deux heures. Passé la nuit à éplucher des dossiers, rapports d’enquête archivés fautes de piste, parvenus entre ses mains grâce à quelques contacts G.U.N..

Rien de particulier, à part quelques affaires auxquelles elle pouvait peut-être procurer quelques réponses, si elle avait le temps.
Son sommeil n’avait pas non plus été des plus reposants, comme on pouvait s’y attendre en lisant diverses histoires de meurtres et disparitions mystérieuses. Certes, certains disaient qu’on finissait par s’habituer et elle serait la dernière à les contredire, mais ça n’en devenait pas agréable pour autant.
Ses yeux habitués à la pénombre de l’appartement souterrain trouvèrent rapidement l’interrupteur, laissant une lumière douce se diffuser dans le couloir par des spots au plafond. D’une démarche traînante, sa tenue négligée tranchant avec l’environnement parfaitement entretenu, elle se dirigea vers le salon. Elle n’avait pas débarrassé la table et la pièce sentait légèrement la soupe. Peut-être faudra-t-il qu’elle nettoie avant que cette maniaque de Ligeia ne s’imagine qu’elle puisse toucher à ses affaires, pour « leur confort à toutes les deux ». C’était pas chez elle pourtant, autant qu’elle le sache !

Elle se dirigea vers la commode où se trouvait un téléphone, habituellement hors-ligne, et activa sa messagerie tout en passant dans la pièce suivante.
Celle-ci donnait une impression bien différente des deux autres pièces qu’elle avait déjà traversé. Sa chambre était presque vide, le salon tout à fait ordinaire quoique légèrement impersonnel, mais cette pièce ne remplissait aucune tâche d’un appartement classique. Les murs étaient garnis de dizaines de placards, de machines complexes inutilisées depuis des années et d’une table de travail occupée par diverses pièces d’armes à feu. Le centre de la pièce présentait deux paillasses, l’une où trônait un fusil sniper, lui aussi démonté, et l’autre un étonnant potager. Carottes, pommes de terre, tomates, poivrons et haricots poussaient dans des bacs différents, certains recouverts de plastique, tous reliés à un système d’irrigation relié au mur, puis de là à l’extérieur. Plusieurs lampes UVs, récupérées sur les diverses machines de l’ancien laboratoire, procuraient aux plantes leur dose de soleil artificiel.
Elle posa le téléphone sur le plan de travail et s’attacha les cheveux en queue de cheval. Pendant qu’elle vérifiait avec soin que les plantes restaient en bonne santé, la messagerie débitait les premières nouvelles de la journée. Le premier message, laissé tard la nuit dernière, faisait entendre une voix féminine familière.

- Bonjour, Elysha. Le cas de mon patient actuel s’avère plus difficile que prévu. Je te rendrai probablement visite la semaine prochaine plutôt que ce week-end. N’oublie pas tes médicaments.

La renarde haussa les épaules dans le vide. Pas comme si elle avait le choix. C’était elle qui était venu chercher le docteur Fulci, et elle devait reconnaître que sans ses soins, sa chasse serait beaucoup moins efficace. Elle avait aussi le mérite d’être très professionnelle. Et de laisser des messages droits au but.

- Salut, euh, la Peste ?

La renarde lâcha un gloussement. Elle aimait bien ce surnom-là. Ca avait à voir avec son masque, et l’hécatombe d’arrestations et règlements de compte qu’on lui attribuait. Elle aimerait rencontrer le journaliste qui y avait pensé le premier.

- C’est pour dire que, euh, j’ai laissé un paquet à l’endroit habituel, ça devrait te plaire ! Tu sais même pas à quel point j’ai risqué ma peau pour mettre la main dessus, haha, la prochaine fois tu devrais me demander un truc plus facile, c’est pas que j’veux pas t’aider ou que j’oublie mes dettes, tu sais, hein, mais tu vois…

Lui par contre, « droit au but » ne faisait pas partie de son vocabulaire. C’était un informateur régulier. Efficace, trop bavard pour se faire de vrais amis peut-être. Elle claqua la langue, agacée, mais laissa le message tourner. Que les gens parlent, c’était ce qu’elle voulait… d’habitude.

Elle eut le temps de récolter d'une main très, très délicate les quelques légumes qui lui semblaient mûrs et de les nettoyer avant qu’il ne finisse. Elle avait commencé à nettoyer son fusil, penchée sur le côté, une jambe ramenée contre sa poitrine, quand une voix masculine bien plus assurée que la précédente força son attention.

- Agent Lasa.

Lasa, gardienne des tombes et de leurs secrets. Préférable à un quelconque dieu de la mort, mais pas flatteur pour autant, en tout cas pour ceux qui le prononçaient. Nom de code que lui donnaient les agents du G.U.N. au courant de son contrat.

- Nous recevons bientôt un chargement d’armes expérimentales à Fort Square. Nous aimerions requérir votre… expertise d’indépendante.

Il donna encore quelques détails sur le rendez-vous, ainsi que le nom d’Aubra Nathan, avant que la messagerie n’indique zéro nouveau message.
Elle interrompit sa besogne, ses yeux scrutant un dossier imaginaire. Aubra Nathan. 23 ans, Mobien orque, né à Soleanna le xxxxx, double nationalité avec les Nations-Unis, héritier du groupe Aubra Industries mais a créé sa propre entreprise, Balist.
Rien de difficile, on pouvait trouver tout ça sur sa page Mobiuspédia puisqu’il s’agissait en fait d’une petite célébrité. Génie en mécanique et physique chaotique malgré le sujet sensible au sein des Nations Unis, il suscitait autant d’admiration que de jalousie.
C’était typiquement le genre de profil qui pouvait l’intéresser. Plus que la perspective de manipuler de nouvelles armes, même si l’adolescente en elle tapait du pied d’impatience, c’était celle d’établir quelques connections plus utiles qui la convainquirent d’accepter l’offre. Peut-être même pourrait-elle convaincre le G.U.N. de jouer les médiateurs.
Plus intéressant encore était le simple fait qu’ils fassent appel à elle pour ce genre de tâche. N’avaient-ils donc pas des dizaines de soldats qui mourraient d’envie de s’essayer à ce genre d’exercice ?
Les commissures de ses lèvres prirent quelques millimètres de hauteur, indiquant une immense satisfaction alors qu’elle reprenait le nettoyage de son arme. Son planning était tout indiqué.

Quelques jours plus tard, Elysha se présentait devant le bloc de sécurité de Fort Square, entièrement habillée, incluant capuchon, masque à gaz et tenue de combat. Enfourchant une moto toute aussi noire, visiblement armée, elle comprenait que la situation ne donne pas particulièrement confiance aux gardes postés à l’entrée, même prévenus de son arrivée. Elle glissa donc sur l’asphalte et attendit sagement qu’on lui donne des instructions.
Deux soldats s’approchèrent – les deux plus aguerris, crâne rasé, l’un a une cicatrice au menton, l’autre semble plus nerveux – et l’un d’eux s’adressa à elle avec une voix ferme.

- Vos armes.

Ne voyant pas d’intérêts à objecter, elle leva lentement les mains pour prendre ses armes de poing à sa ceinture, les seules qu’elle avait emmené pour cette sortie en cas de pépin sur la route, et les posa par terre avant de reculer. Le soldat qui lui avait adressé la parole indiqua à l’autre de les prendre. Elle passa ensuite par une fouille en règle avant qu'il ne reprenne la parole, toujours méfiant.

- Papiers et autorisation.

Toujours aussi lentement, Elysha tendit la main vers le compartiment avant de son véhicule pour en sortir un téléphone portable. Le message vocal, tourné de manière particulière, agit comme un signal. Un coup de téléphone aux supérieurs finit par confirmer complètement la légitimité de sa venue.
Pendant que le deuxième soldat fouillait son véhicule, le premier lui expliquait qu’on le garderait ici pendant qu’une jeep les conduirait jusqu’à la base proprement dite.
Aucune réaction, excepté son regard suivant sa moto être parquée devant la cabine de sécurité.
Le soldat à la cicatrice fut son chauffeur pour les deux cent mètres qui les séparaient de la base. Aucun d’eux n’ouvrit la bouche pendant le trajet.
Elle ne fut pas particulièrement étonnée de voir qu’on lui avait déjà réservé un comité d’accueil. Un officier accompagné d’un trio de soldats, l’air plus aguerris que les agents postés à l’entrée.
Elle sauta souplement hors de la jeep et fut accueillie avec une main tendue sous son museau.

- Bienvenue à Fort Square. Sous-Lieutenant Raker, je suis chargé de vous accompagner.

Une escorte - A peine plus vieux qu’elle, yeux bleus, coupe courte, uniforme impeccable, sourire hautain, probablement du genre à péter plus haut que son cul - Rien d’étonnant à cela.
Elle se contenta de fixer son visage, ignorant sa poignée de main. D’un air de « je savais bien », il finit par la baisser avec un sourire plus forcé.

- Afin de clarifier toute erreur, je vais procéder à un dernier débriefing.

Il scrutait son masque, cherchant un signe qu’elle lui donna sous forme d’un bref hochement de tête. Le rappel fut bref, sans question, sans erreur.
Le sous-lieutenant et la chasseuse se mirent alors en route, à pied cette fois, pour se diriger vers le hangar 42. Elysha ne cachait pas son intérêt pour les avions de chasse et divers véhicules faisant le lien entre les différents hangars, qu’il s’agisse d’engins de guerre ou de maintenance.

Tout comme les autres soldats ne cachaient pas leur intérêt pour leur invitée. Avec l’absence de queue et d’oreilles visibles, il était difficile de déterminer si son masque cachait un vrai museau ou bien s’il ne s’agissait que d’un leurre ou d’une lubie décorative.
Comme elle s’y attendait, il ne fallut pas longtemps pour que le sous-lieutenant parle du véritable objectif de sa venue.

- Bien sûr, vous remplirez ce contrat comme prévu. Nous considérons que l’occasion et l’aide fournie pour une rencontre avec monsieur Aubra sera suffisant pour que vous vous chargiez d’une certaine affaire.

Il frissonna imperceptiblement lorsque la voix rauque de la chasseuse s’éleva pour la première fois depuis son entrée dans le fort, déformée par le masque à gaz.

- Si vous le permettez, Sous-Lieutenant, j’aimerais juger de la valeur de votre fournisseur moi-même.

- Vos doutes seront bientôt dissipés, Lasa. Le voilà.


- HRP -

Elysha en tenue, histoire que ça soit plus clair pour toi:
 


Dernière édition par Elysha le Jeu 13 Juil - 5:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.artstation.com/artist/rouve
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 49
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 24
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Jeu 9 Fév - 16:21

L'attente ne fut pas longue. Il avait à peine le temps d'ouvrir les flux d'actualité à la recherche d'un article pouvait le divertir, que déjà l'officier ce racla la gorge pour attirer son attention et lui faire lâcher l'appareil.

- Ils sont là.

Aubra  éteignit alors l'IDream , lâchant des yeux l'affichage holographique qui s'évanouissait en une fraction de seconde . Il pouvait voir à travers la porte vitrée de l'entrée qu'une jype venait d'arriver de se garer devant.

- Veuillez me suivre .

Rajouta alors l'officier qui se dirigeait vers la sortie.  Au bras lui en boîte alors le pas devant un peu se pressait pour tenir le rythme de l'officier. Quand celui-ci ouvrit la porte sur l'extérieur une bourrasque de vent chaud s'engouffra  , emportant avec lui une petite dose de poussière que l'humain se dépêcha d'enlever de son uniforme d'un mouvement de vif mouvement de la main gauche.

Au bras devait quant à lui légèrement ici les yeux , à la fois pour s'acclimater à forte luminosité et aussi pour se protéger de la poussière.

À l'extérieur, il était surpris de voir un autre officier saluer Sheridan... sans doute un de ses subordonnés directs...

Mais ce qui attirait surtout son attention était la figure encapuchonnée qui accompagnait les uniformes réguliers et oubliables. Du premier coup d'œil il pouvait avec certitude affirmer qu'il devait s'agir de l'indépendant ... une tenue clairement pensée pour le combat, et en même temps qui n'entre dans aucun uniforme régulier de l'armée ... et avec une touche de "fantaisie"  qui ne serait normalement pas ennemie de l'armée.

Il ne pouvait imaginer que des mercenaires pour avoir ce genre de liberté.

Il n'avait pas vraiment l'habitude de travailler avec des mercenaires.
À vrai dire presque jamais mais il tenait quand même en respect le savoir-faire de ceux qui savaient survivre longtemps. Ce qui avait à la fois le talent pour avoir survécu à leur vie , et l'expérience qu'ils avaient pu en tirer. Cela donnait à leur vision une crédibilité encore supérieure à celle d'un vétéran de l'armée régulière...

mais pour cet individu mystère ? Quel pouvait être son expérience qu'il était même son sexe ou son espèce ... cette tenue masquée tout. C'était déroutant.... et en nettoyant dégager justement une sorte de  malaise face  la dangerosité perceptible mais impossible à évaluer.

- Il s'agit de l'agent Lasa.

L'épaulard levait un sourcil alors que le lieutenant lui faisait la présentation. Sous le coup la curiosité l'avait presque oublié l'officier...

-  Lasa va tester et évaluer le matériel pour nous.

L'épaulard hoche alors la tête en signe de compréhension pour Sheridan .

– Enchanter de faire votre connaissance .

Il s'apprêtait à attendre la main aux mercenaires mais se faisait interrompre. Un soldat uniquement armé d'un revolver à ceinture... treillis moins équipés... carrément de la logistique.

– Monsieur , le changement a fini d'être transporté au pas de tir pour les essais ! Tout matérielle sensible a été laissée sous scellé en attendant le test. Le véhicule affrété par le 31e  vous attend .

Sheridan acquiesça lors d'un mouvement de la tête avant d'interpeller tout le monde.

- Nous sommes attendus sur le polygone de tir .

Suivant alors le soldat logistique les amis année verrats vers un poids-lourd.... donc les tests allaient se passer en extérieur.  
Les soldats entraînés rentraient sans mal à l'arrière du véhicule et avant d'aider leurs supérieurs à grimper à l'arrière aussi.

Au bras était dernière montée. Et aller s'asseoir en face du mercenaire. À côté de se trouver les deux officiers pendant que le reste les sports se trouvaient plus au fond du camion. Rapidement, la route plutôt calme laissait place un terrain qui semblait éprouver les suspensions et dont on pouvait seulement subir les secousses à l'arrière.

L'épaulard était forcé de s'agripper n'étant pas habitué à ce type de transport aussi mouvementé.  Marquant davantage son décalage avec l'ensemble du personnel ici qui avait dû de près ou de loin recevoir un entraînement et qui prenait ce déplacement comme si de rien n'était.

Pour essayer de se distraire de l'inconfort de ce voyage , il se reconcentre à nouveau sur le mercenaire.   En parallèle les deux officiers semblaient échanger entre mais il ne portait pas vraiment attention à ce qu'ils disaient.

- Vous avez déjà de l'expérience avec les armes légères et lourdes ?

Vous est-il alors demandé aux mercenaires en face.

– Juste pour savoir si vous aviez un bagage comparatif avec ce que vous allez tester...  on vous a briefé sur les armes ?

Un tel essayait de ressortir son IDream  pour s'en aider. Mais les secousses du terrain étaient vraiment gênantes. Manquant de lui faire tomber l'appareil à une deux reprises. Et rendant difficile de l'écran seul.... heureusement la projection holographique était totalement insensible à tous ces mouvements. Restant comme une plaque translucide fixe dans les airs... celui simplifiait bien étage n'haver plus son bras pour sélectionner qui bougeait.

– Que je vous présente déjà avec un peu à l'avance....

Et agissait comme pour saisir l'interface plate puis l'envoyer à aux mercenaires avec un mouvement semi insu d'un frisbee.... l'entité lumineuse agissait alors comme telle pour s'arrêter à l'horizontale juste devant le mercenaire. Une seconde ce créait là où elle se trouvait précédemment pour l'épaulard.

– On devra  commencer avec ça.

Sur l'interface pour la mercenaire apparaissait l'image d'un fils d'assaut.... l'épaisseur lumineux se déformait légèrement pour lui donner du relief. Même si celui-ci n'était pas complet il ressemblait plutôt à une sorte de nervure pour satisfaire l'aspect visuel et du toucher sans pour autant nuire à l'ergonomie qu'apporte la surface plane.

– Mais je ne vais pas vous gâcher la surprise mais ce joujou à certains aspects très intéressants.   C'est juste pour vous familiariser avec la forme... si vous voulez regarder sous d'autres angles avez juste a toucher .

En même temps utiliser c'est que pour  pour atteindre l'écran de la mercenaire et lui montrer par un simple mouvement qu'il entraînait à faire tourner l'image du fusil.

– Son chargement est un peu différent. Je peux vous lancer l'animation ...

Et avant qu'il puisse le faire le camion freinait le forçant à utiliser sa main libre pour se cramponner et ne pas se se cogner contre de lieutenant.

– Allez on descend les princesses  ! vous est arrivée au palais et on a pas jusqu'à minuit !

Il tourna cette la tête pour reconnaître le responsable et de logistique de plutôt.
Étant les plus proches de la sortie était forcé d'aussitôt éteindre la grime pour descendre. Sortant de l'arrière du camion. Soulevant un petit nuage de poussière alors que ses pieds prenaient contact avec la terre battue...

Ils étaient au milieu des terrains d'entraînement. De la terre battue ou avec des obstacles pour l'entraînement la conduite. À l'est on apercevait encore le sommet de la tour de contrôle de la base.

- Bien, bien , bien ..

Une position de tir temporaire avait été établi ici. Un filet avait été étendu pour abriter de la lumière  un espèce de travail ou se trouver des tables et du matériel informatique destiné à l'enregistrement des données. Le tout était relié à un important groupe électrogène.

Juste côté sur des plaies de bois était les différentes caisses en polymère marqué du logo balistes qui contenait le matériel près tester....

Et quand on regardait plus loin on pouvait voir un ensemble de cibles préparer pour les essais.... des formes humaines derrière différent couvert. Un intérieur d'un véhicule qui devint moi avoir une petite décennie et qui avait été posé poser dans un coin.

Des murs de béton déjà grêlé par des balles ou des éclats provenant de test précédent ...

Il y avait là tout un assortiment de types de cibles couverts auxquels on pouvait s'attendre. .. Mais le plus étonnant était à juste à la frontière du couloir de tir , qu'attendaient des bulldozers du génie ainsi que des plaques de blindés et des cubes de béton pour être apporté....

Une bourrasque venait soulever à nouveau la terre séchée. Balayant leurs nuages de particules sur les quelques herbes qui avaient jusque-là survécu aux exercices ici pour être finalement desséché avec la chaleur des derniers jours.

– Nous effectuerons ici les essais, pour vérifier si les armes sont à la hauteur . Monsieur Aubra commencer s'il vous plaît .

Un temps était apporté la première des caisses. L'épaulard Louvre alors pour en sortir l'un des fusils qu'elle contenait. Le même qu'il avait montré précédemment dans une version numérique.

– Balist pulsars A 1 ou BPA-1  ... c'est un fusil d'assaut conception énergétique. La réduction au minimum de pièces mécaniques d'augmenter au maximum sa fiabilité et sa stabilité. Celui-ci remplace des projectiles standards ,  par des charges a impulsions... permettant de configurer la vitesse la taille et la puissance délivrée. Cela permet alors d'adapter l'arme aussi bien pour les paramètres contre des cibles organiques que des cibles robotiques  pour faire le type de dégâts le plus approprié.

Il posait l'arme sur la table .

– Conformément aux exigences du gène concernant la compatibilité.  Alimentation par batterie standard " power pack "  utilisées pour l'équipement standard de l'infanterie du GUN  , en moyenne de son coup par batterie.  

En même temps il soulevait sur la table les batteries en question celle-ci n'était pas toute petite mais pouvait être globalement considérée de la taille d'un chargeur de fusil d'assaut. Elles étaient utilisées pour les missions prolongées... et généralement été laisse plus lourdes que l'équivalent avec des balles.... cependant sont rapportées au nombre de chasse Roger équivalents.

- À cela s'ajoute aussi compatibilité par alimentation avec Chaos Drive léger ... 1500  coups en moyenne .  

Il montre aussi le cristal trouvant tenir dans sa à peu près les mêmes dimensions que la batterie précédente .

- Et enfin aussi compatible avec les prototypes de cartouches d'énergie de ExaHeco ... 1300 coups en moyenne.

Puis il charge la batterie standard dans le fusil ... le rechargement se faisait par le haut de l'arme et non par le dessous. Le viseur s'avançant avant de se soulever pour ouvrir la fente placer la batterie pendant que la précédente soulevait pour attend d'être débranché puis de remettre la suivante à sa place. ... Le rechargement était certes plus lent qu'un fusil standard mais le problème était considéré comme compenser par la quantité de munitions relative qui s'approchait d'une mitrailleuse légère.

- Les réglages peuvent être en direct avec une interface connectée ... la compatibilité se fait bien sûre avec l'équipement standard du fantassin.

En même temps il montre comment l'en pouvait juste être connecté par câble au PDA d'un soldat. Mesure qui télécharge utiliser pour les caméras équipées sur les fusils ainsi que pour les lunettes dernières génération des programmes de troupes connectées.

- Nous avons résumé une interface en juste en trois paramètres de réglage. Pour simplifier et aller ver l'ergonomie.

En effet se traduit c'est juste un schéma entre par chacune d'une couleur différente .. bleu  , jaune et rouge  ...  vitesse, pénétration, calibre  .  Et en toute celle-ci se trouver un paramètre à simplifier qui indiquait selon le réglage mis quel était le résultat , comme la profondeur perforation sur le métal , la portée ... un résumé comparatif  avec le calibre de bal le plus proche .

Il faisait légèrement varier les paramètres à chaque fois les trois bars s'ajustaient si on n'en touchait qu'une seule. De façon à conserver à peu près le même nombre de tirs encore disponibles dans l'arme.

Puis se tourner vers Lasa  ...

– Il est à vous.

Des est-il alors qu'il s'écartait non sans une certaine fierté pour son invention.

- HRP -

Le fusil BPA 1
image:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 18
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 20
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Dim 26 Fév - 19:32

L'agent Lasa suivit attentivement la présentation de l’arme sur laquelle elle pouvait maintenant mettre un nom, le BPA-1.

Après la démonstration virtuelle dans le camion, elle s’attendait presque à un charabia scientifique sans aucun sens, mais elle fut surprise, voir soulagée, de constater qu’elle suivait plutôt bien les différentes caractéristiques de l’arme.

Une fois la présentation terminée, Aubra lui-même lui tendit sa création, cachant à peine un air fier de lui.
C’est à cet instant précis qu’elle prit pleinement conscience qu’elle avait devant elle un jeune homme de peut-être à peine son âge. Savait-il vraiment ce qu’il faisait ? Ses compétences extraordinaires dans plusieurs domaines technologiques n'étaient plus à prouver, mais comprenait-il aussi les tenants et aboutissants d’une guerre ?
Elle chassa ces pensées soudaines d’un mouvement de tête et se dirigea directement vers le stand de tir sans ajouter un mot.
Elle leva l’arme au niveau de ses yeux et l’observa sous toutes les coutures, appréciant le poids, les dimensions, la forme, ajustant sa position plusieurs fois. Elle prenait son temps, notant quelques inspirations glanées chez différents fabricants d’armes plus traditionnels, appréciant la personnalisation de munitions, supposant quelques moyens de contourner les limitations.
S’il était impossible de décrypter son expression sous son masque, quelques hochements de tête témoignaient de sa satisfaction.

Après quelques minutes à observer l’arme et éprouver le système de rechargement, elle finit par prendre une position finale de tir, visant d’abord une cible à forme humaine plutôt proche.
Le recul de l’arme était grandement réduit par rapport à un fusil d’assaut classique, certainement grâce au parties mécaniques réduites, mais restait assez puissant pour laisser deviner l’énergie qui se cachait dans les entrailles de la bête. Après avoir éprouvé quelques dizaines de tirs à différentes distances et différents réglages, soulevant moult poussière et débris, l’agent baissa son arme, examinant le résultat en même temps que les ingénieurs militaires.
À première vue, les cibles en bois n’étaient plus qu’un tas d’échardes, et les cubes de béton au fond du couloir de tir présentaient des impacts éparpillés et des fissures témoignant de la puissance des tirs.
Elle répéta ce cycle plusieurs fois jusqu’à avoir effectué plus d’une centaine de tirs, puis elle détendit sa posture pour prendre un instant de repos.

Resté passif durant toute la présentation, le Lieutenant profita de l’accalmie pour s’approcher lui aussi du stand. Droit dans son uniforme, ses yeux bleu glace semblaient percer le verre orange flamme de son masque. Nul doute que sa tenue de combat faite pour effrayer les esprits faibles n’avait pas le moindre impact sur cet homme aux tempes grisonnantes. D’expérience, la chasseuse savait que les militaires les plus dangereux et les plus expérimentés n’étaient pas forcément les plus gradés.
Elle fit un geste pour désigner son arme, la tête penchée, presque amicale.

- Bonjour, Lieutenant Sheridan. Un essai ?
- Non, merci, agent Lasa. J’ai réunion dans quelques heures.
- Dommage, dit-elle en haussant les épaules. Vous avez déniché là un joli petit partenariat. Moi aussi, j’ai hâte de voir quels dégâts cette arme fera dans la Vallée des Mercenaires.

Le Lieutenant ne répondit pas tout de suite, reconnaissant la valeur cachée sous les paroles sarcastiques de la chasseuse. Il savait certainement autant qu’elle à quelle vitesse les armes militaires pouvaient se retrouver entre les mains de pillards et trafiquants. Certes, la nature connectée de l'arme la rendait moins facile à assimiler, elle nécessiterait sûrement des notions de piratage et un certain équipement, mais c'était bien là l'essence même de la course à l'armement ; quelqu'un, quelque part, allait trouver le moyen de passer outre les mesures de sécurité qu'on avait pu y intégrer.

- Nous pensons pouvoir gagner un avantage significatif avant que cela n’arrive. Mais vous n’êtes pas là pour discuter stratégie militaire, ou bien vous porteriez l’uniforme. Nous devrons bientôt parler… affaires.

Cette idée n’avait pas l’air de l’enchanter. Il devait se dire qu’il ne s’était pas engagé pour parler business avec des marchands de mort, ce que la chasseuse pouvait tout à fait comprendre et ne releva donc pas.
Elle avait travaillé dur pour arriver à un terrain d’entente avec le GUN, quelques langues qui dérapent n’allaient pas lui faire perdre contenance.
Elle détourna la tête et sauta souplement par-dessus la barrière du stand de tir.

- Bien sûr. Laissez-moi terminer et parler à Aubra.

Elle se dirigea vers le fond du couloir de tir, se mettant parfois à couvert, sautant par-dessus quelques obstacles, éprouvant sa mobilité avec les mains occupées par l’arme plutôt imposante. Une fois à destination, le souffle à peine court, sa capuche mystérieusement bien en place, elle fit signe aux ingénieurs attendant sous la tente de venir prendre leurs mesures.
Ils examinèrent ensemble les impacts sur les plaques d’acier, constatant qu’une valeur de pénétration élevée les avait traversées de part en part de manière très propre, tandis que les tirs plus puissants les avaient fait plier sur une certaine zone en explosant à l’impact. Les blocs de béton, eux, avaient vu une partie respectable de leur masse être arrachée.
Les discussions entre ingénieurs parlaient autant du pouvoir destructif de l’arme que de la précision du tireur. L’un d’eux était quasiment sûr qu’elle n’avait manqué aucun tir, mais sans moyen de comptabiliser les résultats, les paris durent attendre pour une autre occasion.

Après cette démonstration, Elysha sortit du stand, accueillie par un soldat lui tendant une bouteille d’eau. Lui adressant un léger signe de tête, elle l’ouvrit immédiatement et fit couler le liquide sur ses mains, les passant ensuite derrière sa tête et sa nuque, seules parcelles de peau qui n’étaient pas rendues inaccessibles par sa tenue ajustée. Il commençait à faire chaud sous son masque, mais elle avait connu pire.
Un peu plus loin, dans un coin de la tente, elle entendait un soldat grommeler. Elle se permit un sourire. Désolé pour celui qui allait devoir payer une tournée à toute l’unité ce soir, mais elle ne comptait pas montrer le bout de son museau avant d’être rentrée chez elle.

Attendant probablement des critiques - à son expression confiante, elle devinait quel genre de « critiques » -, Aubra avançait à sa rencontre. Le Lieutenant Sheridan et son subordonné firent de même.
Dirigeant son regard vers l’arme qu’elle avait posé sur la table centrale, elle s’adressa à son petit public d’un ton neutre.

- C’est une très bonne arme. Pas plus lourde qu’un fusil classique, puissante, grande capacité d’adaptation. Elle sera certainement très utile à vos hommes sur le terrain.

Elle marqua une pause, où seule l’agitation des ingénieurs se faisait entendre.

- Nathan Aubra.

Son masque était maintenant dirigé vers le créateur de l’arme, ses pupilles fendues presque visibles sous le verre translucide.

- Tu es un génie dans ton domaine, mais tu n’as naturellement aucune réelle expérience du champ de bataille. Tu pourrais faire avancer la médecine, le développement durable, la recherche spatiale ou je ne sais quoi. Alors pourquoi fabriquer des armes, plus efficaces, plus mortelles ?

Le sous-lieutenant, qui n’avait fait aucun commentaire depuis la montée dans le camion, parut sur le point de dire quelque chose, mais son supérieur l’en empêcha d’un signe de la main. La chasseuse ne lui accorda pas un regard.

- Tu n’as pas besoin de mentir à ce sujet. Ces messieurs accepteront toute aide sans être regardants sur les motivations… Si ce n'était pas le cas, je ne me tiendrais pas devant toi.

Ce n’était pas tout à fait vrai, mais ça servait son discours. Elle sentait le sous-lieutenant s'agiter dans sa vision périphérique, mais ne lui accorda toujours pas son attention.
À vrai dire, elle avait pleine conscience de la nature des ennemis du GUN, dirigés par un génie scientifique améliorant sans cesse ses soldats et leur équipement, forçant les Gardiens à faire de même pour ne pas être débordés. Ce qui se passait à l’autre bout du monde importait peu tant que les Nations Unies étaient protégées.
Elle espérait plutôt le provoquer et en apprendre ainsi davantage sur le personnage, plutôt qu’obtenir une vraie réponse qui serait de toute façon biaisée par la présence de ses acheteurs.
Elle s’assit à moitié sur la table, nonchalante, comme si elle parlait des résultats du dernier match d’un sport de seconde zone.

- Si je devais établir une théorie, je dirais l’argent. Une entreprise telle que Baliste doit avoir besoin de beaucoup de fonds, et un homme doit avoir bien peu de scrupules pour être prêt à mettre une nouvelle arme sur le marché… qui sera bientôt récupérée par le premier pilleur venu, sur le cadavre d’un soldat.
- Agent Lasa, ça suffit !

Ignorant les aboiements du subordonné, la chasseuse termina son argument.

- Ou peut-être parce que tu t’ennuies ? Tu veux toucher à tout, prouver que tu es le meilleur, dans tous les domaines… Peu importe comment tu impactes le monde, tant que tu le fais.

Elle s’arrêta là, fixant les yeux clairs de l'épaulard en attendant une réponse.


Dernière édition par Elysha le Jeu 13 Juil - 5:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.artstation.com/artist/rouve
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 49
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 24
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Dim 19 Mar - 16:57

Après avoir tendu l'arme, il c'était reculé. Abandonnant son sourire pour laisser place une expression neutre . Le temps était davantage aux observations et pour cela il allait avoir besoin de toute son attention. Avoir conçu larmes, l'avoir simulé et testé apportait énormément de connaissances ... mais toutes les valeurs qu'on pouvait lui poser en faisant abstraction des sentiments liés à l'implication dans son développement , n'était que des valeurs quantitatives. La force du recul été chiffré. Le nombre de munitions était chiffré, la puissance était chiffrée, les dimensions et le poids aussi...

Il n'avait essentiellement qu'une longue feuille de chiffres...

Et il attendait bien plus de ce test. Car rien ne remplaçait la perception d'une personne qui avait d'expérience. Il s'attendait à ce qu'il y ait toujours des détails auxquels il n'est pas pensé. Des usagers détournement qui n'étaient remarquables que par la pratique...

Il allait s'asseoir sous l'ombre d'une tante aux servants les essais ... essayant de voir lorsque quelque chose prenait trop de temps, ou des signes d'un quelconque inconfort.
Mais il n'arrivait rien déceler de tel pour le moment, le masque n'avait pas aidé non plus... enfin, il fallait mieux attendre des retours. Et ne pas considérer que l'absence de signal était un succès assuré.

Autour de lui, les ingénieurs du gène discutaient entre eux des performances qu'ils étaient en train d'enregistrer ainsi que sur leurs différentes hypothèses qui commençaient étayer au fur et à mesure que de nouveaux impacts de tirs venaient cribler le champ de tir.

L'arme démontrée efficacement sa performance anti matériel. C'était l'un des facteurs critiques dans le concept, le champ de bataille se caractérisait toujours par un équilibre qui été que promptement rompu par une nouvelle avancée. Avant que l'ennemi cherche à contrebalancer ou à répliquer...
dans le schéma actuel, l'ennemi était caractérisé par un usage massif de forces mécanisées , robotique ainsi que de forces biologiques augmentées par des greffes cybernétiques...

Cependant le nombre écrasant de pawn ne même s'il pouvait être contrebalancé rapidement avec un ordre de conscription de masse ... cependant, cette option était d'un autre temps et même si elle pourrait représenter un tournant décisif en guerre ouverte,... ça serait sanglant et serait un coup unique qui ne laisserait pas de deuxième chance... et il n'était pas vraiment friand de ce genre d'aspect.

À la place, la tactique actuelle mais était basé sur la défense et l'exploitation d'un aspect qui était une force chez le GUN est une faiblesse cruciale pour les forces de l'empire... le Pawn qui constituait le fantassin standard de l'empire était considérablement stupide... là où les troupes actuelles du gène été formé et capable de bien plus de d'autonomie et de capacité de décision....

Le BPA-1 avait été réfléchi dans cette optique là... la quantité très importante de munitions avant de devoir recharger lui conférer une capacité similaire une mitrailleuse légère tout en conservant les avantages du fusil d'assaut... et son adaptation de munitions lui permettait de rester optimale face aux différentes cibles. Surtout celle qui était en métal.... l'arme était conçue pour facilement contrebalancer la supériorité numérique ...

Après, ça serait de l'affaire des tacticiens du GUN si jamais ils voulaient l'intégrer dans leur prochaine programmation des militaires. Lui n'avait fait que suivre les facteurs principaux, les tendances ainsi que les exigences de l'appel d'offres.

Quand laissé pris fin, le mercenaire revenait.. toujours aussi difficile à se faire une idée de ce qui pouvait se passer sous ce masque.

À ce moment, tout le monde se taisait pour attendre son retour. Lui tout spécialement. Il espérait qu'il y aurait des questions, ou une remarque significative sur laquelle travailler...

- C’est une très bonne arme. Pas plus lourde qu’un fusil classique, puissante, grande capacité d’adaptation. Elle sera certainement très utile à vos hommes sur le terrain.

Agréable, mais pas exactement ce à quoi il s'attendait... enfin il levait un sourcil en entendant cela, pendant que les ingénieurs reprenaient leurs discussions plus belles. Ils allaient de quoi avoir faire tout un débat... enfin, au moins il pouvait assumer que cette première critique était une sorte de validation... enfin peut-être..

- Nathan Aubra.

hmmmm ... voilà quelque chose qui n'était pas prévue. Il fixait sur la son regard avec curiosité. Quelque chose disait que ce qui allait suivre aller être intéressant. Peut-être pas forcément en lien avec l'arme ? Il espérait ce n'était qu'une récrimination pour le faite que le nom "Aubra " était plus que présent sur les champs de bataille depuis plusieurs décennies. Le groupe de ses parents était plus qu'un poids-lourd dans le domaine. Peu importe le conflit vous preniez, il y aurait toujours un véhicule ou une arme produite par l'une des entreprises qu'ils possèdent.

- Tu es un génie dans ton domaine, mais tu n’as naturellement aucune réelle expérience du champ de bataille. Tu pourrais faire avancer la médecine, le développement durable, la recherche spatiale ou je ne sais quoi. Alors pourquoi fabriquer des armes, plus efficaces, plus mortelles ?

Oui vraiment inattendu,... mais loin d'être déplaisant. Et mes questions qui avaient du fonds. Il devait avouer que poser directement cette question-là... Il avait besoin d'y penser un peu...
il se frottement temps pour réfléchir, le vent un peu les sourcils de surprise... il se préparait à répondre ma avant de se raviser pour quelques instants. Instants pendant lesquels elle pu continué.

- Tu n’as pas besoin de mentir à ce sujet. Ces messieurs accepteront toute aide sans être regardants sur les motivations… Si ce n'était pas le cas, je ne me tiendrais pas devant toi.

Divergé son regard pour voir les deux officiers du renseignement,... en effet. Pas de commentaire de leur part actuellement... sauf peut-être le sous-lieutenant qui réagit un peu.
Puis il recadrait son regard sur le mercenaire... Il croisait les jambes et s'appuie davantage sur le dossier de la chaise pour ce mettre plus à l'aise pour réfléchir.

–Et selon vous ?

Il ne répondait ça pour se donner un peu temps pour réfléchir , se rappelant que c'était l'une des méthodes employées par l'un de ses anciens professeurs ... quand celui-ci avait besoin d'un peu plus de temps pour trouver comment éviter de se retrouver coincé par une question polémique. La question avait beaucoup de facettes. Et ce n'était pas pour chercher des causes qu'il prenait ce temps, mais plutôt pour essayer trouver comment formuler sa réponse... Il n'était pas du jour à agir juste " parce que " ... sauf quand cela venait à résoudre des problèmes, là où il n'y avait pas de choix.

- Si je devais établir une théorie, je dirais l’argent. Une entreprise telle que Baliste doit avoir besoin de beaucoup de fonds, et un homme doit avoir bien peu de scrupules pour être prêt à mettre une nouvelle arme sur le marché… qui sera bientôt récupérée par le premier pilleur venu, sur le cadavre d’un soldat.
- Agent Lasa, ça suffit !

De mieux en mieux. Non seulement elle posait des questions vraiment bien ciblées. Mais elle savait aussi formuler des hypothèses. C'est le genre d'interlocuteur le plus intéressant,

- Tssssss .

Il faisait ce petit bruit assez frustré en tournant la tête vers le sous-lieutenant. Pour lui indiquer qu'il gênait. Qui ne viennent pas gêner le moment le plus intéressant de cette journée sinon de toute la semaine.

- Ou peut-être parce que tu t’ennuies ? Tu veux toucher à tout, prouver que tu es le meilleur, dans tous les domaines… Peu importe comment tu impactes le monde, tant que tu le fais.

Et avec cela s'arrêtait parler... Il avait eu à se retenir, si aurait coupé la parole pour directement intervenir... les discussions avec une réflexion. C'était le genre de choses qu'il aimait beaucoup trop et avait tendance à s'emballer s'il ne faisait pas attention.... Léo la mercenaire avait clairement gagné des points dans son estime. Elle semble être bien plus qu'un simple porte flingue de qualité supérieure.

Il se redressait un peu avant de commencer.

– Intéressant... dire que je m'attendais à" est-ce que vous pouvez le faire en plus gros ?" ...

Il remuait la tête vers le fusil avec un sourire assez ironique. Tournant en dérision ses propres attentes.

– On donne sans doute bien trop de crédit... pour cette arme... Il marqua nouveaux une petite pause. Je travaille déjà sur les champs des technologies écologiques , quelques éléments bénéficiaires la médecine même si je ne suis pas médecin , et aussi spatiale en préparation de la fin du moratoire...

puis il se levait, prenant en main fusil. Le tenant par le dessus sans jamais l'agripper par la poignée il ouvrait pour éjecter le la cellule d'énergie qui était à l'intérieur... pour ce test il avait utilisé l'alimentation manufacturée par HexaEco ...

– Mais c'est bien moins de travail qu'on le pense... ce n'est qu'une réadaptation de technologies que j'utilise déjà pour d'autres usages plus " nobles " ...

Il reposait à ce moment-là l'arme .

– Je pars du principe qu'une technologie une fois qu'elle existe ne demande que peu d'efforts être militarisé. Il faut juste un groupe pour faire le travail et un idiot pour en avoir la volonté.... et hélas de cette volonté il y en a toute une légion...

Puis il poussait un long soupir.

– L'opposé est malencontreusement beaucoup plus difficile.

En même temps, continuer à jouer dans sa main droite avec la capsule d'énergie... et mettant un léger éclair pour jouer dans comme s'il s'agissait de magma retenu dans le dispositif... la source d'énergie qui " coulait dans les veines " , de grande Metropolis... le produit du processus expérimental d'énergie 100 % renouvelable de HexaEco .

– Partant de ce concept. Je considère qu'au lieu de regarder l'inévitable je peux essayer au moins d'en faire quelque chose de meilleur... il n'y a pas plus grand investisseur que le GUN quand il s'agit de faire un pas dans l'inconnu ... alors autant utiliser cela pour à la fois financer nouvelles technologies qui vont aussi servir dans le civil .. et aussi démilitariser des techniques qui étaient initialement militaire .

Puis poser la cartouche sur la table la laissait rouler jusqu'à sa était contre le fusil.

– Par exemple ce fusil permet de développer les technologies des champs chaotiques , et aussi de créer un appel d'offres très importants pour l'énergie renouvelable produit par HexaEco ... d'accord processus est actuellement il est très cher comparé à d'autres sources d'énergie.... cependant prenez le gène qui demande une grande quantité d'un seul coup... cela permet de fournir le financement et le besoin pour développer de nouvelles infrastructures qui vont faire diminuer drastiquement le prix... et enfin de compte accélérait une transition de technologies énergétique .

À ce moment, il se tenait en face de la mercenaire .

–Mais oui je dois admettre que je ne connais pas grand-chose véritable champ de bataille... à part que je sais que le nom de ma famille est y est déjà un peu partout et la théorique...

Et considérait actuellement son bataille comme ayant de centres d'intérêt... un moyen de faire progresser la science et de contourner les freins économiques ou de monopole sur les technologies qui pourraient être décisives pour tous à terme... et aussi c'était pour lui un moyen de chatouiller le business de ses parents.

– Et aussi d'idées laisser le GUN juste copier l'empire pour suivre le rythme m'insupporte ... parce qu'à la fin, même en cas de victoire... ça sera leur vision qui aura dicté le futur et l'image du présent mais déplaît déjà.

Il s'arrêtait, investit vraiment donner les bonnes réponses ? Sans doute pas, de façon elle avait jamais été précis pour genre de problème étique... parce qu'ils agissaient d'un fruit d'une toile de ramifications complexes ainsi que de penser personnel et extérieur...

– Mais je peux aussi retourner la question. Pourquoi être mercenaire ? S'il ne s'agit que de pure " prédisposition " dans les compétences appartenir à une armée serait une autre option peut-être moins rentable, mais au moins avec deux valeurs à défendre.

C'était à son tour de poser les questions, parce qu'il était maintenant vraiment curieux. Lui avait choisi d'utiliser la guerre comme un moyen d'accélérer les progrès pour être sûr que ceux-ci bénéficient aussi aux applications positives... et que cela permette peut-être éventuellement d'un jour abolir la menace que représentait l'empire...
mais son interlocuteur ? Qu'est-ce qui pouvait amener quelqu'un devenir mercenaire ? À toujours revenir à la guerre .

À ce moment-là, il ne faisait même plus attention comment réagirait Sheridan et son subordonné... Il avait trouvé quelque chose de beaucoup plus enrichissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 18
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 20
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Jeu 13 Avr - 1:07

Nathan prit quelques instants pour réfléchir, pendant qu'Elysha l'observait avec un vague intérêt. Il restait calme et il l'avait regardé droit dans les yeux pendant sa tirade. Etait-il soudainement intimidé par ses questions ? Cherchait-il les bons mots pour ne pas déplaire à ses employeurs ? Ou encore, cherchait-il à lui donner des réponses précises ?

Intéressant... dire que je m'attendais à" est-ce que vous pouvez le faire en plus gros ?" ...

Les épaules de la chasseuse bougèrent brièvement, seuls témoins de son amusement.
De l'esprit. Peut-être que la suite de sa réponse ne serait pas aussi ennuyeuse et prévisible qu'elle ne le pensait.

Le reste de sa réflexion fut effectivement plus riche en informations, entendues ou sous-entendues, qu’elle ne s’y attendait vraiment. Elle n’était pas particulièrement heureuse ou surprise qu’un scientifique daigne expliquer clairement sa pensée, mais les conversations aussi civiles se comptant chez elle sur les doigts d’une main, elle savait les apprécier.

Pendant qu'il parlait, Elysha l'observait attentivement et commençait à établir une fiche, sorte de profil psychologique qui irait rejoindre les autres dossiers de son réseau d'informations.
A sa grande surprise, Aubra se révéla plutôt éloquent, alors qu'elle s'attendait à une attitude arrogante ou confuse. Peut-être avait-il déjà dû traverser plusieurs fois ce genre de situation, confronté à des employeurs ou clients doutant de ses intentions ou compétences. Elle avait pu constater dans ses premières recherches que l'entreprise avait eu un départ difficile, notamment à cause du scandale qu'avait provoqué l'attitude soi-disant irrespectueuse de Nathan Aubra envers l'entreprise familiale. D'autres avaient essayé de profiter de son nouveau départ, sans ressources ni alliés, mais il avait su éviter la plupart de ces écueils, probablement en s'entourant rapidement d'employés capable d'évoluer dans les sphères administratives et sociales à sa place.

L'armement n'était donc qu'un objectif très secondaire de Baliste. L'entreprise était encore jeune et n'avait pour l’instant été impliquée dans aucun incident marquant, mais si quelque chose devait arriver, il semblait peu probable que de mauvaises intentions en soit à l'origine.
Du moins, si son discours reflétait autant ses pensées que celles de son personnel. Peut-être que son enquête ne devrait pas se contenter d’un rapide tour du web, ou de visites cordiales telles que celle-ci.

Non, si Baliste devait avoir un problème interne (ou en devenir un), elle soupçonnait que cela viendrait d'un manque de prise au sérieux des implications d'une branche militaire. On pouvait facilement se croire en paix en restant sagement sur le territoire des Nations unies, au chaud dans un appartement conforme aux normes de sécurité, à proximité d'un cinéma et d'une piscine publique. La véritable situation diplomatique des Nations Unies était en réalité bien plus précaire qu'une Central City ou Grand Metropolis ne pouvait le laisser penser.

Parfait. Cette ignorance ne pouvait que lui servir en cas de futurs contrats.

Mais je peux aussi retourner la question. Pourquoi être mercenaire ? S'il ne s'agit que de pure " prédisposition " dans les compétences appartenir à une armée serait une autre option peut-être moins rentable, mais au moins avec deux valeurs à défendre.

La question la fit sortir de sa réflexion. Elle changea de posture, sachant qu’on ne verrait pas son expression désapprobatrice.
Une petite lumière rouge s'allumait dans un coin de son esprit. La curiosité venant d'un scientifique n'était certes pas surprenante, mais elle aurait pu facilement s'en passer.
Il semblait bien entreprenant pour un civil, et elle ressentait le besoin de lui rappeler à qui il s'adressait : une femme masquée employée secrètement par l'armée sous un faux nom. Qu'il se sente assez à l'aise pour lui poser des questions privées n'allait dans l'intérêt de personne sous cette tente, et surtout pas dans celui de l'épaulard.
Malgré une légère irritation sous-jacente, son ton restait relativement détendu lorsqu'elle lui répondit.

Je vis en vendant des informations ; un fusil gratuit ne sera pas suffisant pour ce genre de détails.

Elle ne mentait pas, mais le véritable sens de sa réponse était clair : mieux valait ne pas s'engager sur cette pente glissante. La route qui menait au passé et aux motivations de la chasseuse était pleine de verglas, peaux de banane et huile d'olive, elle lui rendait donc service en l'arrêtant tout de suite.

Elle laissa passer un silence pesant, laissant la phrase prendre son sens, mais elle reprit assez tôt pour éviter les éventuelles remarques offensées.
Elle n’avait pas encore bouclé son analyse. Même si l’interrogatoire était terminé, elle continuait à calculer ses mots pour faire réagir l’épaulard.
Revenant sur le sujet de départ, c’est-à-dire Nathan, elle croisa les bras et hocha la tête d’un air entendu.

Je comprends. Tu reconnais potentiellement sacrifier des vies avec ces armes, pour en sauver plus sur le long terme grâce à tes recherches.

Elle leva la main dans un geste pour empêcher d'éventuelles objections.

- Je sais, ce n'est pas exactement ce que tu as dit. C’est néanmoins ce qui va se passer, et c’est une stratégie aussi noble qu’une autre. Je le respecte.

Elle laissa Aubra réagir, l’ajoutant mécaniquement à son dossier, mais l’entrevue fut alors interrompue par le Lieutenant qui, bien que respectueux, avait des horaires à respecter et faire respecter.

- Agent Lasa.

Il n’avait pas besoin d’en dire plus.
Adressant un léger signe de tête à Aubra, elle se détacha de la table et jeta un dernier coup d’œil en direction du fusil, avant de suivre le Lieutenant jusqu’à l’extérieur de la tente.

Le soleil avait suivi sa course jusqu’au zénith, mais le temps clair et la légère brise rendait la température supportable, même sous sa combinaison.
Le Lieutenant, lui, semblait soudainement beaucoup plus nerveux. C'était très léger, quelque chose dans le mouvement de ses yeux, peut-être un frémissement des lèvres. Il semblait en être très conscient lui-même, puisqu'il ne perdit pas une seconde pour aborder le sujet principal de la présence d'une chasseuse de prime dans une base militaire, oubliant même le ton courtois dont il avait fait preuve jusque là.
Tous ces petits détails piquèrent son intérêt au vif, alors qu'elle n'accueillait habituellement pas les missions militaires avec les bras grands ouverts.

- Voilà le dossier complet. Une simple affaire de sabotage des troupes ennemies. Entrez, posez l’EMP, sortez. La seule raison pour laquelle nous ne pouvons pas intervenir est l’emplacement de la station, et à cause… des priorités du haut commandement.

C'est là qu'elle mit le doigt sur la raison d'un tel comportement. S'il avait pu voir ne serait-ce que ses yeux aux pupilles réduites à deux coups de pinceaux sur ses iris ardentes, le Lieutenant se serait senti comme un poulet entre les crocs de la renarde avant même qu'elle ne prenne la parole.

- Ce n’est donc pas une requête officielle ?
- Effectivement. C’est moi qui ai veillé personnellement à ce que vous soyez invitée à cette démonstration.
- Je vois, dit-elle pensivement, suivi d’une pause. Elle reprit avec un mouvement de tête. Ça ne sera peut-être pas suffisant.

Le Lieutenant parut ennuyé, mais il se savait impuissant.

- Je vois. Je veillerai à ce que vous bénéficiez d'une relation... privilégiée avec Baliste.

Il se racla la gorge, tentant de se redonner contenance.

- Dans la mesure de mon influence, bien entendu. Au sujet de votre mission, il ne s’agira pas de tirer sur tout ce qui se présente. Si vous pouviez éviter ce genre de scénario...
- Ne vous inquiétez pas. En réalité, je déteste les fusils d’assaut.

Sheridan leva un sourcil. Ce n’était pas exactement ce dont il avait été témoin. Son expression restant indéchiffrable, il ne put que continuer.

- Vous sauverez peut-être plusieurs de mes hommes en menant cette opération à bien. Cependant, comme vous devez vous en douter, tout cela restera secret. Personne n’en saura rien, excepté vous et moi.
- Ça va de soi.

Après avoir rapidement parcouru le dossier, la chasseuse le roula en tube pour le glisser dans le sac qu’elle avait dans le creux du dos, échangeant quelques dernières informations avant de rentrer sous la tente derrière Sheridan. Elle remarqua vaguement le Sous-Lieutenant Raker lui lancer un regard noir, les ingénieurs ranger leurs instruments, les soldats démonter la tente.
La démonstration était terminée et le premier camion allait bientôt les ramener à la base.
Elle chercha Aubra du regard. Il fallait faire en sorte qu’ils se revoient un de ces jours.
Bien sûr, ce ne sera qu’un futur relai dans son réseau, mais de ceux qu’il fallait caresser dans le sens du poil. Des nageoires. Bref.
Rien de bien important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.artstation.com/artist/rouve
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 49
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 24
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Jeu 11 Mai - 15:26

Il levait sensible un peu surpris de la réponse... je n'allais pas satisfaire sa curiosité. Mais au moins il prenait des notes mentales comme quoi il ne serait pas trop utile pour lui de chercher à approfondir... enfin, pour le moment.
Car sa réponse lui avait quand même laissé une nouvelle interrogation... achat et vente d'informations ?... Son maniement des armes semblait beaucoup trop expert pour être limité aux commerces d'informations... elle pourrait aussi faire de la " collecte" ... mais encore une fois, mieux valait-il pas quelqu'un qui ne se fait jamais repérer donc il n'a pas besoin d'utiliser les armes ? Après tout la plus précieuse de toutes les informations n'était pas ce que l'on savait de l'autre... mais c'était de savoir ce que l'autre connaissait sur soi .
Donc faire le moins de traces possibles ne saurait exiger autant d'efficacité...

Et puis, il était loin de pouvoir exactement juger le mode opératoire. Il resterait quand même curieux à savoir à quel genre d'activité pouvait réellement se livrer le mercenaire... mais il n'était pas nécessaire d'y répondre tout de suite. Ni même d'essayer de creuser... trop d'inconnues.

Et il en avait déjà pris suffisamment. Avec juste un mot : Informations ... ça lui prêta alors à réaliser qu'il avait affaire à quelqu'un qui devait s'y connaître en profilage. Enfin ça pouvait être une hypothèse très probable concernant l'utilité des questions précédentes.

– Je comprends. Tu reconnais potentiellement sacrifier des vies avec ces armes, pour en sauver plus sur le long terme grâce à tes recherches.

Il hochait lentement la tête , une expression neutre ... Sans piper mot surtout après le mouvement pour l'empêcher de répondre.... toute façon, maintenant qu'il commençait réfléchir et chercher les raisons de tout cela... mais plus il essayait d'y réfléchir. Il ne pouvait voir que des champs de possibilités ... et sans le moindre indice d'élimination . Difficile de pouvoir capter quoi que ce soit de ce qu'il y aurait derrière ce masque .

- Je sais, ce n'est pas exactement ce que tu as dit. C’est néanmoins ce qui va se passer, et c’est une stratégie aussi noble qu’une autre. Je le respecte.

Hmmmm ... intéressant. Il ne parvient pas à cacher mouvement de ce que qui trahissait que quelque chose avait déclenché un déclic dans ses derniers mots.

– Une stratégie en effet...

Il se gardait bien pour lui ce qu'il avait remarqué... après tout, il se demandait bien en quoi cela pourrait influer l'actuel jugement du personnage masqué.
Ce qu'il avait gêné par contre était clairement " ce qui va se passer" ... y avait-il derrière cela une forme de consultation sur d'autre situation similaire ? Ou une considération qu'une solution est catégorique...
il y avait un certain fatalisme qu'il n'appréciait pas vraiment...

Sur l'instant, il ne cesse fait pas trop dire. Et s'attendait un de ces longs blancs... mais entretien fait interrompu par Sheridan ..

– Allez-y, Je ne vais pas vous retenir.

Il avait dit ça sans trop de conviction alors qu'elle répondait déjà à l'appel. Il avait dit ça bien plus sur la forme, il observait sortir réfléchissant davantage... il ne savait pas vraiment ce qu'il dire plus loin, mais ce devait encore être une de ses affaires qui font les détails du monde que peu de personnes regardent.

D'ailleurs en parlant de regarder, dès qu'elle était sortie latente Il tourna la tête vers le fusil. Quelques rayons de lumière qui passait au travers de l'entrée de la tente venait se refléter sur le métal poli de l'arme et ça venait l'aveugler.

Il leur prenait Pour le même dans un coin l'ombre... et s'arrêtait quelques instants au moment de lâcher l'arme...

en un instant, une idée venait lui traverser l'esprit. Un déclic une inspiration inattendue... rapidement, il reposait l'arme avant de sortir l'IDream. Le rallumant, faisant reprendre la projection holographique qu'il avait montrée dans le camion... le cas que lumineuse exacte de l'arme sur la table...
il coupait rapidement la projection, avant d'ouvrir une fenêtre de notes.

Il avait rapidement commencé à taper quelques notes sur un clavier holographique apparaissait... pour l'essentiel des mots-clés et des rappels de regarder quelques équations pour valider les hypothèses qu'il se gardait mentalement. Peut-être qu'il avait une autre solution beaucoup plus sûre.

Puis s'arrête au bout de quelques secondes. Insatisfait...

- Tsssssss c'est moche ..

Est-il alors d'un tronc traînant et légèrement irrité... Il avait cette sensation que quelque chose manquait... quand quelque chose était complet bien faite il y avait une harmonie là-dedans. Ici il ne le voyait pas... il avait oublié quelque chose.

Et patienter quelques instants à regarder la lueur bleutée de l'interface... et quelques poussières soulevées par le vent qui venait passer au travers provoquant des petites pics de lumière sporadique...

Il aurait à travailler davantage dessus... mais il était maintenant sur qu'il tenait peut-être quelque chose de nouveau.

Final, il rapprochait rapidement son appareil quand la lueur se fier à nouveau plus intense dans l'attente alors que le mercenaire revenait...

– De retour ?

En même temps il rangeait son appareil dans l'une de ses poches. Son esprit encore occupé à chercher d'éléments manquants. Ou peut-être à tout reformuler sous un nouvel angle... Il poussait un soupir pour essayer de se mettre à distance de ses pensées.

– Désolé de réfléchissait à quelques choses...

Des étiez alors qu'en même temps qu'il réalisait qu'il allait être temps de rentrer qu'il risquait de retarder les choses rester ainsi préoccupé...
rapidement, il alla récupérer l'arme. Pourrait la ranger de la qu'elles ont été venues en premier lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardien des Nations unies
avatar
Gardien des Nations unies
Messages : 18
Date d'inscription : 24/01/2017
Age : 20
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   Lun 22 Mai - 20:06

Elysha hocha rapidement la tête en réponse à l'épaulard.

Le changement d'attitude de Nathan ne passa pas inaperçue auprès de la mercenaire. Après son enthousiasme en voyant son bijou en action et son sérieux face à ses questions traîtres, voilà que, l'espace d'une seconde, le temps qu'il le remarque et se reprenne, il semblait avoir perdu toute énergie.
Ce n'était pas si étonnant que ça, les jeunes gens à la tête remplies de pensées avaient tendance à changer rapidement d'humeur, en même temps que d'objet d'attention. Elle avait rencontré des cas plus... extrêmes, au cours de ses pérégrinations.

Ce bref instant d'attention passa rapidement du garçon à ses propres intérêts. Elle savait déjà avoir laissé une forte impression sur le scientifique, mais mieux valait encore s'assurer qu'elle était positive. Elle avait déjà laissé paraître bien assez d'indice pour faire entrevoir le genre de travail qu'elle accomplissait, ainsi décida-t-elle de ne plus avancer de sujets trop sensible.
Il était temps de clore la démonstration.

Elle avançait lentement vers le camion qui les avaient amenés ici pendant que Nathan partait ranger personnellement sa création à sa place. Le garçon lui avait fait bonne impression et elle n'avait presque plus de réserves quant à en faire une partie de son réseau, hormis les soupçons minimum que toute personne de sa profession se devait de conserver.
Des gamins au visage bien plus innocent avaient déjà tenté de la poignarder dans le dos pour une bouchée de pain. C'était bien pour ça qu'on les utilisait.

Alors qu'elle s'empêchait de tomber dans les eaux troubles de la réminiscence, elle remarqua l'épaulard tenter de soulever le fusil et le lourd couvercle de sa caisse sécurisée en même temps, résultant en quelques tentatives maladroites passées inaperçues auprès des autres soldats déjà occupés.
Elle se dirigea aussitôt vers lui et se chargea de maintenir le couvercle blindé des deux mains, s'assurant qu'il n'écrabouillerait pas celles, plus délicates, du scientifique pendant qu'il déposait l'arme à sa place.
Cette tâche accomplie, elle abaissa doucement la plaque métallique et laissa un ingénieur verrouiller le conteneur.

Il furent aussitôt sommés de rejoindre le camion, prêt à partir. Les soldats avaient repris leurs places de l'aller, seuls Elysha et Aubra échangèrent leurs places sans vraiment y prêter attention.
Suite à un léger moment de silence calculé, les jambes croisées et les mains reposant sur sa cuisse, la mercenaire éleva la voix, assez pour se faire entendre par-dessus les secousses du véhicules.

- J'aimerais que Nathan et moi puissions rester en contact, pour d'éventuelles prochaines démonstrations.

Sheridan approuva avec un signe de tête et un court argument :

- Les données seraient certainement plus exactes si nous gardions le même tireur pour toutes les sessions.

Si elle pouvait se le permettre, Elysha lui ferait un signe d'approbation des deux mains, mais elle se contenta d'un léger sourire caché sous son masque. Le lieutenant détourna légèrement le regard avant d'ajouter quelque chose.

- Tâchez ainsi de rester en bonne santé physique, agent Lasa.

D'abord surprise, puis amusée par ses encouragements déguisés, elle imita un salut militaire, provoquant un soupir exaspéré de la part du sous-lieutenant.

- Lieutenant, vous seriez donc bien aimable de faire parvenir mon numéro de contact à monsieur Aubra. Je n'ai pas de quoi noter sur moi, vos hommes ayant gardé mes effets personnels à l'entrée.
- Naturellement.

Ce « numéro de contact » menait en réalité à un cellulaire planqué sous un escalier, dans un squat vide les trois-quart de l'année, occupé le reste du temps par différentes bandes de jeunes mobiens ou humains toujours ravis de rapporter les potins de la région en échange de quelques menus billets. Ce téléphone ne sonnait jamais et servait simplement à recueillir les messages des contacts les plus récents. La plupart du temps, le Rat se chargeait de les collecter et de les lui rapporter.
Parfois, elle considérait sérieusement octroyer un salaire régulier à son pauvre « subordonné » auto-proclamé. Malheureusement pour lui, elle n'était pas prêt d'accorder sa confiance à quelqu'un d'autre. Il ne fallait pas lui donner l'impression qu'il pouvait se débrouiller sans elle.

Suite à l'échange entre son Lieutenant et l'agent Lasa, le sous-lieutenant prit calmement la parole, même si son regard laissait transparaître une espèce de soupçon indécis. Evidemment, celui-là n'avait pas été mis dans la confidence à propos des véritables méthodes et agissements de l'agent Lasa.

- Si tout cela convient à monsieur Aubra, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.artstation.com/artist/rouve
Contenu sponsorisé
profil +

MessageSujet: Re: Bring the gun [ Elysha ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bring the gun [ Elysha ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Programme : Bring a friend
» Vidéos poilantes
» The Witcher
» BRING DOWN THE SKY ! Valkenhayn combos sur CP.
» Convention Day 2013 - Brocante et Bring & Buy!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mobius Chronicles :: Les Nations unies :: Station Square-